Jeudi 6 août 2015 à 8:51

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/25530663599988.jpg

      Nous avons vu hier quelques théories sur la motivation, basées soit sur les désirs et les besoins des hommes, soit sur les caractéristiques du travail demandé et de son environnement, soit sur la différence entre les attentes de l’individu et leurs réalisations réelles. Mais ces théories sont plutôt orientées vers le travail et la motivation en entreprise, dans le monde du travail.
On peut se demander si elles s’appliquent dans la vie courante et en particulier, aux jeunes dans leur parcours scolaire.


    Je pense qu’effectivement, Maslow a raison et le premier besoin c’est celui de la satisfaction des besoins élémentaires : respirer, manger, boire, dormir, avoir une maison … et de la sécurité matérielle. C’est vrai aussi pour les jeunes, mais ils ne s’en rendent pas compte - du moins pour la plupart, car ils sont au sein d’une famille qui les protège, et dans nos pays, les enfants à la rue sont moins nombreux que dans les pays pauvres. Alors, pour eux ce n’est pas un besoin, puisqu’il est déjà acquis et donc ce n’est pas un motif de motivation.

     Le deuxième besoin est un besoin de sécurité morale, celle qui permettra à l'ado d'évoluer intellectuellement et moralement vers l’adulte.
Je pense que, quand j’étais enfant, et bien que ce soit la guerre, je n’avais pas ce problème. Mes parents s’occupaient beaucoup de moi et de mes frères et sœur, nous donnaient des règles strictes auxquelles il nous semblait naturel et utile d’obéir,
    Les références étaient données autrefois par le milieu social auquel on appartenait, par la culture et l'éducation, par une sorte de complicité au sein de cet environnement avec les parents et les copains, et les professeurs, que l’on respectait donnaient le complément pour vous instruire, vous ouvrir l’esprit et vous rendre intelligent, à condition que l’on travaille. Mais les enfants comprenaient que l’école et étudier était la formation indispensable pour pouvoir vivre correctement et préparer son avenir. Au lendemain de la guerre, il n’y avait pas de chômage et si on voulait travailler, on trouvait du travail et on avait un minimum de réussite.
     Elevés aujourd'hui, pour la plupart, dans une ambiance de grande liberté, sans les règles et les repères que leur imposait l'éducation “autoritaire” d'autrefois, les ados manquent de références, alors que, bien qu'ils aient soif d'autonomie, ils sont craintifs face au monde qui les entoure, et craignent de quitter le nid familial, où ils se sentent à l’abri.
    Aujourd'hui au temps de la mixité, des voyages, et d'internet, cette référence n'a plus cours, et les parents sont devenus transparents et ne peuvent plus servir de “modèle”. Les problèmes posés par les familles recomposées aggravent en général ce phénomène, faisant inconsciemment planer une insécurité sur l'enfant qui a vu, ou craint de voir, éclater le noyau familial.
    J'ai constaté combien, ados et même jeunes,  vous aviez une anxiété de ne pas être protégé(e), et parfois la confiance que vous m'avez donnée me semblait résulter du manque pour vous, d'un adulte “référent” auquel vous raccrocher, auquel vous puissiez demander conseil, quand vous vous sentez un peu perdu(e).
    De plus le chômage a enlevé la confiance des jeunes dans les études et donc la motivation pour les études a considérablement baissée, ce qui est une erreur, car on trouve plus facilement du travail si on a des diplômes.

    Le troisième besoin, qui a mon avis n’est pas assez pris en compte par les psychologues, car ils se soucient surtout du milieu du travail, est le besoin d'affection, d'être aimé pour soi même. Dans notre monde rude et quelquefois brutal, l'amour n'est jamais de trop.
    L'adolescent (comme l'enfant qu'il a été et l'adulte qu'il sera) a besoin d'aimer et d'être aimé.
    Les parents ont tendance à entourer l'enfant d'amour, puis, à avoir tout à coup une certaine pudeur quand il grandit et à ne plus dire à leurs ados qu'ils les aiment. C'est probablement plus tard, quand on est grand-parent et qu'on n'a plus la responsabilité “d'élever ses enfants” , que l'on regrette de ne pas l'avoir dit et montré plus souvent, aussi bien à ses enfants qu'à ses parents.
   Subvenir à leurs besoins, encore moins accepter de satisfaire leurs envies et leurs caprices, les emmener dans de nombreuses activités, c'est s'occuper d'eux, mais cela ne remplace pas la démonstration d'affection.
   J'ai été frappé par le nombre de correspondant(e)s qui ont l'impression d'être seul(e)s, et en réalité de ne pas être aimé(e)s, alors qu'elles ont de bon(ne)s camarades et surtout une famille qui les aime.
   Bien sûr je sais que les médias font surtout “la promotion” du (ou de la) “petit(e) ami(e)”, mais je crois, là aussi qu'il y a dans ce désir, pour beaucoup d'entre vous, un besoin de tendresse inassouvi.

    Le quatrième besoin est celui du dialogue et de la communication, d'abord avec les parents, ensuite avec les camarades, enfin avec les professeurs.
    Paradoxalement, au temps de la télévision, du téléphone mobile et d'internet, ce facteur s'est considérablement détérioré. Les parents n'ont plus le temps, les grands parents sont loin, les camarades sont souvent égoïstes et susceptibles et ont leurs propres problèmes, et les professeurs ont déjà bien des difficultés à exercer leur métier.
   Et pourtant ce n'est pas si difficile, si j'en juge par tous les mails que j'échange avec vous, et toutes les peines et ennuis que vous m'avez confiées et qu'on a essayé de résoudre ensemble. Mais c'est vrai qu'il faut en prendre le temps.
  Je pense que pour beaucoup d'entre vous, l'écriture de votre blog ou le dialogue dans les réseaux sociaux, correspond aussi au besoin de communication.

  Mais la nature de ce dialogue a changé et avec lui le problème de la confiance.
  C’est ce que j’aborderai demain, dans mon prochain article.
Par coldtroll le Jeudi 6 août 2015 à 21:14
Owi, le besoin d'affection... Je veux un câlin !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274286

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast