Jeudi 25 juillet 2013 à 8:31

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/Unknown-copie-7.jpg
 
            L'été, en Bretagne, la famille sur place est à géométrie variable, et on fait les courses tous les jours à la boulangerie, deux fois par semaine au marché et trois fois au supermarché;
            Le supermarché est un lieu amusant tour observer les gens, leurs habitudes et leurs comportements.
 
            Cela commence au parking : le mauvais conducteur toujours pressé qui se croit sur l'autoroute et fonce, au risque d'écraser les piétons et d'emboutir une autre voiture, tout cela pour gagner une place à la sortie du parking et attendre deux minutes que le flot des voitures sorte par l'étroite sortie, sur une rue très passagère.
            La personne distraite, qui recule de sa place sans regarder et se paye un chariot que la dame qui le poussait a été obligée de lâcher pour ne pas se faire bousculer elle même.
            Le gros gars tout rouge et furieux , parce que un autre lui a fauché sa place (on ne saura jamais qui était le premier sur place !), et abreuve cet intrus d'injures, qui feraient rougir le capitaine Haddock.
            La voiture qui croit que le parking lui appartient et occupe deux places, ou celle qui prend le tournant de l'allée tellement à gauche, qu'elle se trouve nez à nez avec celle qui en face tenait sa droite, se retrouve coincée par une autre qui avançait derrière, et tout reste bloqué plusieurs minutes, jusqu'à ce que quelqu'un se dévoue pour essayer d'organiser une mparche arrière et essaie d'en convaincre tous ces gens énervés.
 
            Les allées trop étroites du magasin sont aussi le théâtre d'incidents divers. 
            Une ado de 15 ou 16 ans qui pousse à fond la caisse, son chariot avec son frère dedans, quia bien 15 ans. Leurs parents devraient leur payer des tours de manège à la plage !
            Le jeune excité qui prend l'allée principale pour une route nationale et fonce en poussant son chariot, bousculant les autres au passage et finit, à grand fracas, dans le présentoir des boîtes de conserves, pour avoir pris un virage sur les chapeaux de roues; (les roues avant sans volant, c'est traître !).
            La dame désinvolte qui traîne derrière elle un chariot, sans regarder où il va, et cogne tout le voisinage et ne s'excuse même pas. Elle a même embouti ainsi un autre chariot et a dit froidement : "vous ne pouvez pas faire attention !".
            Les gens qui font la queue, chariot devant eux, qui tient la place de 3 personnes, devant l'étal du traiteur (il a des plats cuisinés remarquables et à des prix très raisonnables). La queue fait le tour du magasin, et crée des embouteillages. Alors qu'il y a divers endroit où on peut laisser son chariot et venir y déposer des emplettes faites à pied, bien plus vite.
            Une gentille vieille dame, qui ne peut se séparer de son petit chien, mais dans un supermarché, c'est interdit. Alors elle le cache dans un grand sac au fond de son chariot. Mais le chien est curieux et il sort la têteet regarde autour de lui jusqu'à ce qu'il reçoive une petite tape. ALors il rentre dans son sac en grogant. Bourreau de chien !!
            La dame, sans doute de préférence cérébrale "P", qui ne peut se décider, prend quelque chose, revient le déposer, puis le reprendre quelques minutes après, et a ainsi du mal à remplir son chariot, alors que la mère de famille nombreuse a un chariot qui déborde et lâche tous les mètre un objet dans l'allée.
            Le monsieur aux grosses lunettes, qui tripote tous les fruits de l'étal, et dit "merde-merde" chaque fois qu'il en trouve un d'abîmé.
 
            Il y a aussi les gens qui téléphonent, et comme il y a un bruit de fond important, ils parlent fort et tout le monde profite de leurs propos.
            Le monsieur très sérieux, pas souriant, qui n'a pu abandonner son travail et donne de son smartphone, des instructions à son assistante au bureau. A sa façon de parler, un pourrait presque décrire son style de management. Et cela mobilise son attention, et il se trompe dans des achats et dit 3 ou 4 fois "Zut ce n'est pas ce qu'il me fallait", ce qui laisse perplexe sa secrétaire qui ne sait pas qu'il est au supermarché.
            La dame qui raconte sa vie et ses vacances à ses amies. On sait, non seulement le temps et la température qui sévissent, mais tout ce qu'elle a fait, tout ce qu'elle a vu à la plage, l'humeur de son mari et de ses enfants, son opinion sur ses voisins de location, et tous les vêtements qu'elle doit encore devoir s'acheter pour être sortable.
            Et l'épouse très soucieuse du bien être de la famille, qui demande au téléphone à chacun ce qu'il voudrait manger. Evidemment il y a ceux qui s'en moquent, puis ceux qui n'aiment pas certains plats, ceux qui ont des envies, et rien ne s'accorde. Finalement ils s'étaient mis d'accord, au bout de 10 minutes pour du poisson, mais la sole est trop chère, le bar n'est pas assez brillant, la "perche du Nil" n'est probablement pas bretonne, et horreur, "il y a une mouche qui se promène à pied sur le colin" et sa fille au bout du fil, qui lui suggère "faudrait mettre de l'anti-moustiques sur les poissons; ils peuvent se payer cela au prix où il les vendent."
 
            il y a aussi les tenues vestimentaires : la jeune punk à la chevelure verte et sa copine aux cheveux rouges-vif; le jeune garçon au jean plein de trous et de plages élimées, guenille achetée au prix d'or, et dont une découpe mal placée laisse voir son string.
            La dame "ara", avec son tee-shirt rouge, son short jaune vif et ses chaussettes bleues et des chaussures vertes fluo.
            Une grande girafe, qui cache son cou trop long, avec une dizaine de tours de colliers divers, qui cliquettent chaque fois qu'elle tourne la tête.
            Un "roast beef", en chemise aux couleurs du drapeau british, et au shorts au dessous du genou, pendu à son téléphone pour savoir si Kate a enfin mis son petit bas, et qui me demande si on peut mettre une casserole remplie d'eau sur un barbecue, pour faire bouillir un magret de canard. Béotiens !! Ils devraient aussi y faire chauffer la "pale ale", pour faire râler Astérix.
            Sans parler de la petite nana, qui se croit sur la plage, et vient avec un maillot deux pièces mini, s'étonne qu'on la regarde et tremble de froid au rayon des crèmes et yaourts.
 
            Bref un supermarché, c'est amusant, car c'est un condensé de notre civilisation, mais évidemment les gens que l'on remarque, sont uniquement ceux, pas assez discrets pour passer inaperçus. Et puis j'ai l'esprit mal tourné !!
Par alyane le Jeudi 25 juillet 2013 à 9:16
Un échantillon du monde en réduction.
Par jazz-autresrimes le Jeudi 25 juillet 2013 à 9:40
bonjour Jean-pierre
eh oui y a de la vie et du mouvement dans un supermarché et l'été l'on imagine les diverses (tenues variées,looks en tout genres ---) des personnes .
bonne journée ensoleillée à toi , A+ du troubadour Emmanuel
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3246473

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast