Vendredi 23 janvier 2009 à 9:17

Drogue, alcool, addictions

   
      Je ne voulais pas parler des drogues très dangereuses sans faire un article sur l'ecstasie. Esuite j'abandonnerai ce sujet des drogues pendant quelques temps pour reparler d'autre choses mais je reviendrai un jour sur les problèmes de l'alcool et du tabac.

            Les amphétamines :

    Les amphétamines sont des drogues utilisées pour lutter contre la fatigue.
Ce sont des produits de synthèse, apparus à la fin du 19ème siècle et connus à l’époque sous le nom d’éphédrine (qui était extraite d’une plante) puis de  “benzédrine” (synthétique)
    A l’origine elles étaient destinées à remplacer comme médicament l’adrénaline qui ne peut être ingérée par voie orale.
Puis elles furent utilisées pendant la guerre par les combattants (pour rester éveillés)  puis par des étudiants qui appréciaient de pouvoir se passer de sommeil en période d'examens (le célèbre maxiton) ou comme produit de dopage par des sportifs (donc certains ont trouvé la mort !).
    Puis elles ont été utilisées comme substances psychotropes pour leurs effets hallucinogènes et stimulants.
    Généralement, elles sont ingérées, mais aussi injectées par voie intraveineuse, sniffées ou fumées (parfois mélangées à un autre produit, voire un stupéfiant).
    L’Ecstasy, produit très utilisé en mileiu festif, est un dérivé des amphétamines, particulièrement efficace et dangereux.

    Elles entraînent  assez rapidement (une heure) :
    • la diminution, et parfois la suppression totale de la fatigue et de l'envie de dormir ;
    • la disparition de la faim ;
    • l'euphorie, la confiance en soi exagérée qui conduit à largement surestimer ses capacités et sous-estimer les obstacles ;
    • une impression de capacités intellectuelles accrues : jugement plus sûr, mémoire meilleure, compréhension plus rapide. En fait, ces sensations sont simplement un effet de l'euphorie : on ne doute plus de sa mémoire, on s'arrête au premier degré de compréhension.

    Mais par la suite les effets inverses apparaissent dûs au manque : l'euphorie est remplacée par le découragement, la sensation que tout effort de réflexion est démesuré, et la lassitude face à toute activité, ce qui incite à une nouvelle prise.

    A terme, on voit apparaître hypertension, palpitation et fièvre, d’où migraines tremblements, crampes, troubles digestifs et insomnies, et incapacité à se concentrer, voire dépression.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/amphetamines1.jpg    L’ecstasy (appelée aussi MDMA) est  utilisée surtout lors de fêtes par les jeunes, et elle donne les mêmes sensations que les amphétamines, plus une grande impression d’empathie qui facilite les relations et la communication (“tout le monde m’aime” d’où son nom de “pilule d’amour”).
    C’est une des amphétamines les plus dangereuses qui peut entraîner la mort à partir de 150 mg, (4 décès par an environ), et conduit à l’anxiété, la dépendance, la dépression et à des troubles de la personnalité
     C’est donune drogue à part entière.
    Voyons maintenant leur mode d’action sur le cerveau :
    Comme la cocaïne, les amphétamines augmentent la concentration de dopamine dans les synapses mais par un mécanisme différent.
    Les amphétamines, (grâce à leur structure qui ressemble à celle de la dopamine), entrent dans le bouton pré-synaptique par des protéines appelées “transporteurs de dopamine”  ainsi qu’en diffusant directement à travers la membrane.
    Une fois à l’intérieur du neurone pré-synaptique, les amphétamines chassent les molécules de dopamine hors de leurs vésicules de stockage, et les expulsent dans la fente synaptique en faisant fonctionner en sens inverse les transporteurs de dopamine. Le taux de dopamine présente dans la synapse est ainsi fortement augmenté.

    Les amphétamines agissent aussi par plusieurs autres mécanismes. http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/amphetamines2.jpg
    Par exemple, elles dimnuent la recapture de la dopamine qui permet aux molécules de dopamine, de regagner les capsules de stockage après avoir fait leur effet sur les récepteurs du neurone cible.et avoir ainsi déclenché son influx nerveux.
    Les amphétamines peuvent aussi exciter les neurones dopaminergiques par l’entremise des neurones utilisant comme neurotransmetteur le glutamate. Les amphétamines lèvent  un effet inhibiteur dû aux récepteurs du glutamate et en enlevant ainsi ce frein naturel, les amphétamines rendent ainsi les neurones dopaminergiques plus facilement excitables.


http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/ecstasy1.jpg    L’effet à la fois stimulant et hallucinogène de l’ecstasy provient de sa structure moléculaire proche des amphétamines et du LSD.
    Comme les amphétamines ou la cocaïne, l’ecstasy bloque les protéines de recapture de certains neurotransmetteurs, augmentant ainsi leur présence dans la fente synaptique et leur effet sur les récepteurs des neurones post-synaptiques.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/ecstasy2.jpg    L’ecstasy augmente donc les effets de la dopamine ce qui donne l’impression de bien être, mais également ceux de la noradrénaline comme d’autres drogues psychostimulants
   
     Elle se distingue de ces drogues par sa forte affinité avec les transporteurs de la sérotonine, un autre neurotransmetteur chimique, entraînant une libération accrue de sérotonine par les neurones sérotoninergiques. L’individu peut alors ressentir un regain d’énergie, une euphorie et la suppression de certains blocages ou interdits dans les relations avec les autres.
    Quelques heures après, on assiste à une diminution de la sérotonine qui est amplifiée par la baisse d'activité d’un enzyme responsable de la synthèse de sérotonine, réduction qui peut être beaucoup plus prolongée que celle de l’augmentation initiale de sérotonine.
    Comme très souvent dans les effets des drogues, on constate que l’augmentation artificielle d’un neurotransmetteur exerce une rétroaction négative sur l’enzyme chargée de le fabriquer :quand cesse l’apport extérieur de la drogue, l’excès se transforme en manque.

    La toxicité de l’ecstasy est en partie due à une destruction sélective des terminaisons sérotoninergiques.

   
Ce que je voudrais que vous reteniez c’est que l’ecstasy, qui a trop souvent la réputation d’un excitant anodin est en fait presque aussi dangereuse que les drogues dures comme l’héroïne ou la cocaïne.
Par glandeur-rockmantique le Vendredi 23 janvier 2009 à 17:14
Merde...
Par lancien le Vendredi 23 janvier 2009 à 20:28
Tu as raison l'ecstasy c'est de la m....!
J'espère que tu n'en consommes pas trop. On peut avoir assez facilement une overdose si on mélange notamment avec autre chose : alcool, antidépresseurs ou anxiolytiques ....Et à terme si on le fait régulièrement c'est mauvais pour le cerveau (comme le cannabis d'ailleurs, mais en plus dangereux).
Par MaiKessKsaiKsa le Dimanche 2 août 2009 à 11:56
Je pense qu'il y'a autre chose d'important à dire...c'est que le plus grand danger de l'ecstazy,pour moi,est la difficulté d'en trouver des bon,et que,une fois sur des deux,c'est des cachets coupés à "je sais pas trop quoi" qui le rendent encore plus dangeureux...

C'est dla vrai merde les "tata" ^^
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2773934

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast