Mardi 24 mars 2015 à 7:11

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/planninghorairespremierel.jpg

    J’ai souvent aidé des lycéens de première S, à chercher de la doc pour faire leur TPE et j’ai trouvé cela fort intéressant.
    Mais ce qui me surprend toujours, bien que j’y sois habitué, c’est que sur les 3 ou 4 partenaire au sein de l’équipe de TPE, il y en a toujours un qui regarde travailler les autres et ne fiche rien.
    Encore heureux quand il ne critique pas et ne joe pas à la mouche du coche !
    Je me suis souvent demandé si c’était aussi général. Quand je dirigeais une équipe en entreprise, nous avions aussi des fainéants, mais c’était à celui qui avait la direction et la responsabilité de l’équipe de les motiver, de les inciter à travailler et en définitive de sanctionner s’ils exagéraient.
    Evidemment c’est plus difficile pour un professeur de voir si les élèves travaillent quand ce la ne se passe pas en classe et que le résultat est le travail du groupe.
    Mais j’ai aussi essayé de voir ce que les psychologues disaient de cette tendance.

    Les psychologues qui étudient la psychologie des groupes constatent aussi qu’il y a les gens qui s’investissent dans le travail collectif et ceux qui se contentent d’en profiter.
    Ils appellent cela la « paresse sociale » et ils pensent que le rendement des équipes diminue en général lorsque le nombre de personnes en faisant partie augmente.
    Pourtant on pourrait penser que le fait d’être en groupe, en contact social, apporterait de l’émulation, l’entrainement des uns par les autres et un gain global de connaissances et de créativité.
    C’est amusant car je me rappelle mon grand père paysans qui me disait que lorsqu’on attelle la charrue ou la charrette qui contient les lourdes hottes de vendange pleines, cela ne servait à rien de mettre 4 bœufs, ils tiraient à peine mieux que deux, dans les collines pentues. Il pensait même qu’il valait mieux avoir deux charrettes moins chargées et moins lourdes, tirées par un seul bœuf qu’une seule charrette portant la charge double, tirée par deux bœufs.
    On peut évidemment penser que dans une équipe coordonner un nombre plus grand de personnes est plus difficile; c’est exact, mais cela n’explique pas tout.
    les psychologues pensent qu’il a a surtout une raison psychologique et que le phénomène est plus important si toutes les personnes de l’équipe font la même tâche et si celle ci est peu intellectuelle et est fastidieuse.
    Ils ont étudié aux USA des sportifs (par exemple en courses individuelles ou en relais), ou des jeux, (comme le tir à la corde), et ils ont constaté effectivement que le rendement baissait avec le nombre de personnes concernées dans l’équipe.
    Dans le tir à la corde, la force exercée baissait de 25% quand on passait de 1 à 4 tireurs et de 50% si on passait à 8.!
    L’opinion populaire semble connaître cela, elle parle de la « loi du moindre effort ».

    Nous serions donc plus fainéants et moins motivés en groupe.
    Deux psychologues allemands  ont prévenu deux groupes de personnes testées qu’elles allaient subir, le premier groupe un test collectif etle second groupe des tests individuels. Elles ont ensuite soumis les deux groupe à des exercices dits « de préparation » pour mieux réussir les tests.
    Le groupe destinés aux tests individuels s’est beaucoup plus investit.
    Le fait que la performance soit jugée individuellement ou collectivement semble donc avoir un impact différent sur la motivation. Dans le test individuel, on se sent jugé personnellement, dans le test collectif, personne n’est responsable, si ce n’est un  groupe où on ne sait qui a fait quoi.
    Heureusement ce n’est pas toujours le cas; j’ai connu des équipes où tout le monde tirait la charrette le mieux possibles, mais c’étaient des équipes de personnes d’un cetrain niveau : techniciens et ingénieurs, où ils étaient souvent de spécialité différente et chacun apportait donc sa pierre et son savoir, et de plus ils avaient chacun une tâche bien définie, et donc on pouvait savoir assez facilement ce que chacun avait apporté.

    Donc si je peux donner des conseils aux professeurs et aux élèves qui coopèrent dans les TPE, je leur dirai :
   
    - D’abord essayer de choir des personnes qui ont des qualités complémentaires, des connaissances différentes. Elles seront plus motivé parce que chacun apportera ce dont il est capable et son travail sera reconnu.
    - Ensuite bien définir des tâches différentes dans le sujet. Il y a souvent des approches diverses à examiner et chacun peut être responsable de certaines d’entre elles
    - Il faut alors prévoir des séances régulières de coordination et de travail en groupe pour que le travail avance dans le bon sens et en temps voulu.
    - Il faut identifier et mettre en valeur ceux qui travaillent beaucoup et prennent leurs responsabilités, et au contraire faire apparaître le moindre travail des tire-aux-flancs.
    - Il faut aussi tenir compte des individualités et du contexte de vie. Des jeunes habitués à un certain travail familial dans une famille nombreuse sont souvent plus motivés, que ceux qui, enfant unique (ou paresseux avec des parents laxistes) ne sont pas habitués à participer aux tâches collectives. Les altruistes travaillent plus facilement en groupe que les égoïstes. Les narcissiques qui se croient très fort, se démotivent parfois brusquement plus que de bons élèves modestes.

    Bref la composition d’une équipe est un art, mais la motiver également, et la première règle est que le sujet choisi intéresse beaucoup tous les membres de l’équipe sans exception. C’est ensuite au professeur de veiller à responsabiliser chacun et à mettre en valeur son travail et même à récompenser celui d’un leader éventuel qui aura su diriger et coordonner son équipe si elle en ressentait le besoin.
Par amandine-pêche le Vendredi 27 mars 2015 à 11:07
Je garde un très bon souvenir de mes TPE. Notre sujet était les problèmes du sommeil. Nous avions fait une sorte de pièce de théâtre avec un matelas, une personne jouant un dormeur insomniaque, une autre un docteur et moi qui servait pas à grand-chose :p Mais c’est vrai que malgré une répartition du travail, une certaine personne ne travaillait pas beaucoup… et c’est dommage.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3272508

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast