Samedi 6 mars 2010 à 13:39

Préférences cérébrales

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1S/Fleurs4/1000020.jpg

    Aujourd'hui nous allons voir les préférences que l'on nomme "fonctions cérébrales" et que nous utilisons à chaque instant :
     Nous prenons autour de nous des informations à l'aide de nos sens : ce sont des "perceptions", que notre cerveau reçoit, analyse et interprète.
     Ces informations nous les traitons dans notre cerveau et nous prenons ensuite des décisions, nous faisons des choix, élémentaires ou complexes, selon des « critères de décision ».
     Ces fonctions ont été décrites pour la première fois par CG Jung en 1913 dans un livre "Psychologiche Typen", qui est intéressant mais assez difficile à lire, même dans l'excellente traduction française d'Yves Le Lay.
     Aujourd'hui nous allons voir des généralités et je reviendrai par la suite plus en détail sur ces préférences.

               1. - En matière de perception, notre cerveau peut avoir deux types de préférences

        - soit il gère nos perceptions de façon analytique, séquentielle (pas à pas successivement ), répétitive, dans les détails, de façon concrète et expérimentale. Il est davantage orienté sur le présent et le passé. Il appréhende les faits au moyen d'énumération des données ou de procédures.
     Nous appellerons cette préférence  « perception sensitive et factuelle S. »
   
        - soit il gère nos perceptions de façon synthétique, globale, dans les grandes lignes, de façon aléatoire et par bonds, plus abstraite et imaginative Il est davantage orienté vers le futur et la prévision. Il appréhende les faits au moyen de schémas et de modèles.
     Nous appellerons cette préférence  « perception globale et intuitive G. »

               2. - Perception immédiate et perception orientée :

     Cette fonction n'a pas été décrite par Jung, mais par un chercheur américain Plutchik, qui est un spécialiste des émotions.
     La fonction cérébrale de perception n'intervient qu'au bout de quelques secondes lorsque nos centres cérébraux du cortex, qui gèrent la logique et les idées entrent en fonctionnement.
C'est une perception « orientée volontairement ».
     Elle est précédée par une perception immédiate, qui ne met en jeu que des centres du cerveau émotionnel, qui est essentiellement affective, et plus ou moins développée chez les individus, qui peuvent donc être relativement « sensibles « ou « insensibles ».
     Cette perception ne doit pas être confondue avec les mécanismes de décision qui sont décrits ci-après.
Je développerai dans le prochain article cette préférence « sensibilité émotionnelle affective  A »/ « sensibilité organisée O »

               3. - En matière de décision, notre cerveau peut avoir deux types de préférences

        - soit les critères de décision sont ceux d'une logique impersonnelle (L) :
ce sont des principes objectifs, des lois, des règles, une analyse critique et logique; on se pose en juge et on décide “avec la tête”, plutôt en “spectateur”.

        - soit les critères de décision sont ceux de valeurs altruistes (V) :
la décision est plus subjective et humanitaire; c'est le monde de l'empathie, de l'intimité, de la chaleur humaine et de la persuasion; on se pose en avocat, et on décide “avec le coeur”, plutôt en “participant”. Toutefois ce type de décision est plus large que le sens que l'on accorde en général au valeurs (morales). Il se fait aussi selon nos goûts et en partie nos désirs.

               4. - Que ce soit en matière de perception ou en matière de décision,

        - notre cerveau pratique les deux modes selon les circonstances, mais l'un d'entre eux est préférentiel, pour lequel nous sommes plus “doués”, et que nous pratiquons d'instinct (comme le droitier avec sa main droite).
        - l'autre mode non préférentiel, est peu ou relativement assez développé selon les individus, leur formation, leur environnement et l'entraînement qu'ils ont pu acquérir au cours de leur vie, (et donc leur âge), mais il reste moins naturel, plus laborieux et moins performant.

     On peut représenter les fonctions d'un individu sur le graphique ci dessous, le polygone représentant la fréquence d'utilisation de ces quatre modes, selon les circonstances.
On voit que sur ce schéma, la personne utilise plus fréquemment la perception globale et intuitive G et des critères de décision sont ceux de valeurs altruistes (V), qui sont ses préférences innées
    On qualifiera cette personne de « G V »

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/fonctionscerebrales.png
      Je rajoute quelques lignes car Maud me fait une remarque judicieuse, je n'ai pas défini des ordonnées !!
      Le graphique concerne une personne qui utilise en perception sa préférence G, avec une fréquence de 75% environ et l'antagoniste S, 25% et sa préférence de décision V 80% et l'antagoniste 20%. Ce sont ces valeurs que l'on a portées à partir de l'origine : la fréquence d'emploi de la fonction correspondante et le quadrilatère représente donc un comportement approximatif de la personne vis à vis de ses fonctions de perceptio et de décision. C'est une représentation commode car elle done une "image" du comportement.
     On verra plus tard qu'une représentation analogue est très utile quand il s'agit de définir la capacité d'un groupe de personnes que l'on fait vivre ou travailler ensemble.


Je détaillerai les diverses fonctions S,G,L,V dans les prochains articles.
Par alyane le Samedi 6 mars 2010 à 18:36
Toutes ses perceptions me rappellent et sont peut-être parallèles à nos facultés d'apprentissage qui sont désignés par les termes auditif et visuel. Les caractéristiques que vous décrivez me les rappellent fortement.
Par maud96 le Samedi 6 mars 2010 à 20:04
Je suppose que les surfaces respectives des 4 secteurs jaunes représentent des "populations". Leur inégalité pose en soi question quant aux choix des "facteurs" qui les ont caractérisées. Aléatoirement,si ces facteurs étaient vraiment de valeur égale, les populations devraient aussi être "égales". Je soupçonne que l'inégalité des populations "repérées (comment ? par quels tests ?) marque quelque idéologie dans le choix de facteurs discriminants, ou, plus probablement, du "flou" dans leur interprétation possible...
Ceci dit, les groupes sanguins sont eux aussi inégalement répartis dans une population : mais là il s'agit de faits constatables par réaction chimique...
Donc on doit s'incliner devant le fait...
J'avais lu un livre sur la typologie jungienne (inspirée par la sociologie de Weber), et çà m'avait autant intéressée que peu convaincue... En tout cas, aux USA, un marché porteur pour les testeurs en psychologie, recherche de candidatures au mariage ou testing de "profils" pour les dirigeants en entreprise...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2973780

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast