Mercredi 2 mars 2011 à 8:18

Scarification, suicide

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques1/mortimg.jpg

    Dans mes relations avec mes jeunes correspondant(e)s, j’ai l’impression que nos idées et notre confrontation à la mort sont très différentes.
    Paradoxalement, moi qui en suis plus proche, je la voit d’un oeil plus serein.

    Les articles de psychiatres que j’ai pu lire sur la vision de la mort d’un enfant, semblent également montrer que, même s’il est inévitablement influencé par les conditions de vie et les façons de penser de sa famille mais aussi de la société dans laquelle il vit, sa façon de voir la mort n’est pas celle d’un adulte.
    Tous les enfants et les adolescents se confrontent à la mort, à sa réalité autantqu’aux questions qu’elle pose. Elle est pour eux un élément de la réalité, en particulier par l’absence qu’elle provoque, mais aussi une question, en raison de l’inconnu qu’elle représente.
    Mais aujourd’hui, pour de nombreux enfants, la mort n’est plus en relation seulement avec la vieillesse, l’accident ou la maladie, car même s’ils ne sont pas confrontés directement ou par le récits de parents, à des famines, des catastrophes naturelles, des guerres civiles ou des génocides, les médias montent tellement de scènes de ce type, notamment à la télévision, qu’ils ne peuvent plus ignorer les horreurs morbides correspondantes.
    Les risques sanitaires font aussi la une des médias.
    Par contre les rites funéraires et le culte des morts ont considérablement diminué, notamment en raison de la dispersion des familles.
    Certains adolescents sont attirés par des éléments culturels dans lesquels la fascination de la mort est présente, (gothique et satanique, par exemple, jeux violents...),
par des manifestations de violence, des sports extrêmes, des conduites à risques, l’usage de drogues etc...
    Mais, dans son approche de la mort, l’enfant est aussi influencé par les événements de sa vie et par son environnement culturel et religieux, mais aussi par l’attitude de ses parents et les décès qui interviennent dans sa famille, voire même par la mort d’un animal familier.

    Les psychiatres et psychologues décrivent diverses conceptions de la mort chez l’enfant. Certains considèrent que l’enfant passe par de grandes étapes de développement, dont le rythme peut varier d’un enfant à l’autre mais qu’il est supposé suivre dans un ordre identique.
    Jusqu’à deux ans, l’enfant ne peut avoir de conception abstraite, qui ne viendra vraiment qu’avec le langage.
    Jusqu’à sept ans environ, l’enfant pense aux choses pour les réaliser, aux désirs pour obtenir, mais il a acquis la notion d’absence, de séparation de ses parents partis travailler, mais le caractère irréversible de la mort lui échappe et elle lui apparaît comme un sommeil, un voyage, une absence provisoire.
    Il n'en reconnaît ce caractère universel et irréversible que vers neuf ou dix ans et encore j’ai vu des jeunes de cet âge, très férus de jeux sur ordinateur, s’étonner que des personnes réellement mortes n’aient pas “plusieurs vies”, comme dans leurs jeux.
    Ce n’est que vers une douzaine d’années qu’il commence à avoir plus conscience, avec angoisse, de la réalité de la mort et de sa complexité ainsi que de sa propre mortalité.

    Pour d’autres psychologues, de telles étapes de développement existent bien mais elles ne sont pas homogènes et chacun des différents thèmes partiels qui constituent la conception de la mort évolue à son propre rythme.
    Cette conception de développement hétérogène distingue cinq principaux thèmes concernant la mort :       
        - l’arrêt des fonctions vitales que l’enfant attribue à tout vivant (manger, respirer, bouger, parler, etc.) ;
        - l’irréversibilité (la mort est définitive) ;
        - l’universalité (nul n’y échappe) ;
        - la causalité (la mort a une cause : un acte violent ou un accident, ; des causes naturelles, comme la maladie, ou surnaturelles pour les plus âgés, comme, par exemple, l’effet d’une justice immanente) ;
        - sa propre mortalité (lui aussi est mortel)..

    Certains psys, un peu torturés par les conceptions freudiennes sur les relations parents-enfants, considèrent que c’est la façon dont l’enfant perçoit la place de ses parents dans sa vie et sa propre place dans sa famille qui est au coeur de sa conception de la mort.
    L’enfant découvre que ses parents sont à l’origine de sa vie, et en conséquence il se demande s’ils n’auraient pas aussi le désir de la lui retirer ; il les considère pendant longtemps tout-puissants, et attend donc tout d’eux, bien au-delà du raisonnable et du réaliste, par exemple qu’ils le protègent de tout danger, de toute maladie, et donc de la mort.
    À l’adolescence il a besoin de trouver son autonomie, quitte à imaginer la mort de ses parents pour pouvoir trouver sa libre place dans le monde ; il fait ainsi la découverte bouleversante de leur nature mortelle et donc de sa propre mortalité.
    Après la crise de l’adolescence, dans laquelle ce questionnement sur la mort et les relations complexes et parfois tumultueuses à ses parents qui en découlent, occupent une place importante, il accepte cette nature mortelle d’eux et de lui, et assume son statut d’adulte et notamment l’idée de transmettre la vie à son tour.
    Par contre la mort la mort d'une autre personne apporte une perte et en général rien de positif en échange.
    L’enfant fait en permanence l’expérience de la perte de quelques chose, mais il trouve en général une compensation par un élargissement de sa vie :
    - la séparation fusionnelle du bébé et de sa mère, mais il va alors mieux connaître les autres membres de sa famille, et le sevrage qui change ses habitudes mais lui fait découvrir les aliments.
    - l’acquisition du langage lui fait certes perdre la complicité intime avec ses parents, qui le comprenaient sans qu’il ait besoin de parler, mais elle lui procure d’innombrables avantages relationnels.
    - à l’adolescence, il perd beaucoup des éléments de l’enfance auxquels il tenait, et en particulier l’image rassurante de la toute puissance de ses parents qui devaient le protéger de tout. Il connaît maintenant leurs défauts et leurs limites. Ils sont mortels, et lui aussi.
    Mais en revanche il découvre peu à peu la liberté et l’autonomie.
    La mort évoque donc, pour l’enfant, l’expérience de la perte douloureuse, négative : la mort d’un parent, par exemple, est souvent pour lui la perte majeure de tout ce qu’il aime, de tout ce qui lui donne son sentiment de sécurité et là, il n’y a pas de compensation.
    La relation à la mort existe aussi dans les pulsions agressives ainsi que dans les « voeux de mort » de l’enfant vis à vis de ses parents ou camarades et dont les parents devraient l’aider à prendre conscience de leur signification et à en faire un meilleur usage.
    L’enfant cherche à donner un sens à la mort, une explication(une punition, l’effet de voeux de mort), une justification (« pour laisser la place aux autres »), l’attribue à la vieillesse (qui est un temps si lointain qu’il pense ne jamais l’atteindre, et donc son angoisse est limitée).

    A l’adolescence, les questions sur la mort vont ressembler à celles que se posent les adultes, même si le langage est différent; elles portent surtout sur les modalités de la mort, sur l’angoisse et la souffrance (ça fait mal ?), sur ce que pense celui qui meurt (a-t-il peur, regrette-t-il sa vie, en veut-il aux vivants),sur ce qu’il devient dans leur vie (est-il oublié, etc. ?).     La mort représente la solitude,le temps qui ne passe plus, l’impossibilité de faire ce qu’on faisait avant, le fait de ne plus être avec les autres, etc.
    Si cette présence de la mort peut se traduire parfois par des conséquences bénéfiques, par exemple des vocations médicales (vouloir combattre la mort) ou artistiques (représenter l’irreprésentable, faire intensément exister l’image, de ce qui n’est plus là...), elles peuvent aussi s’exprimer par l’attrait pour certaines oeuvres (livres de fantômes ou livres policiers), dans les sports dangereux (qui peuvent apparaître comme un jeu avec la mort, comme pour la défier ou s’en approcher
au plus près, par curiosité), ou dans des comportements violents ou d’autodestruction (comme si la personne se sentait obligée de reprendre à son compte la violence insupportable de la mort pour ne pas lui laisser ce privilège).
   
    J’ai bien des fois été confronté à des adolescents qui pensaient trop à la mort. Pour certains c’était normal, car ils avaient une maladie grave, mais je pense que même dans ce cas, si cela est plus compréhensible, c’est tout de même à éviter le plus possible car dans la lutte contre la maladie et pour qu’il reste une joie de vivre, l’espoir est indispensable.
    Mais pour un adulte, c’est beaucoup plus difficile de comprendre un adolescent pour lequel la mort est une obsession, alors qu’il a tout pour être heureux, ou que du moins, ses problèmes ne sont ni majeurs, ni vitaux, et cela d’autant plus qu’en général, il ne sait pas expliquer son attitude. Il faut alors beaucoup l’écouter, questionner, essayer de comprendre son environnement, mais c’est effectivement difficile de savoir comment l’aider à sortir de cette phase dépressive et dangereuse pour lui.

   Quant aux suicides, les jeunes que j'ai côtoyés et qui avaient des pensées morbides, n'avaient pas réellement envie de mourir et en avaient même peur, mais ils souffraient et à un moment ils avaient une "overdose de souffrance" qui arrivait comme une pulsion, et risquait de les entraîner vers l'acte fatal.
Par Flotte le Mercredi 2 mars 2011 à 10:00
Je n'ai pas vraiment de choses à ajouter, mais je voulais juste dire que je trouvais ces 2 articles vraiment bien fait.
Je me souviens personnellement être passée en effet par certaines "révélations" citées (Qui ne l'a pas fait ?), mais je me souviens surtout de certains amis qui m'en avaient parlé, et parlé encore, lorsqu'ils étaient en phase de dépression, et je crois que ça m'aide aujourd'hui à les comprendre un peu mieux...

Donc merci. :)
Par Anicroche le Mercredi 2 mars 2011 à 14:13
Aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours eu peur de la mort. Pas de la mort en elle-même, mais de l'oubli, du néant, de la non-existence de la vie finalement.
Quand je serai morte, je ne pourrai plus me réveiller, respirer, voir, penser, espérer. Tout sera anéanti. Et la question qui me revient souvent, bien que j'adore ma vie, est "pourquoi vivre si finalement on doit disparaître ?"
Oui, c'est le cycle de la vie, blabla... d'accord ! Mais non, moi je ne veux pas mourir ! S'il y avait un pacte à créer avec je ne sais quel Diable, je vendrais sans scrupule mon âme pour vivre plus longtemps, voire éternellement (après tout, je ne crois pas à ces histoires d'âme et d'au-delà, alors tant qu'à faire ^^ !)
La mort c'est la fin des fins, l'achèvement d'un long projet, d'une vie qu'on a mis du temps à façonner, à embellir, dont on a profité, mais qu'on doit lâcher, comme ça, tout à coup ! Et sans même sans rendre compte puisque finalement on ne pourra même pas se réveiller pour regretter la perte occasionnée. C'est ça le pire !
Ha, mais c'est traumatisant, il ne faut pas parler de ça !
Par maud96 le Jeudi 3 mars 2011 à 12:56
Le petit stroumph avec sa faucille en début de l'article me rend la mort sympathique ! Je le mettrais bien sur ma table de chevet ! Si elle se fait sans trop de souffrances, je finis d'ailleurs par trouver que la mort est au fond une issue sympathique à la vie : rien ne serait plus blasant et désespérant que de rester "immortel" dans les conditions actuelles de vieillissement du corps humain, qui condamne la personne trop âgée à subir sans agir. Je craindrais, je crois, plus la maison de retraite que la mort !
Par Ebeth le Jeudi 3 mars 2011 à 17:56
Tout comme toi Maud.
Par croque-framboise le Jeudi 3 mars 2011 à 22:48
J'ai eu un contact plutôt étrange avec la mort ! Quand j'étais en CP, donc vers l'âge de 6-7 ans, ma maîtresse ne m'aimait pas ! J'étais un peu comme qui dirait sa "tête de turc" personnelle.
Les brimades devant les camarades et j'en passe...
Ce qui m'a marqué c'est qu'elle me répétait tout le temps : " ta mère va mourir, tu ne la verras plus jamais ", " ta mère va avoir une crise cardiaque "... Tellement, que c'en est devenu une obsession et que je ne pouvais jamais dormir le soir tellement j'avais peur de la perdre !
Bien sûr, j'ai été déscolarisée, mais cette prof, sous anti-dépresseurs et à la recherche permanente d'arrêts maladies, n'a jamais subi aucune remontrance !
Même aujourd'hui, je dois reconnaître que mon rapport à la mort n'est pas normal. J'accepte ma mort à venir sans peine, mais celle de mes proches est tout simplement impossible à imaginer, à "intégrer" dans ma tête !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3090332

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast