Dimanche 2 mars 2008 à 13:12

Notre personnalité



        Les statistiques de comparaison des QI de jeunes actuels et de ceux de générations antérieures au même âge, montrent une augmentation du chiffre global des QI tous tests confondus. On peut donc se poser la question : “les jeunes générations sont elles plus intelligentes que les anciennes ? L'intelligence humaine progresse t'elle ?”


        J'ai lu récemment une étude très intéressante d'un chercheur, James Flynn, professeur d'université en Nouvelle Zélande et qui travaille avec le centre de psychométrie de Cambridge. J'ai pensé que cela vous intéresserait peut être, mais je me garderai de poser la question générale “qu'est ce que l'intelligence ?” (je garderai cela pour un futur article) et je me contenterai de commenter l'article de ce chercheur sur l'évolution du QI entre 1985 et 2005.

        Les tests que vous connaissez sans doute sont des tests simplifiés dans lesquels en principe la plupart des résultats oscillent entre 50 et 150, “l'intelligence moyenne” étant de 100 et les résultats au dessus de 150 très rares.
        Il s'agit en fait d'une version “grand public et la version utilisée par les psychométristes utilise des batteries de tests plus perfectiionnées qui comportent en général dix sous-ensembles.
    - un test de connaissances générales.
    - un test de vocabulaire (sens des mots).
    - un test de compréhension (bon sens - réflexion).
    - test de similarité : qu'y a t'il de commun entre deux choses?
    - la maîtrise de calculs arithmétiques (comme les proportions, par exemple);
    - organisation d'images : mettre des images dans l'ordre pour reconter une histoire de façon logique et chronologique
    - codage : en utilisant un code fourni, associer des symboles à des formes ou des nombres.
    - compléter un dessin dont une partie manque;
    - assembler les pièces d'un puzzle.
    - construction avec des blocs pour reproduire un motif géométrique en trois dimensions et à deux couleurs.
       
        De ces dix sous-ensembles on peut tirer un chiffre global de QI, mais il est certain que c'est l'analyse de chaque test qui est intéressante.
    Qu'en est il des évolutions des 20 dernières années?

    Il faut d'abord remarquer que toutes les parties d'un test n'ont pas la même difficulté et que de façon générale, pour les questions les plus faciles, la différence des résultats entre personnes de faible QI et personnes de fort QI n'est pas importante et que là où la différence des résultats est grande, c'est évidemment sur les questions difficiles qui demandent une plus grande intelligence.
    On remarque également qu'une personne à fort QI a en général des scores assez élevés dans les dix sous-ensembles de tests, alors qu'une personne à QI moyen peut être relativement bonne dans certains de ces sous-ensembles, mais a des résultats médiocres dans d'autres  (c'est du bon sens !!).
    Il en résulte que si l'intelligence moyenne avait vraiment progressé, on devrait voir ces progrès sur les parties relativement difficiles des tests et non sur les plus faciles.
    Or ce n'est pas ce qu'on constate, dans cette évolution 1985 - 2005.
    Alors que faut il penser ?

    Les chercheurs ont constaté que les résultats des tests “similarité”, “vocabulaire”, “arithmétique” et “connaissances”, qui ont à peu près le même degré de difficultés, ont progressé très différemment, le gain sur le premier type de test (similarité) étant 12 fois plus important que pour les suivants.
    De même alors qu'en apparence il s'agisse dans les deux cas de logique, les résulats de tests sur des formes géométriques ont progressé alors que les tests arithmétiques ne l'ont pas fait.

    En définitive les chercheurs après une analyse statistique assez complexe dont je vous fais grâce, concluent que l'intelligence moyenne n'a pas progressé, mais que la mode, les goûts, les habitudeont changé et que la façon de voir les choses n'est plus la même.
    Il est certain que du fait de l'importance plus grande des sciences à l'école, de l'augmentation importante de l'information dans la vie quotidienne et de l'influence des médias, nous avons appris à classer les choses, les phénomènes, l'information et à faire appel davantage à la logique.
    Certaines catégories de tests qui font appel à ces habitudes ont de meilleurs résultats.

    Pour que vous compreniez mieux la progression des résultats du test de similarité, je vous donne un exemple.
    Si on vous demande aujourd'hui ce que les lapins et les chiens ont en commun, vous donneriez la bonne réponse :  ce sont des mammifères, car on a appris au collège à classer les animaux. Il y a 50 ans, les jeunes plus habitués à la vie à la campagne auraient répondu qu'on utilisait des chiens pour chasser des lapins.
   
    Autre constatation, si on examine la progression aux tests de vocabulaire et de mathématiques des enfants de CM2, on constate une nette progression sur le passé, mais qui s'annule en terminale.
    Autrement dit un jeune enfant est capable de lire plus tôt  “Harry Potter”, mais la lecture de livres sérieux n'a pas progressé, il sait vérifier la petite facture du supermarché, mais il n'est pas plus fort en mathématiques que ses aînés.

    En définitif il ne semble pas que l'augmentation actuelle des niveaux globaux de QI correspondent à une véritable augmentation de l'intelligence moyenne, mais d'un meilleur entraînement des enfants à des tâches logiques de classement, dû à une scolarité généralisée et à l'usage des moyens modernes de communication.
    En fait il faudrait sans doute modifier les tests actuels de Qi car ceux ci ne sont plus totalement cohérents.

    Mais personnellement je reste sur ma faim, car personne n'a jamais pu me définir ce qu'était l'intelligence, les psychométristes me disant que c'est ce que mesurent les tests d'intelligence. !
    Si je me sens inspiré, et si vos mails ou vos commentaires montrent un intérêt pour cette question,  j'essaierai de faire un article sur ce difficile problème.

    Une autre question importante est de savoir ce qui, dans l'intelligence,  est inné (et donc en partie génétique) et ce qui est dû à l'éducation et à l'expérience .

    .
Par would.you.marry.me le Dimanche 2 mars 2008 à 17:32
Non je ne suis plus en vacances.
Je n'ai plus beaucoup de temps alors je passe ici en coup de vent et je ne laisse jamais de trace pfiou.
Merci de ton passage, je vais essayer d'écrire un article bientot.
Bises.
Par eternelle-insatisfaite le Dimanche 2 mars 2008 à 18:09
oui dans 6 mois ( et un jour ) j'aurais 18 ans , et si j'arrive a avoir mon bac ça changera beaucoup de choses justement , puisque je serais en apart et a la fac donc voila ^^
Par monochrome.dream le Lundi 3 mars 2008 à 7:38
Tiens, moi ça m'interesserait cet article sur l'intelligence... parce que c'est vrai qu'on la mesure, mais sait-on au juste ce que l'on mesure ? Des capacités d'apprentissages ? Une aptitude à lier des éléments sans rapport les uns avec les autres ? Les facultés d'adaptation qui en découlent ?...
Par bunny le Lundi 3 mars 2008 à 19:38
Coucou ! Tu vas bien ?
Désolé de pas avoir donné de nouvelles : $

Je vais plutôt bien, mais bon j'ai pas mal de problèmes quand même en ce moment ... :S
Mais bon j'en mourrais pas = D

Bisous <3
Par Joker-artistique le Samedi 8 mars 2008 à 11:34
Je ne sais pas si les tests de QI révèlent vraiment quelque chose, entre deux périodes distinctes. Pourquoi? Simplement parce qu'il y a 30 ans, ils étaient moins faciles d'accès. Maintenant, on a en effet, tous ces tests, simplifiés certes, mais accessibles assez facilement qui stimulent notre logique et notre faculté à répondre à ce genre de tests. Ainsi, si par exemple demain je fais un test de QI "sérieux", j'aurai sans doute de meilleures chances de réussite par l'entraînement que j'aurai reçu.

En ce qui concerne le vocabulaire, je sais simplement que les jeunes utilisent un langage SMS de façon assez courante, c'est presque normal pour eux, et quand, sur un tchat on leur demande d'écrire correctement, ils ne savent pas, ils se braquent "jécri com je ve". Mais ce que j'ai pu constater, durant mes années Internet, c'est qu'après une période SMS, beaucoup d'adolescents (souvent vers l'âge de 16 ans) retournent vers un français correct et bien orthographié, se moquant du langage SMS et de ceux qui l'emploient par la même occasion.
La quantité de vocabulaire, ça dépend énormément des parents. Si eux ont suivi une éducation, ils l'enseigneront (pour la majorité) à leurs enfants qui dès leur jeune âge auront une assez grande quantité de vocabulaire. Cependant, arrivés en terminale, ils n'auront pas non plus énormément plus de vocabulaire que leurs parents et grands parents. Ce phénomène est donc "normal", puisqu'il dépend, en partie, de la culture, du vocabulaire des parents. Ces enfants deviendront à leurs tour adultes et parents et enseigneront alors à leurs enfants plus de vocabulaire. Après, ça dépend de la curiosité de chacun, et ce sont avant tout, des moyennes.
Par Melodiane le Jeudi 17 avril 2008 à 9:23
Je ne sais pas si le niveau d'intelligence à augmenté , ceci dit , le niveau d'instruction est au plus bas. On apprend les choses plus tard, et à mon avis pas mieux que nos ainés. Il suffit de regarder le classement de nos universités dans le monde, on est bine bien loin derrière les meilleurs ...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2471613

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast