Samedi 22 octobre 2016 à 10:11

Actualité

 http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/478824032316manifestationalappeldessyndicatsde82042968903f2372cbdf5519b8661daf.jpg

    Je suis un peu perplexe devant les réactions des hommes politiques devant les manifestations de policiers.
    Certes les policiers, comme les militaires, n’ont pas de droit de gr^ve, ni de manifester sans une autorisation de la hiérarchie et donc ils n’avaient théoriquement pas le droit de protester et surtout de défiler avec les voitures de l’administration.
    Qu’on le leur rappelle, d’accord, mais dire qu’on va sanctionner me paraît tout à fait anormal dans les circonstances actuelles. C’est vraiment n’avoir aucun sens de la communication entre hommes. Et la manifestation ne semblait pas du tout avoir un caractère politique, et cela semble une mauvaise excuse que de l’attribuer au Front National.
    
    Ce ne sont pas messieurs les politiciens qui se sont trouvés dans une voiture incendiée, avec des criminels pour les empêcher de sortir. J’ai l’impression queils ne se rendent pas compte de ce que c’est qu’être ainsi enfermé avec l’idée qu’on va mourir en souffrant atrocement. Et un des policiers est resté dans un  état très grave pendant plusieurs jours.
    Certes Manuel Vals a dit que tout serait fait pour retrouver les fautifs, mais on ne semble pas faire grand chose pour cela et cela donne l’impression d’être de la gesticulation politique.

    Il est quand même tout à fait anormal que les policier en soient réduits à se laisser tuer atrocement sans avoir l’autorisation de ne rien faire.
    Si un bandit ou un terroriste leur tirait dessus ils pourraient riposter.
    Là ils sont en face d’assassins qui les attaquent volontairement avec l’intention de tuer, quand ils bloquent les portes pour les empêcher de sortir. Je ne comprends pas qu’ils n’aient pas de droit faire usage de leur arme après sommations.
    Certes cela ne semble pas possible pour ceux pris au piège de l’incendie qui doivent sortir le plus vite possible de l’enfer, mais ceux de la deuxième voiture accompagnatrice aurait pu dégager la situation.
    Il ne s’agit pas de tuer les incendiaires, mais de pouvoir leur tirer dans les jambes; le risque de décès est très faible artère sectionnée sans interventiuon rapide). De plus cela permettrait d’avoir arrêté certains coupables et de les interroger avant de les déférer à la justice.    

    Dans de tels cas d’actions de groupe d’individus masqués, actuellement la pègre a l’impression d’être libre de faire n’importe quoi sans risquer une sanction et je comprends les policiers d’exprimer leur peur
    Il n’y a pas de vrai courage si l’on n’a pas peur, mais qu’on la surmonte.
    Sans doute la police manque t’elle d’effectifs dans certaines circonstance, mais il faut surtout renforcer ses moyens de protection, (protéger notamment le vitres des véhicules contre les pierres et coups par des films plastiques) et lui donner le droit de riposter, pour inspirer une certaine craint et donc une certaine retenue aux adversaires.

    Personnellement je verrais bien une autre mesure, mais je doute que les politiques osent le prescrire car il faut d’abord le faire accepter par l’opinion publique et en règlementer l’utilisation.
    Il est tout à fait possible de faire de petits fusils ou révolvers, qui lancent une petite seringue, qui contiendrait un soporifique relativement fort.
    C’est utilisé contre les animaux dangereux, ce n’est pas létal, et on sait le soigner. Il n’y a pas de séquelle au bout de quelques heures. Cela permettrait d’annihiler une action genre jet de cocktails molotov et d’arrêter les individus, sans dégâts corporels du type blessure par balle.

    Par ailleurs je trouve l’indignation de M. Sarkozy tout à fait déplacée et même cynique, quand on pense qu’il a supprimé, lorsqu’il était ministre, puis président, plusieurs milliers de postes de policiers.

    Je n’oublie pas les enseignants qui se sont trouvés face à des situations presque analogues à celle des policiers, et ont subi des blessures.
    Certes il n’est pas possible de les armer, on n’est pas aux USA.
    Mettre des vigiles dans les lycées est peut être une solution, mais encore faudrait il qu’ils ne soient pas démunis, comme les policiers, face à ces attaques.

    On a du mal à admettre le terrorisme, mais on se rend compte des implications et des difficultés pour lutter contre les attentats.
    Là il ne s’agit pas de terroristes, mais de bandits du milieu de la drogue, ou de jeunes des lycées mal dans leur peau.
    On comprend beaucoup moins bien qu’on n’ait pas des solutions pour limiter leurs exactions.
    Mais cela montre aussi un certain état de décomposition de la société et de manque d’éducation au départ par les parents.
    Un jeune qui a reçu une éducation et donc un minimum de règles de conduite, peut faire des bêtises dues à l’insouciance et l’inexpérience de la jeunesse, mais pas aussi grave au point de violenter des innocents et de volontairement attenter à la vie d’autrui.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3277276

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast