Vendredi 24 juillet 2015 à 8:48

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/Unknown-copie-6.jpg

    Les médicaments génériques sont une source importante d’économies pour la sécurité Sociale,
    En 2013, 2,4 milliards d’euros d’économies ont été réalisées en France grâce aux médicaments génériques. Depuis 2000, les économies cumulées sont de plus de 15.5 milliards d’euros. Aussi fiables et efficaces que les médicaments de marque, les médicaments génériques sont jusqu’à 50 % moins chers. Ils constituent donc un levier majeur d’optimisation des dépenses de santé. Près de 33% des médicaments remboursables vendus en France sont aujourd’hui des médicaments génériques.
    Mais cela entraîne quelques problèmes.
    Une enquête de 2012 avait en effet montré que si 50% des médicaments étaient fabriqués en France, cela se limitait le plus souvent à une mise en forme et un emballage, car 80% des produits chimiques de base étaient fabriqués en Asie ou en Inde.
    La Direction européenne de la qualité du médicament a mené en 2011, 18 inspections en Asie, qui ont abouti à la suspension d'autorisation de 29 sites.
    En début d’année 2015, suite à un contrôle effectué en Inde, l’Agence Européenne  a annoncé que 700 génériques pourraient être retirés de la vente.du Médicament
   
    Qu’est ce qu’un médicament générique?
    Lorsqu’un médicament a été vendu sous une marque particulière, et a fait preuve de son efficacité pendant au moins 10 ans  (on l’appelle médicament « princeps »), il est alors possible de vendre un médicament ayant la même composition qualitative et quantitative en principes actifs (substances à l’origine de l’efficacité du traitement), et la même forme pharmaceutique (comprimé, gélule, sirop…) que le médicament princeps.
    L’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments génériques est donnée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), qui demande
        - un dossier pharmaceutique qui comporte toutes les données apportant la preuve de la qualité du médicament ;
            - un dossier biopharmaceutique apportant la preuve de la bioéquivalence du générique par rapport au médicament de référence.
    Les excipients (substances sans activité pharmacologique jouant un rôle dans l’absorption du médicament, sa stabilité et son acceptabilité : couleur, goût, etc.) peuvent être différents de ceux du médicament princeps, de même que sa présentation (couleur, forme, goût…) et son nom commercial.
    Le prix du médicament générique est en général moins élevé que celui du médicament de référence, le laboratoire pharmaceutique responsable de la commercialisation du médicament original ayant préalablement couvert l’ensemble des frais nécessaires à la recherche et au développement.
    Un générique est donc conforme à la spécialité de référence, et présente les mêmes effets, même fabrication, même forme pharmaceutique. En revanche, le goût, la couleur, les excipients utilisés peuvent être différents.

    Les laboratoires pharmaceutiques ont essayé de contrera fabrication de génériques en transformant légèrement le médicament d’origine et en publiant de nouveaux brevets. Ils obtiennent ainsi des certificats complémentaires de protection, qui, depuis 1993, confère une prolongation d'exclusivité de cinq ans maximum, et la durée totale d'exclusivité ne pouvant excéder quinze ans.
    Les laboratoires multiplient également les actions en justice pour violation de brevets, ce qui suspend un temps la commercialisation du générique. Des laboratoires signent également des accords avec les génériqueurs pour différer la date de mise sur le marché des génériques concurrents. Ils peuvent aussi mettre sur le marché de nouveaux dosages du même médicament, ou développer de nouveaux produits, très proches du produit initial.
    Enfin, le laboratoire peut décider de baisser le prix du princeps, pour concurrencer le générique

    Finalement le médicament générique a normalement le même effet que le princeps d’origine, et est moins cher. C’est une solution pour faire baisser les prix au bout de 10 à 15 ans. Mais il faudrait toutefois être sûr de la bonne fabrication des matières de base, surtout celles fabriquées en Asie ou en Inde.
    Ne faudrait il pas indiquer le lieu de fabrication des médicaments sur les boîtes ?
    Le client pourrait raisin favoriser les produits d’origine française ou européenne.
    Je pense qu’également devrait rétablir l’affichage dupais des médicaments sur les boîtes, supprimé en même temps que la vignette, car, avec le système de tiers payant, on n’a plus aucune idée du coût des achats pharmaceutiques.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274148

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast