Samedi 29 décembre 2012 à 8:04

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/1002018.jpg

              Je n'ai jamais caché à mes correspondant(e)s, sur cowblog, que j'avais 80 ans et que donc mon âge me fait parfois voir les choses autrement qu'elles n'apparaissent pour les jeunes.
            Certes chacun a sa propre personnalité, la conformation de son cerveau, ses préférences cérébrales innées, et surtout la transformation par apprentissage due à l'éducation et l'instruction. Je sais qu'ayant une formation scientifique, j'ai une façon différente de raisonner d'une personne ayant une formation littéraire et j'essaie alors de m'adapter à sa démarche intellectuelle. mais surtout les événements de la vie vous donnent une quantité énorme de souvenirs, auxquels vous vous référez sans cesse, même inconsciemment. On appelle cela "l'expérience", mais il faut s'en méfier, comme l'ont montré les chercheurs en psychologie.
 
            La science est un des rares domaines où la nostalgie ne s'applique pas : on en saura toujours plus demain.
            Ce n'est pas le cas de notre mémoire qui transforme nos souvenirs.
            Comme tous, il m'arrive de me tourner parfois vers le passé et de repenser à la jeunesse, et, comme beaucoup de vieux, il m'arrive de me dire que c'était mieux en ce temps là, que l'amour était vrai, que votre petite amie ne vous quittait pas, (sauf si elle mourrait hélas), que les films étaient plus intéressants, que les chansons avaient un air qu'on retenait, qu'il n'y avait pas toute cette pollution, les trains arrivaient à l'heure, et les jeunes étaient mieux éduqués.....
            C'est cette note de regret que l'on entend souvent dans le discours des personnes âgées, dont certaines sont convaincues que le passé était paré de toutes les vertus, alors que le présent ne représente qu'une lente décadence les éloignant chaque jour davantage, de cet âge d'or. Certes, le vieillissement lui-même explique une partie de ces regrets : la dégradation des forces vitales et parfois mentales fait naître une nostalgie de la jeunesse, laquelle est revécue à travers un prisme favorable. Mais un autre mécanisme - cognitif - a été identifié récemment.
 
            A l'Université Harvard, Elisabeth Kensinger et Daniel Schacter ont constaté que, chez les personnes âgées (entre 62 et 79ans, dans cette étude), une zone cérébrale, inerte chez les plus jeunes, s'active lorsqu'elles doivent mémoriser des images agréables et plaisantes.
            Cette zone, le cortex préfrontal médian, est utilisée habituellement, lorsque l'on imagine un objet, une action ou un concept en rapport avec soi-même, qui vous concerne particulièrement.
            Les personnes âgées vont ainsi avoir tendance, si elles doivent mémoriser une image agréable, par exemple d'un moelleux au chocolat, (miam !), à se voir elles-mêmes en train de manger ce gâteau. Ces images mentales s'appuient sur des souvenirs positifs du passé.
            Au contraire, les images négatives ne produisent pas cette prise de position autocentrée et risquent moins de raviver des souvenirs associés. Dès lors, Ie passé est ravivé plus souvent par des émotions positives.
 
            Ce mécanisme permet de comprendre la mémoire sélective.
            C'est au contact du présent que le passé se reconstruit en permanence: les motifs de satisfaction présents font resurgir des images positives du passé, lesquelles sont ainsi consolidées, puisque nos souvenirs non répétés s'effacent peu à peu, llors que la répétition d'un souvenir le consolide.
            En revanche, les expériences ou images désagréables survenant dans le présent
ne provoquent pas ce rappel d'événements passés négatifs, parce que le cortex préfrontal médian ne s'active pas et ceux-ci, s'ils ne vous ont pas traumatisés, passent peu à peu dans l'oubli.
            C'est vrai que les images de ma jeunesse m'apparaissent belles, et pourtant, c'était la guerre et ensuite les privations qu'elle a engendrées. Oui mais j'étais jeune et plein d'espoir !!
 
Par maud96 le Samedi 29 décembre 2012 à 21:04
Magie de la "mémoire nostalgie" : elle embellit le passé même quand il était bien pire que le présent (cf les récits de mes grands-parents sur leur manger en période de guerre !). Ce passé "affreux" devient un exploit et une aventure dont on "s'est sorti".
Joyeuse fête de réveillon, j'espère pour toi !
Par Tigrou le Dimanche 30 décembre 2012 à 11:41
C'est plutôt "rassurant" de se dire qu'on ne retiendra que le positif (ou qu'on enjolivera quelques situations) de notre vie.
C'est vrai qu'on est parmi les vieux de cow, et je suis étonnée moi-même d'être toujours là après tant d'années. Quant à l'idée de bloguer à 80 ans et de pouvoir partager son expérience justement, je trouve ça vraiment génial !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3223204

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast