Lundi 26 janvier 2015 à 8:10

Informatique, médias, internet

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/objetsconnectes.jpg

     Je n’ai pas l’impression, malgré mon âge (bientôt 83) d’être très en retard sur mon siècle. J’ai utilisé de gros ordinateurs depuis 1965. Je me sers d’un microordinateur depuis 1980. J’arrive à trouver à peu près ce que je cherche sur internet, je me sers sans trop d’erreurs de la télévision et des machines à laver ou des outils de bricolage, et j’arrive même à me débrouiller avec la programmation de la régulation de la chaudière.
    Et pourtant je suis un peu effaré de la pub faite à la télé, notamment pour Noël, sur tous les objets les plus divers, qui sont maintenant « connectés » et notamment les moyens de surveiller notre santé.
    J’entendais l’autre jour, un médecin dire que le marché des »objets connectés de santé » représentait 4 à 5 milliards d’euros, probablement quatre fois plus dans cinq ans,  et qu’il allait bouleverser nos habitudes.

    Je suis tout à fait conscient de l’utilité pour un malade, de pouvoir facilement mesurer sa tension, son rythme cardiaque ou son taux de sucre dans le sang, encore qu’il faut qu’il ait reçu une petite formation pour savoir interpréter les données et savoir quoi en faire ensuite. Cela peut sans doute le rassurer (ou parfois l’inquiéter) et cela permet d’appeler le médecin en prévention. Mesurer soi même le taux de prothrombine du sang, pour une personne sous anti-coagulant est plus pratique que d’aller tous les mois se faire faire une prise de sang, mais encore faut il après ne pas modifier n’importe comment son traitement. (enfin c’est quand même assez simple, la relation est presque linéaire entre le taux et le médicament).
    Par contre vendre en pharmacie des électrocardiographes est idiot : une personne qui n’a pas fait des études de médecine ou de pharmacie ne sait pas l’interpréter.

    Je suis plus inquiet quand je vois Google qui se lance dans la collecte de données de l'ADN de milliers de volontaires, certes dans un but louable : mieux détecter les éléments déclencheurs de maladies mortelles et les start-up qui veulent développer un outil très simple et pas cher, de mesure de son propre génome.
    D’abord je ne vois pas à quoi cela peut nous servir, la connaissance des fonctions des divers gênes étant une question encore assez mal connue, même pour les spécialiste, et, pour avoir lu quelques études, cela ne me paraît pas simple à comprendre.
    S’il ne s’agit pour Google, que de statistiques anonymes, pour comprendre les « mécanismes qui régissent un corps en bonne santé », et prévenir les maladies graves comme les maladies de coeur ou le cancer, c’est très bien (encore que est ce une question que l’on peut résoudre par la génétique ?). Mais il est certain que cela peut permettre de ficher les gens personnellement. Et une trop grande facilité à pouvoir analyser le génome peut entrainer des abus, que ce soit en entreprise (notamment banques et compagnies d’assurance) ou au sein d’une famille.
    Je sais bien que Google a des idées assez novatrices, telles que ses lunettes intelligentes, la voiture sans chauffeur ou la couverture mondiale d’internet grâce à des ballons d’hélium. Larry page est un milliardaire original.
    Par exemple, les « Google glass » sont un véritable ordinateur que l'on pose sur son nez et qui se commande à la voix et au toucher. À l'aide d'un petit écran, l'utilisateur peut naviguer sur Internet, suivre les directions de son GPS ou prendre des photos grâce à un objectif monté sur l'appareil.
   
    Je suis aussi un peu dubitatif sur l’utilité du pilulier électronique ou de l’appareil de mesure de calories de la nourriture pour chiens et chats
    Je ne sais pas si nous avons besoin d’un bracelet ou d’une montre, qui, en permanence, va nous fournir notre rythme cardiaque, notre tension, contrôler notre respiration, et mesurer le nombre de pas, ou d’une ceinture pour nous avertir que nous relâchons trop les muscles de notre dos et d’une brosse à dent qui analyse la fréquence et la manière dont vous vous brossez les dents.. Je vois déjà assez de gens qui passent leur temps à écouter les bulletins météo et à consulter leur horoscope !!
    Mais quand je vois qu’aux USA, on peut porter un serre tête pour analyser les mouvement de son ciboulot et augmenter sa concentration, et qu’ils envisagent de permettre de scruter son état mental, son comportement, et ses émotions dans le but de s’améliorer, là je commence à vraiment croire que l’on est en plein délire et que l’on va vers une société d’assistés mentaux. De plus déjà comprendre quelqu’un quand on a de bonnes connaissances de psycho n’est pas facile, alors combien d’élucubrations farfelues va t’on engendrer ?

    Les applications santé sur téléphone portable fleurissent aussi en toutes saisons.
Certaines sont de simples conseils et peuvent être utiles. Mais d’autres vont faire croire à quelqu’un qu’il est un sauveteur compétent, alors qu’il n’a jamais subi de stage pratique pour cela. Pire encore si on se met à s’administrer soi-même des médicaments, même si ce sont ceux en vente libre sans ordonnance.
    J’ai jeté un coup d’œil sur une application « que prendre comme médicament », qui était un «Vidal » (le dictionnaire des médicaments des médecins),  très simplifié et dont l’usage par une personne non avertie est à mon avis dangereux.
    Je suis aussi assez sceptique sur les appareillages et les logiciels qui analysent votre sommeil, afin de mieux vous reposer. Je crains que ce soit presque aussi dangereux que les somnifères.

    Je suis certes pour le progrès scientifique et technique, mais de même que j’estime qu’il est dangereux de conduire une voiture, un bateau ou un avion, sans avoir subi la formation nécessaire et au bon niveau théorique et pratique, de même je pense que n’importe quel instrument informatique connecté n’est pas utilisable par tous, car il nécessite des connaissances pour en interpréter les données.
    De plus on ne peut s’en servir n’importe où (voir les accidents de ceux qui, au volant, téléphonent, tapent un SMS, voire regardent internet sur leur portable.

    Enfin je crains que d’avoir de nombreux appareillages automatiques d’assistance ne tuent notre imagination, voire même notre bon sens et notre intelligence, en nous donnant l’habitude de ne plus réfléchir, et de ne plus imaginer. (voyez tous les modèles des logiciels US de lettre, de carte, d’album photo, le réfrigérateur qui fait votre liste de courses, ou même votre GPS qui vous faiut oublier les cartes géographiques - je me demande si mes arrières petits enfants sauront encore lire un plan et écrire avec un crayon !).



Par Jack-sceptique le Jeudi 29 janvier 2015 à 11:38
Lol, même après 6 ans d'études, si on est pas cardiologues, des fois on galère à interpréter un ECG... Heureusement qu'on a droit au joker illimité : "l'appel à un ami cardiologue" xD

Sinon pour le "Vidal pour tous", je ne sais pas comment c'est fait mais ça sonne dangereux à mes oreilles. Pour ceux qui ont déjà plongé leur nez dans ce merveilleux (beuarp) outil, une fiche médicament c'est juste tellement indigeste. Mais toutes ces informations (croyez-moi parfois y'en a des pages pour une seule molécule) sont à prendre en compte dans la prescription.
Je doute fort que le consommateur moyen ne prenne même la peine de lire toutes ces informations. De là à les comprendre il y a encore une abîme...

Enfin, on vit dans un tel monde de coupables (plus aucun problème ne peut arriver sans que l'on pointe un coupable ! souvent les autorités pour "n'avoir pas prévu et prévenu" le risque), comment voulez-vous dans de telles conditions que l'assistanat, aussi délétère soit-il, ne prenne pas une ampleur démesurée ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3271458

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast