Vendredi 8 mars 2013 à 7:23

Politique, économie, religion.

            Après mes articles sur l'Islam, j'ai reçu quelques questions. On m'a demandé aussi de faire des articles analogues sur l'Afrique Noire.
            Cette première synthèse est celle d'articles du "Courrier International" au début de l'intervention au Mali.

            D'abord qu'est ce les "salafistes". Ce n'est pas une autre religion de l'islam, mais plus une "philosophie religieuse".

            Le salafisme est une doctrine qui voit l'avenir de l'humanité dans le passé, car elle prône que nous devons calquer notre vie sur celle des "solaf" (les ancêtres vertueux).
           
Contrairement à nous qui voyons l'avenir constamment en évolution, avec l'apport de la science et du progrès, mais évidemment sur la base de ce que nos ancêtres ont construit, les salafistes estiment que te modèle à suivre est achevé et derrière nous. 
           L'avenir pour eux est donc une régression, un retour au passé et les ociidentaux sont des ennemis qu'il faut détruire.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Mali.jpg

            Quelle est l'origine du salafisme au Mali et plus généralement en Afrique.

            Depuis que le peuple malien a renversé la dictature en place, en1992, le Mali a connu une relative démocratie; il survivait grâce à l'aide occidentale et à l'exploitation de l'or et du coton, et il s'en sortait mieux que beaucoup de ses voisins.
             Mais, profitant de l'aide, son gouvernement est devenu suffisant, corrompu et a négligé tout développement notamment au Nord pauvre du pays.
            En 2012, un jeune capitaine, Amadou Haya Sanogo, voyant le mécontentement de la population, s'est emparé du pouvoir. mais a dû toutefois le partager avec un président et un premier ministre civils et accepter de préparer le pays à un retour à la démocratie.un acteur puissant.
            Ensuite, le nord du pays a servi de refuge à des rebelles salafistes chassés d'Algérie à la fin des années 1990 et a été la cible de groupes islamistes armés, mobilisés et flnancés par des fondamentalistes saoudiens et par le Quatar.

            Le gouvernement malien a perdu le contrôle de ses territoires du Nord depuis 2003, quand un mouvement lié à Al Qaïda (le GSPC) a installé sa base dans d'anciennes mines de sel gemme, dans le Sahara, à 750 km au nord de Tombouctou.
            Ce mouvement était une réplique d'un mouvement similaire, implanté depuis 1997 dans les montagnes de Kabylie, en Algérie, émanation des GIA (Groupes islamiques armés, qui ont tenu un rôle important dans la guerre civile algérienne des années 1990, qui a fait entre150 000 et 200 000 morts.
            La branche sahélienne, dirigée par Mokhtar Belmokhtar, (dont on dit qu'il a été récement tué ?) s'est rapidement intégrée au réseau de contre-bande qui s'étend sur tout le Sahara, exploitant ces liens pour financer et fournir des armes à son organisation mère du nord de l'Algérie.
            En fait l'Algérie n'a rien fait pour éliminer le groupe et a au contraire écarté d'autres puissances, notamment la France et les Etats-Unis, tout en affichant sa volonté de coopérer, sans doute pour ménager les touaregs qui occupaient le Sahara.
            Dès lors le GSPC-Aqmi constitue une menace pour les états limitrophes, en particulier pour la Mauritanie et Ie Niger,où la France détient d'importants intérêts dans les mines d'uranium, et le Mali, état plutôt fragile, alors qu' il n'a jamais véritablement représenté un danger pour l'Algérie, jusqu'à l'attentat de janvier 2013 sur une base pétrolière.

            Le GSPC-Aqmi n'a cessé de développer ses activités, criminelles et politiques, et il a profité de la crise lybienne, car, alors que tout le monde pensait que les groupes extrémistes d'Afrique du Nord se précipiteraient en Libye pour participer à la guerre contre Kadafi, les seuls qui se sont effectivement engagés, sous la houlette du GSPC-Aqmi, cherchaient bien davantage à faire sortir des armes et des véhicules du pays, pour armer les groupes sahariens.
            Le GSPC-Aqmi a ensuite profité de la rébellion touareg contre le gouvernement central malien et de l'annexion du nord du Mali, dont les Touaregs ont proclamé en avril 2012 l'indépendance sous le nom d' Azawad, Le GSPC-Aqmi souhaitait profiter de l'affaiblissement du gouvernement malien pour créer le noyau d'un émirat islamiste et a peu à peu chassé les touaregs de la région conquise.
            Mais le GSPC-Aqmi, dirigé essentiellement par les émirs algériens, s'est vu dépassé par deux autres groupes : Ansar Dine (les défenseurs de la religion), proche des Touaregs, et le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), essentiellement composé de Mauritaniens et de Maliens.

            Ansar Dine et le Mujao ont repris les principales ülles du nord du Mali, notamment Tombouctou et Gao, et ont imposé leur charia, contraignant les populations à se plier à leur culture et détruisant les inestimables mausolées arabes et leurs trésors culturels.
            Conscient d'avoir perdu la haute main sur le Sud, le GSPC, implanté dans le nord de l'Algérie, a tenté de favoriser un regroupement des mouvements islamistes au Sahel et l'Algérie, qui utilisait ces organisations pour renforcer indirectement la sécurité à ses frontières, s'est  décidée soudain à éradiquer le terrorisme sahélien.
            Pendant ce temps, Ansar Dine et le Mujao ont progressé vers le sud, comptant s'approprier tout le Mali, ce qui serait sans doute arrivé, sans l'intervention de la France, puis des autres nations africaines..

            La carte en début d'article, tirée également du Courrier international, montre les forces en présence dans cette partie de l'Afrique, les effectifs des armées nationales des divers pays et les bases françaises.
            A noter la présence d'un groupe salafiste très important dans les montagnes du nord du Niger. BOKO HARAM, dirigé par un Nigériian, Abubakar Shekau, qui est probablement à l'origine de l'enlèvement de la famille française.

            Demain je me poserai la question : qu'arrivera t'il après le Mali.?


Nota : si vous n'arrivez pas à lire les textes de la photo, sortez la sur le bureau de votre ordinateur et mettez la plein écran.
Par maud96 le Vendredi 8 mars 2013 à 20:10
Par Au velo le Lundi 11 mars 2013 à 15:37
J'aime beaucoup tes explications simples et compressibles par tous continues.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3233188

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast