http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/1001771.jpg
    Cela fait longtemps que je n’ai pas fait des articles sur le cerveau.
Je vais donc essayer de m’y remettre un peu.
    Aujourd’hui, je vous parlerai de la coordination entre certaines de nos sensations, notamment la vue et l’ouïe.


    Comment le cerveau unit-il les sons et les mouvements ?
    Le neuro-biologiste Khalafalla Bushara, à l'Université de Bethesda, aux États-Unis, a soumis des personnes à l’expérience suivante : elles devaient observer un écran blanc où se déplaçaient deux barres noires verticales, partant de cotés opposés de l'écran.
    Les barres animées de mouvements de va et vient horizontaux, se croisaient et les sujets devaient indiquer si elles rebondissaient l'une sur l'autre, repartant en sens inverse ou si, au contraire, elles se croisaient et continuaient leur chemin dans la direction initiale.
    Le spectateur ne sait pas comment choisir entre les deux scénarios, car les barres sont identiques.
    K. Bushara a observé que, dès qu'il ajoutait un son à l'expérience, par exemple le son d'une collision entre deux objets, les personnes étaient persuadées que les barres se heurtaient et rebroussaient chemin.
    Ainsi, le cerveau opère ses choix en fonction de la cohérence entre les diverses perceptions sensorielles.

    Avez-vous déjà assisté à un spectacle de ventriloquie ?
    Vous avez alors eu l’illusion que le son de la voix semble sortir de la bouche du pantin ou de l’animal qu’il tenait.
    Certes ce n’est pas facile de parler sans remuer les lèvres et cela le ventriloque doit apprendre à la faire. Il faut aussi que sa poupée soit suffisamment articulée pour remuer les lèvres de façon réaliste.
    Mais que fait le ventriloque pour projeter sa voix sur la poupée ? Il ne fait rien.!!!
    L’illusion ne se produit pas sur la scène, mais dans le cerveau du spectateur, qui unifie spontanément les perceptions : parole et vision.
    C'est pourquoi il attribue le son à la poupée, car c'est le seul objet proche qui remue les lèvres.
   
    Les zones responsable de cette unification ont été identifiées. Les personnes ont été examinées au scanner: des zones bien particulières du cerveau 'activent. Dans ces zones, des neurones sont sensibles à des stimulus divers : les sons, les images, les contacts, et polyvalents, ils savent réaliser la « fusion des sens ». pour pouvoir percevoir les objets et les êtres de façon unifiée.
    Ces zones que vous trouverez en rouge sur le schéma ci dessous sont :

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/cerveauoptique.jpg

        - les zones occipitales où se trouvent les centres d’interprétation de la vision, images et mouvements.
        - les zones du cortex pariétal  (au dessus et sur le coté de l’occipital,) où se trouvent les centres d’interprétation des diverses sensations dont la vue et l’ouïe.
        - le thalamus qui comme je l’ai expliqué dans mes articles sur les sensations, fait un balayage des diverses zones d’interprétation et envoie au cortex des informations sur l’ensemble des sensations et leur interprétation ou plutôt leur “assemblage” permettant l’interprétation.
        - le colliculus au niveau du tronc cérébral qui dirige les mouvements des yeux en fonction de l’intérêt porté sur l’environnement.
        - le cortex insulaire (appelé aussi “insula”), qui fait le lien entre les sensations et les sentiments. Il reçoit des information de l’hypothalamus et du thalamus pour intégrer des données sur l’état du corps (données d’homéostasie, c’est à dire l’équilibre de nos paramètres vitaux : tension, coeur, concentrations sanguines...) et rendre cette information disponible pour des processus cognitifs et émotionnels soit dans d’autres parties du cerveau émotionnel, soit vers le cortex frontal    
    Il est aussi associé aux processus de douleur ainsi qu’à plusieurs émotions de base comme la colère, la peur, le dégoût ou le désir, la joie ou la tristesse.
    Il est donc souvent un “pont” entre nos sensations et nos émotions.
        - et évidemment les cortex frontal et préfrontal qui sont le siège de la réflexion et de l’organisation de nos actes.
    Ce sont eux qui, en dernier ressort décident de ce que nous pensons et qui vont donc dire que c’est la marionnette qui parle (et ils se tromperont !!!).
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3000561

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast