Jeudi 23 juin 2011 à 7:56

Enseignement, école, fac

    Ce sera encore un article sur les sujets du bac car un de mes lecteurs (http://justme.cowblog.fr/) m’a adressé deux nouveaux sujets de philo des sections STI, qui m’ont intéressé.
    Merci de me les avoir envoyés, je ne connaissais pas ces sujets.


http://lancien.cowblog.fr/images/images/justicelaxiste.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/mediumLoideMurphy.jpg






















        Est-ce la loi qui définit ce qui est juste?

    Ce sujet m’a beaucoup intéressé, car je ne l’avais jamais traité en classe (pourtant à l’époque on avait une dissertation de philo à rendre toutes les semaines, même en S) et je n’avais pas eu l’occasion d’y réfléchir particulièrement depuis.
    Au départ il paraît simple : que veut dire le mot “juste” c’est être conforme à la loi, aux règles instituées par la société.
    La loi est censé éviter le recours à la force, à la vengeance personnelle, en instituant des règles qui permettent de régler les conflits et éventuellement de sanctionner en fonction de la gravité des fautes commises.
    Donc tout paraît réglé : la loi définit ce qui est juste. Etonnant qu’un sujet soit traité en 3 lignes, et effectivement si on réfléchit un peu ce n’est pas si simple.

    Prenons d’abord le juridique, les textes de loi élaborés dans un pays démocratique comme le nôtre : ces textes sont ils justes aux yeux de tous ?
    Certes ils sont élaborés par nos élus et sont donc censés ne pas être partisans, mais représenter l’opinion de tous et ils devraient donc nous paraître justes parce conformes à ce que nous pensons.
    Mais d’une part ces textes sont souvent un compromis entre prévention et répression, et évaluer la gravité des fautes n’est pas mathématique, donc l’erreur ou simplement l’écart entre opinions est possible.
    D’autre part les textes d’un moment sont élaborés par une majorité ayant ses opinions, ses électeurs. Une majorité représentant les riches peut elle élaborer des textes qui soient vraiment justes pour les pauvres ?
Et chaque cas est particulier, en fonction des circonstances, et la loi ne peut traiter chaque cas; elle est donc partiellement imprécise et heureusement il y a des juges et des enquêtes.
    Que dire alors quand la loi est élaborée dans un pays non démocratique, par exemple au bon vouloir d’un dictateur par exemple.?
    Et par ailleurs la loi élaborée dans un pays peut paraître tout à fait injuste à des personnes d’un autre pays : la loi américaine, basée sur la jurisprudence nous paraît moins garantir le juste traitement des parties et que dire de pays où l’on coupe la main du voleur, où l’on lapide la femme adultère, ou l’on condamne à mort les homosexuels.! Un génocide même justifié par la loi est il tolérable?
    La loi définit donc ce qui est censé être juste, mais la loi n’est pas universelle et son élaboration ne peut garantir la justice pour tous.

    Mais la “loi juridique “ est elle toute la loi? A coté d’elle des règles tout aussi contraignantes existent : les règles morales, religieuses, sociales et sociétales.
    Agir conformément à la loi est souvent très au dessous de ce que nous imposent ces autres règles. Et aux juges se substituent les moralistes et les éducateurs, les prêtres et l’opinion et le jugement des autres, tout aussi terribles.
    Les moralistes ont pour guide leur éducation personnelle, leurs propres convictions, leurs intérêts, leur subjectivité dans un domaine qui n’a aucune rigueur scientifique. De même pour les prêtres, soumis en outre à la pression de leur église, et parfois comme le montre l’histoire, imbus du pouvoir qu’ils ont sur les fidèles qui leur sont soumis. Quant à l’opinion des autres, elle est totalement subjective et irrationnelle, soumise à la mode, à des délires moutonniers et parfois cruelle comme le montrent les plaintes de certaines de mes guenons soumises au haro de leurs camarades de classe.

    Mais allons plus loin, celui qui se soumet à la loi est il juste pour cela, et est il souhaitable que toutes ces règles nous soient imposées sans que nous puissions les discuter.?
    Freud indique qu’après avoir admis enfant les règles que l’on nous a données, nous faisons une analyse et nous gardons celles que notre intime conviction a considérées comme justes : c’est le “surmoi”... à moins que nous ayons gardé celles qui nous arrangent, dans notre intérêt.

    Finalement le problème de la loi et des règles est plus une confrontation avec le problème de liberté individuelle.
    La loi est un minimum imposé pour que la vie dans une société donnée soit possible (et harmonieuse ?). et au plan juridique ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé, ce qui est quand même préférable au droit du plus fort. Mais certaines sociétés préfèrent dire que tout ce qui n’est pas autorisé est interdit.
    Mais à coté de la loi existent des règles basées sur des valeurs (morales et religieuses lentes à s’adapter), qui sont plus liées aux notions de “bien” et de “mal” qu’aux notions de justice, et sur des us et coutumes sociétales,qui évoluent plus rapidement, mais sont plus arbitraires.
    Et finalement c’est à chacun de trouver la place de ces règles propres dans le cadre d’un respect des lois et de la liberté du voisin.

http://lancien.cowblog.fr/images/images/Artmoderne23951.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/ArtModernelarge08.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/bostonterrierpopdogartcollage.jpgCes tableaux sont exposés dans des musées

        L'art est il un moyen d'accéder à la vérité?

    Je n’aime pas beaucoup ce sujet car il me paraît reposer sur la signification du vocabulaire et il n’y a rien de plus propre à malentendu car les interprétations peuvent être divergentes.
    Qu’est ce que l’art? Nous connaissons tous la peinture, la sculpture, la musique, la littérature, la photographie, le cinéma ..... Ce sont les actions menées par des “artistes”, une façon pour eux de s’exprimer, mais souvent également de communiquer. Cet action aboutit souvent à une réalisation qui s’adresse surtout à nos sens , nos sentiments et nos émotions.
    En général cette action a un souci, un but esthétique.
    On parle d’oeuvre d’art, encore que le contenu de ce terme soit très variable et mal défini (cf les neuf muses), et l’on va jusqu’à dire que “un objet d'art, par définition, est l'objet reconnu comme tel par un groupe d’individus”.!!
    J’ai été étonné de voir au musée d’arts modernes ou vendus très chers, des tableaux comportant quelques bandes de couleur sur un fond blanc : des enfants en font d’analogues à la maternelle. Sont ils des artistes ?
    Mais dans des expressions comme “l’art de faire telle chose”, ou autrefois “la médecine est un art” ... l’art est alors la manière de faire une chose selon une méthode, selon des procédés.

    Qu’est ce que la vérité? C’est tout aussi flou ! C’est la qualité de ce qui est vrai, c’est à dire réel, ce qui est conforme aux faits, ce dont on peut apporter la preuve.
    Mais c’est là l’aspect de la réalité juridique, historique et scientifique. Car dès que nous parlons de pensées, d’imaginaire, de concepts abstraits, la vérité devient plus floue, c’est quelque chose de conforme à des représentations (de préférence les nôtres!). Elle est le contraire de l’erreur et est liée au jugement.
    C’est finalement la conformité de ce qu'on dit, de ce qu'on pense avec ce qui est, de ce qu'on dit avec ce qu'on pense.
    Les cours de philo donnaient maintes interprétations et définitions de philosophes, que j’ai bien sûr oubliées : Aristote, Descartes, Kant, Spinoza, Nietzsche...mais que connaissent mes correspondantes philosophes.

    Même si les sentiments, les émotions sont des faits réels, ce sont des ressentis personnels, différents de l’un à l’autre, très imprécis, que nous avons bien du mal à décrire, à même comprendre. L’émotion esthétique, le sentiment de beauté en font partie. Nous avons tous des ressentis différents devant tel type de peinture ou de musique. Le beau s’éprouve alors que la vérité se prouve.
    Un film peut vouloir prouver ce que son auteur considère comme une vérité  (sur un procès par exemple), mais ce n’est pas le coté artistique du film qui lui est lié aux images, aux acteurs aux émotions ressenties, peut être certes liées au sujet, mais indépendamment de la vérité ou de l’inexactitude de celui-ci.
    A la limite l’art, qui est une représentation imaginaire et originale, peut même nous détourner de la réalité.

    Par contre l’art , en tant que méthode, manière de faire une chose demande des qualités analogues à celles nécessaires en sciences, en justice, en histoire pour accéder à la vérité : imagination,observation, perspicacité, rigueur, opiniâtreté et habileté, mais aussi des connaissances techniques du métier.

    Un petit supplément : j’ai bien aimé un blog d’une jeune qui débute sur cow et a 13 ans. Lazaza mérite quelques encouragements . http://lazaza.cowblog.fr/
   
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3117679

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast