Samedi 3 juillet 2010 à 8:27

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/mendel011.jpg


Johann Gregor Mendel 1822-1884, un moine botaniste autrichien, qui avec bien peu de moyens, va cependant trouver les premières clés de l'hérédité.








Nota : Si certain(e)s d'entre vous font un TPE sur l'hérédité et l'ADN, vous pouvez vous servir des figures de ces articles, qui sont des montages que j'ai réalisés à partir de figures plus complexes, provenant d'articles de chercheurs, notamment M;Angulo Mora, biologiste au CEA.











     Vous m’avez demandé plusieurs fois de faire des articles sur le génôme et j’ai toujours différé parce que ce n’est pas très facile à expliquer simplement.
    Je vais quand même essayer, en ne faisant pas des articles trop longs et en essayant de simplifier les schémas dont je dispose, afin qu’ils soient plus facile à comprendre.
    Comme presque tou(te)s mes correspondant(e)s sont maintenant au lycée ou dans le supérieur (elles ont vieilli depuis six ans pour certaines!), je pense que vous avez eu un cours de SVT.
    Je suppose que vous avez entendu un peu parler du génome, de l’ADN (acide désoxyribonucléique), support de l’hérédité dans nos cellules et de l’ARN (acide ribonucléique) qui transporte ensuite certaines caractéristiques de l’ADN pour créer les cellules de notre corps.
    Mais sans doute ne savez vous pas très bien ce que c’est, sauf celles qui font des étuides de biologie.
    Alors je vais essayer d’éclairer votre lanterne.
    Aujourd’hui je vais faire un peu d’historique et demain je parlerai de l’ADN.
    Le bac et les partiels sont finis, alors un peu de courage : ce sont les vacances !! lol

    Nous nous posons souvent des questions concernant notre hérédité : comment nos caractères génétiques se sont ils manifestés, chez nos parents, nous mêmes, nos descendants, notre famille. ?
    L'un des précurseurs dans ce domaine a été G. Mendel, un moine qui en 1860, après avoir installé dans son monastère un jardin expérimental où il cultive des petits-pois, a découvert les bases théoriques de l'hérédité. Mais le monde scientifique d'alors ne l'a pas cru.
    Le médecin F. Miescher en 1869 à Bâle, découvre ce qu'il croyait être une protéine, mais dont il montre la nature d'acide : la « nucléine » qui n'est autre que l'ADN, mais dont on ne connaît pas encore la structure.
    Le médecin allemand W. Flemming découvre en 1878 les chromosomes et est le premier à décrire la mitose, division des cellules au cours de laquelle les chromosomes se dédoublent.
    Le biologiste allemand T. Boveri entre 1887 et 1900 montre la relation entre les chromosomes et les facteurs génétiques et  que la mitose des cellules sexuelle (appelée méiose), se fait avec division par deux du nombre des chromosomes.
    Jusque là les découvertes étaient surtout d’ordre biologique; au 20ème siècle, on va faire maintenant des découvertes sur les structures chimiques.

    En 1896, l'allemand Kossel identifie les quatre bases azotées ( C,G,T,A) qui forment les “barreaux de l’échelle de l’ADN, mais on ne connaît pas encore cette structure spatiale. C’est l’enchaînement de ces quatre bases qui est le support de notre hérédité et constitue le génôme.(pas la peine de vous rappeler les formules; rappelez vous seulement : C,G - T,A)

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/basespuriques.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/desoxyribose.png



    Levene et Jacobs, identifient en 1927 le désoxyribose. C’est un sucre (un hydrate de carbone). Il forme la structure de l’hélice de l’ADN, mais on attendra encore longtemps avant de la connaître.




    Le médecin américain Th. Avery en 1944 montre que l'ADN (la nucléine) est le support de l'hérédité des cellules dans les chromosomes de bactéries.
     En 1950, E. Chargaff montre que les proportions des 4 bases sont telles que la guanine et la cytosine sont toujours associées, de même que l'adénine et la thymine.

    En 1953, J. Watson et F Crick reçoivent le prix Nobel pour avoir déterminé grâce à la diffraction de rayons X, la structure en double hélice de l'ADN.
    Ils montrent que les désoxyribose se lient à un phosphate et forment ainsi une chaîne hélicoïdale et que les bases azotées se lient à ces riboses comme le montre le schéma ci-dessous.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/ADN.jpg

    Et en 1959 S Ochoa et A Komberg reçoivent également le prix Nobel pour avoir élucidé le mécanisme biologique de sa synthèse.

    Enfin, en 1965, Jacques Monod reçoit aussi le prix Nobel avec François Jacob et André Lwoff pour ses travaux sur l'ARN messager.qui va transporter dans les cellules une partie du message de l’ADN pour synthétiser acides aminés et protéines, qui sont à la base de toute la vie.

     Demain je vous montrerai comment l'ADN est inséré dans nos cellules.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3014977

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast