Mardi 22 septembre 2009 à 6:18

Ecologie, Changement climatique

     Je voudrais aujourd’hui parler des "ménages" (au sens économique du terme, chacun d’entre nous en fait partie) et des transports, puis demain de l’habitat et des économies d’énergie.
     L’ Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) estime que les émissions de CO2 d’un ménage français (en moyenne environ 16,4 tonnes de CO2 par an)  sont dues (voir camembert) :

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/menages.jpg

    - pour moitié à ses consommation propres en matière de transport et de chauffage du logement et de l’eau sanitaire (y compris les machines ménagères), qui représentent chacune 25 % environ.
    Le ménage dispose d’une réelle marge de manoeuvre pour réduire dans ses gestes quotidiens, ses consommations d’énergie et donc ses émissions de CO2 que ce soit au niveau des choix d’investissement ou au niveau des comportements d’utilisation des équipements.

    - pour moitié à des services rendus par la communauté et les entreprises  : fabrication, transport et activités liés aux produits et services
    Il est bien sûr plus difficile pour un ménage, dans ses gestes quotidiens, d’agir pour réduire les consommations d’énergie et les émissions de CO2 liées à la fabrication des produits et au transport de marchandises. Il a la possibilité cependant pour satisfaire un besoin donné, d’orienter ses choix de consommateur vers les produits les moins intensifs en énergie (du point de vue de la fabrication et du transport)


           Les Transports

    Ils ne contribuent dans le monde qu’à environ 15% des émissions de CO2 provenant des véhicules (autos et camions) utilisant essence et gazoil, des avions et des transports maritimes.
   
    En France ce pourcentage est plus important du fait que notre production d’électricité est écolugique à 95% nucléaire et hydraulique.: environ 27 % des rejets de CO2 dus aux transports.
    L a puissance installée du parc automobile est 20 fois supérieure à celle installée des centrales électriques, mais elle n’est  utilisée que 5% du temps, de telle sorte que les transports terrestres dépensent autant d’énergie que l’on consomme d’énergie électrique !!
    Les transports aériens représentent environ 12% par rapport aux transports terrestres et les transports maritimes 5%.

    Réduire les émissions des véhicules est donc un défi important pour la France, mais je ne pense pas que ce soit la taxe carbone qui le résoudra.
    Par quoi remplacer essence et diesel. ?

    Les biocarburants actuels émettent moins de CO2, mais le gain n’est pas spectaculaire et ils ont l’inconvénient d’entrer en compétition avec la biomasse alimentaire.
    C’est  la  raison  pour  laquelle  il  faut  développer  les  carburants  de  deuxième  génération  utilisant  la biomasse lignocellulosique (bois, déchets de bois, taillis, paille, etc.). En apportant de l’hydrogène, on peut doubler ou tripler le rendement à l’hectare par rapport aux biocarburants de première génération.
    Dans les pays où l’énergie électrique est produite par des centrales à combustibles fossiles, comme l’Allemagne, on réduira davantage les émissions de CO2 en utilisant des biocarburants plutôt que des voitures électriques.
    En France au contraire où notre électricité est produite sans émission de CO2, la voiture électrique est une solution très intéressante.
    Les constructeurs savent faire une voiture électrique qui est dotée de 2 à 4 moteurs électriques directement sur les axes des roues.
    J’ai conduit une telle voiture pendant un quart d'heure et c’est très facile et agréable, avec un silence étonnant.
    Mais le problème est le stockage de l’électricité : le poids, la longévité et le prix des batteries.
    Jusqu’à présent le poids de ces batteries était prohibitif (300kg) et l’autonomie de l’ordre de 100 km maximum avec des temps de recharge de plusieurs heures.
    Actuellement les nouvelles batteries Lithium-ion vont permettre des autonomies de 200 km (dans ces batteries, l’anode est en graphite et la cathode un mélange d’oxydes métalliques contenant notamment du lithium, le plus léger des métaux. L’électrolyte est un sel de lithium). La batterie se recharge en 6 heures à une prise 250V ordinaire et en 30 minutes à une borne spéciale haut débit.
      Ces batteries sont au point pour des puissances faibles;
Vous en utilisez de toutes petites dans les appareils photo-numériques et les téléphones portables. Celles des voitures posent problème car le litium s'enflamme au contact de l'eau et il faut donc des batteries parfaitement étanches pour éviter les incendies. Leur destruction pose des problèmes difficiles de sécurité; leur prix surtout est pour le moment très élevé si on recherche des autonomies importantes.
    Les constructeurs envisagent une voiture à peine plus chère que les voitures actuelles, mais les batteries seraient en location. Ils espèrent que le prix de cette location plus celui de l’électricité, serait comparable à celui actuel de l’essence consommée pour des parcours supérieurs à 1000 km/ mois.
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/250x188IMG7454.jpg
    Peugeot pense lancer une voiture du doux nom de  “Ion” en 2011, qui serait de la taille d’une 206, d’une vitesse de pointe de 130 km/h et d’une autonomie de 120 km. Le prix n’est pas connu mais les estimations semblent très chères 30 000 €.
    Ces prix baisseront mais dans un premier temps ces voitures seront réservées aux flottes d’entreprise et administrations pour des usages urbains. De toutes façon l’autonomie limite pour le moment l’usage de ces voitures à la ville.
 
    Un autre problème dont on ne parle pas : les ressources en lithium seront elles suffisantes.?
    Mais des batteries “zinc-air” sont à l’étude, mais plus lourdes.

 
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/Toyotaprius.jpg
   La voiture “hybride” est une voiture qui possède à la fois un moteur électrique et une batterie, plus un moteur classique à essence qui lié à un alternateur peut alimenter le moteur électrique et recharger la betterie.
    La voiture peut rouler en mode électrique en ville et en mode essence sur route. Ce sera sans doute une voiture de transition pour ceux qui font de la route, mais les prix annoncés sont prohibitifs.
    D’autres modèles utilisent les deux énergies et les deux moteurs en parallèle, la batterie étant chargée lors des décélérations et freinages.
    La consommation est diminuée de 10 à 50% selon les parcours.
Toyota commercialise déjà une telle voiture la “Prius” dont le prix est de l’ordre de 28 000 €.

    Les véhicules à hydrogène sont sûrement les véhicules de l’avenir, mais pour le milieu du siècle.
Consommant de l’hydrogène, ils ne produisent pas de CO2 mais de la vapeur d’eau, mais il y a encore beaucoup de points à étudier.
    L’hydrogène pèse mille fois moins que l’essence. Des réservoirs sous haute pression sont difficiles à mettre au point sur le plan de la sécurité et restent lourds et volumineux. Il faut environ 1 kg de H2 pour parcourir 100 km avec une voiture à pile à combustible. Embarquer
5 kg de H2 pour avoir une autonomie de 500km nécessite un réservoir de forme géométrique simple, pour  résister  aux  contraintes, d’environ  80 litres  si  l’hydrog…ène  est  comprimé  à  800  bars. Des études de stockage sous forme d’hydrures sont en cours
    Il faudrait alors pour alimenter tout les transports, une énorme quantité d’hydrogène qu’on ne sait pas produire. La meilleure solution qui serait l’électrolyse de l’eau, exigerait pour cette seule production 60 réacteurs nucléaires ou 120 000 éoliennes !! (ceci montre au passage que l'éolienne n'est une solution intéressante que dans un nombre de cas très restreints et pas en France métropolitaine).
    Les moteurs actuels peuvent utiliser l’hydrogène, mais devraient être réétudiés. On pense utiliser des piles à combustibles qui fourniraient de l’électricité à deux moteurs électriques sur les roues. Mais les piles à combustible ne sont pas au point et sont hors de prix pour le moment.
    La voiture à hydrogène ne verra pas le jour avant 2050 !
    L’hydrogène aura d’ailleurs beaucoup d’autres usages chimiques.

      Demain je vous parlerai de l’habitat et des économies d’énergie.



   

Par Paskale le Mardi 22 septembre 2009 à 19:30
Oula! Ce soir ça ne va pas le faire ^.^ ... J'ai un Defender 90 Turbo Diesel!
Cela dit je respect mon environnement du meiux que je peux. Au dernier contrôle technique il était "nickel"!!!

Pour ton article sur les économies d'énergie sur l'habitat, je suis très intéressée!
A demain alors ^.^
Par LiseSchneider le Jeudi 5 janvier 2017 à 9:22
Quel ecrit étonnant, merci pour le travail que vous faîtes
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2907779

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast