Vendredi 3 janvier 2020 à 9:33

Actualité

 http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/dQPYCK9jmy77PGy8YSnXDhDKUNE500x339.jpg

        J’ai écouté, comme beaucoup de français; le discours de notre Président, mardi soir. Il m’a profondément déçu.

         Je l’ai trouvé certes bien construit sur le plan de la langue française, mais très intellectuel, moraliste et peu réaliste, celui d’un homme qui considère qu’il détient "la voie, la vérité et la vie", sans se soucier si cela correspond aux souhaits de la population. 

 Il s’est félicité de la consultation nationale de l’année dernière, qui certes a provoqué de nombreux débats et une remontée importante d’avis et de propositions, mais dont ensuite on n’en a tenu compte que dans la mesure où elles correspondaient aux objectifs du gouvernement. Toutes les autres propositions sont restées lettres mortes.

         Quant à la grève actuelle, il n’a pas eu un mot pour les gros désagréments des personnes qui en subissent les conséquences (évidemment, d’une part peu lui importe leurs ennuis et d’autre part c’est un échec pour lui puisqu’il n’a pas su empêcher la grève pendant les fêtes).

         Aucune avancée pour essayer de l’arrêter. Pas une concession, pas même un encouragement à des possibilités d’accords par négociation d’acceptations mutuelles. On reste dans un projet quasi immuable, car seul le Président détient la vérité et lui seul sait ce qu’il convient à la population et à la France, au mépris de tous les avis dès qu’ils diffèrent de son projet. Et les raisons avancées sont la proclamations d’avancées et de justices sociales, sans aucune preuve concrète et la montée en épingle des quelques avantages de la réforme, principalement le minimum de retraite et l’augmentation de salaire des enseignants, sans savoir pour ces derniers, si cela suffira à ce que leur retraite ne diminue pas de façon importante.

         En fait le gouvernement laisse pourrir la situation, car il sait que le manque de salaires aura raison de la grève et qu’il pourra alors faire voter sa loi. Quant aux dégâts collatéraux sur l’économie et les usagers, il considère que c’est du détail, le prix à payer pour une réforme qu’il veut conserver pour ne pas reculer et conserver sa réputation de réformateur à tout crin. Tout au plus s’en sortira t’on en opposant les français entre eux, notamment par des clauses type « grand-père » .

 

          Je ne suis pas d’accord avec les syndicats car d’une part ce n’est pas réaliste de refuser de négocier tant que le projet n’est pas retiré, et d’autre part je pense qu’ils ont eu tort d’ennuyer ainsi la population au moment des fêtes de fin d’année. (Je le dis d’autant plus que je ne bouge pas de chez moi !).

         Mais on ne m’a toujours pas convaincu que l’universalité de la retraite est un facteur de justice sociale, car tous les métiers sont différents, de même que les salaires.

 Par ailleurs instituer brutalement un système à points, quelle que soit la profession, les études correspondantes, les risques de chômage, les contraintes de chaque métier, la progression des salaires, et le type de contrat, notamment à l’embauche; me paraît être d’un irréalisme total, surtout si on ne définit pas comment seront calculées les correspon-dances points-niveaux de retraite. Les premiers calculs faits semblent aboutir à une baisse des retraites à venir, comme le montre l’exemple suédois.

         Les français ne sont pas idiots. Ils savent que la longévité s’accroit et que donc le nombre de retraités par rapport aux actifs aussi. Ils savent qu’il faut équilibrer les comptes et que donc il faudra cotiser plus, c’est à dire travailler plus longtemps. Mais fixer un âge minimum à 62 ans comme une faveur et ensuite un âge pivot malus/bonus à 64, c’est une méthode qui donne l’impression aux gens qu’on se moque d’eux et qu’on les prends pour des imbéciles, et je comprends la rancœur du patron de la CFDT.

         En fait je n’ai jamais vu présenter un projet avec une impréparation aussi complète, avec une aussi mauvaise communication et ignorance de la psychologie des humains.

 Je pense que les gens responsables du projet n’ont jamais dirigé un groupe de personnes de leur vie, ou n’en ont tiré aucun enseignement.

        Bref je pense que nos enfants souffriront, quelque soit leur métier, de la réforme actuelle.

 Certes je pense que M Macron est un Président honnête et qui veut bien faire, mais un utopiste irréaliste, imbu de sa personne, qui n’a pas les pieds toujours sur terre et qui vit dans sa bulle.

 Je ne voterai pas pour lui la prochaine fois, mais comme je ne veux pas voter pour Marine Le Pen ou Mélenchon, je me demande pour qui je voterai car je ne vois aucune personnalité intelligente sortir du lot, sans parler de tous les incapables ou les malhonnêtes qui ont été choisis par les autres partis à diverses reprises.

         Le général de Gaulle était très autoritaire, mais il avait un sens psychologique qui lui évitait des bêtises comme celles actuelles, et je regrette des Présidents plus réalistes comme M.Chirac, même si je n’approuvais pas toujours ses actions.

 

         Sans doute une telle réforme n’est pas facile.et elle ne peut être bâtie au galop en restant dans sa tour d’ivoire.

         Qu’il faille réformer tout le monde le sait. que l’on prenne quelques mesures générales sur l’allongement du travail ou la durée et le montant des cotisations, pour commencer à équilibrer les comptes c’est  sans doute possible si on explique bien.

         Mais ensuite présenter l’universalité comme un dogme d’équité sociale, me paraît ressembler à un dogme religieux. Mais la religion est spirituelle et ne concerne pas la vie matérielle de tous les jours.

 Une réforme, pour qu’elle passe doit être étudiée métier par métier, secteur par secteur et prévoir une adaptation progressive.

         Comment considérer par exemple comme "cas universel" un artiste de l’Opéra. Irez vous voir danser ou chanter une personne de 64 ans. Bien sûr elle peut être professeur ensuite, mais pas toujours et il faut donc examiner le déroulement de sa carrière.

         J’ai pris un cas singulier, mais il y en a des centaines.

 Je connais quelqu’un qui doit travailler jusqu’à 67 ans dans une clinique pour jeunes très handicapés et qui se demande si elle aura encore suffisamment de force physique. Mais sa retraite est incomplète car elle s’est arrêtée de travailler pour élever ses enfants.

 La centralisation des études par le gouvernement et sa fébrilité sont catastrophiques. Les grands projets doivent être délégués aux échelons subalternes qui peuvent étudier les détails du projet, selon les secteurs concernés et les particularités, avec simplement certains objectifs mais qui ne doivent pas être fixés à l’avance de façon trop précise et identique. Au niveau supérieur de rassembler les projets, de les faire compléter s’ils sont trop loin des objectifs attendus, puis de faire une synthèse qui soit acceptable et surtout comprise. Cela peut prendre plusieurs années.

         Mais pondre un projet qui veuille tout réformer de fond en comble, j’appelle cela rechercher à mettre la pagaille.

Par jazz-autresrimes le Vendredi 3 janvier 2020 à 20:59
un poétique et musicale bonjour Jean-Pierre
passant par ici te souhaiter une bonne année 2020
A+ du troubadour Emmanuel
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3279892

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast