Samedi 2 août 2008 à 8:27

Relations avec nos parents, famille



    Mes correspondantes aiment bien que je parle du temps où j'étais ado. C'était juste après la guerre en 1945 et la situation était très différente d'aujourd'hui pour plusieurs raisons.


    D'abord nous avions été éduqués de façon relativement stricte, entre 2 et 6 ans par nos parents et grands parents. C'est en effet dans ce créneau d'âge qu'il faut donner les bonnes habitudes aux enfants : apprendre à obéir, à être poli, à savoir qu'un enfant n'est pas un adulte, à réfléchir avant de dire n'importe quoi, à se tenir bien à table, à s'ennuyer et s'inventer alors des occupations, à découvrir l'environnement et en avoir des explications, à s'habituer à vivre avec les autres sans leur apporter une gêne....

    Puis dans la préadolescence parents et professeurs nous avait appris à travailler, à aimer acquérir des connaissances, à avoir une curiosité intellectuelle pour un peu tout, et à respecter le travail et la propriété des autres.
    Il faut reconnaître que les programmes scolaires étaient mieux faits : on nous bourrait moins de savoir, mais on nous apprenait davantage de méthodes, d'explications. Nous avions beaucoup plus d'exercices à faire le soir, mais relativement pratiques de telle sorte qu'on comprenait ce à quoi pouvait servir ce que l'on apprenait.
    Par contre il fallait travailler et suivre sinon on redoublait ou l'oriententaion était faite plus tôt en fonction des goûts et des capacités.
    L'enseignement professionnel était fait en liaison avec entreprises et artisans et à cette époque, d'une part il y avait plein emploi, mais également les chefs d'entreprise avaient conscience que certes leur outil devait être rentable, mais que sont but était notamment de fournir du travail à ses employés pour qu'ils puissent vivre. On y apprenait vraiment un métier.
    Finalement nous avions tous conscience que nous préparions notre vie future à l'école et nous écoutions et respections nos professeurs et nous allions les voir si nous avions une difficulté. Bien sûr nous étions parfois turbulents, mais cela ne durait guère, les professeurs savaient rétablir la discipline et les parents les approuvaient et leur faisaient confiance.
D'ailleurs la plupart des parents faisaient tout leur possible pour suivre les études de leur enfant et les aider s'ils le pouvaient.

    Troisième facteur, nous désirions l'indispensable et non le superflu.
    D'une part nous sortions de la guerre, nous avions à peine à manger; vêtements, chaussures, jouets, vélos, autos...étaient usés jusqu'à la corde et la plupart des gens n'avaient pas beaucoup d'argent et la priorité allait aux achats indispensables.
    D'autre part la société de consommation n'existait pas : les matières plastiques débutaient, pas de multimédia sauf de rares postes radio à lampes, pas de téléphone sauf les professions médicales, les administrations et entreprises, pas d'appareil photo ni d'ordinateur (l'électronique était balbutiante)
    Très peu de familles avaient la chance de partir en vacances.
    Nos occupations en dehors des études : lire, jouer avec les copains notamment  à des jeux de société, et faire beaucoup de sport. Se promener aussi mais à pied ou à vélo si on avait pu en racheter, parfois le cinéma (pas de télé!).   
Les marques de vêtements et produits n'existaient pas, la publicité discrète (radio et ciné). Ce qu'avait le voisin nous importait peu et nous n'aurions jamais passé notre temps à le regarder et désirer la même chose. Au contraire nous essayons de nous compléter et de mettre nos moyens en commun.
    Une conséquence autre, les particuliers faisaient beaucoup de travaux par eux mêmes et il nous semblait normal d'aider les parents aux travaux ménagers et dans leurs bricolages et rangements.

    L'éducation était en moyenne beaucoup plus sévère qu'aujourd'hui.
Comme tous les enfants, nous étions turbulents et nous faisions des bêtises.
Les remarques, mais aussi les conseils, les sanctions mais aussi les encouragements, venaient très vite dès que nous ne nous conformions pas aux règles. Quelques claques ou fessées, des privations de jeu ou de sports, nous incitaient à ne pas désobéir et à faire attention à nos actions. Par contre nos activités étaient souvent proches de celles des parents qui nous encourageaient aussi à bien faire.
    Mais il est certain que la surveillance par les parents et grands parents était beaucoup plus stricte qu'aujourd'hui. Pas question par exemple de s'aloigner de la maison sans autorisation, sans savoir où on allait et quand on rentrerai, et si on voulait obtenir ces autorisations dans le futur, on n'avait pas intérêt à mentir et raconter des histoires, car les parents communiquaient entre eux et étaient rarement dupes.
    Pour nous la plupart des parents étaient des modèles, et nous reproduisions en société les comportements que nous avions au sein de la famille.

    Cependant j'ai l'impression que la communication avec les parents était en moyenne meilleure qu'aujourd'hui et le “déficit de tendress” était beaucoup moindre chez les ados. Mais il faut reconnaitre que beaucoup de mères ne travallaient pas et que la vie était moins trépidante.

    Si vous étiez brusquement transportés à cette époque, vous vous sentiriez sans doute malheureux et terriblement privés de liberté et très contraints par les parents dans vos occupations et par leur règles.

    Pourtant nous étions heureux et nous n'avions pas l'impression de manquer de liberté.
    En fait quand on est habitué à respecter des règles qui sont relativement logiques et utiles, on n'en souffre pas : cela devient naturel et finalement cela facilite la vie en famille et en société.
    Aujourd'hui trop souvent dès qu'un ado a un désir, celui-ci est satisfait et dès lors il n'en obtient guère de satisfaction, mais il pens tout de suite au désir suivant.. Vous devenez alors un éternel insatisfait qui ne jouit pas de ce qu'il a et souffre de tout ce qu'il n'obtient pas assez vite.
    N'ayant pas grand chose, ayant du mal à obtenir ce que nous souhaitions, si ce n'est par notre propre travail, nous étions habitués à attendre la satisfaction d'un besoin et donc nous apprécions ce que nous obtenions.

    Bien que dans un milieu sévère et austère, nous obtenions peu, mais nos désirs étaient très peu importants. Donc nous obtenions plus que ce que nous attendions avoir  et nous apprécions donc ce que nous apportait la vie.
    Les contraintes qui vous paraîtraient insupportables nous étaient légères et donc nous nous sentions relativement libres.
    Comme je vous le disais, le sentiment de liberté est une chose toute relative.




Par mamour44444 le Samedi 2 août 2008 à 9:07
société de désirs par rapport à une société de besoins
"nous désirions l'indispensable et non le superflu"
cela résume tellement bien la société de consommation tellement décriée en paroles et tellement adorée en actes
dommage dommage quand meme
maladie de pays riches
Par corotiqus le Samedi 2 août 2008 à 12:05
oui tout est une question d'habitude tu tes sentais libre et comme tu dit nous on le trouverai pas
:)
Par musiquesdunpianiste le Samedi 2 août 2008 à 17:45
Je consulte ces temps-ci un ouvrage très intéressant sur l'éducation qui confirme ce que vous évoquez dans cet article.

Bonne continuation & à bientôt.
Par Brandon le Lundi 6 décembre 2021 à 0:35
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2641366

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast