Lundi 28 juillet 2008 à 12:11

Libertés et règles



    J'avais fait deux articles concernant un décret dont le contenu peu précis pouvait permettre des atteintes à nos libertés s'il était mal utilisé.
    Parmi les commentaires je relève le suivant

      Par silver le Jeudi 24 Juillet 2008 à 15:59
Ça me fait penser à un sondage que j'ai reçu récemment sur notre opinion. Je vous laisse découvrir l'article que j'y ai consacré (qui ne traite pas du même sujet mais qui en est un bon prolongement je pense)!  http://silver.cowblog.fr/votre-avis-2633440.html

    La question du sondage était la suivante, laquelle a laissé perplexe mon correspondant (moi aussi d'ailleurs !).

    Pour vous, est il plus important que la société soit...
        - libre et ouverte pour que les individus puissent s'exprimer
        - bien ordonnée et régulée pour protéger l'individu ?

    Le commentaire de mon correspondant était le suivant :

    “....Je suis bien resté bloqué pendant 5 minutes en essayant de comprendre ce que cela impliquait vraiment. En gros si je préférais passer le reste de ma vie avec des hippies ou avec des fascistes. Je sais que ce ne sont pas du tout les propos qu'il fallait comprendre dans leur question.. mais quand même. Donc j'ai finalement décidé de faire ma vie avec les fascistes parce que comme Cartman, je supporte pas les hippies!...

    Cela m'a paru intéressant de reprendre cette discussion pour avoir d'autres avis de mes correspondants.
    Je le ferai en deux articles : aujourd'hui je reprendrai la question du sondage et demain je voudrais aborder le problème de la cohabitation avec des personnes dont on ne partage pas les idées.
    Quant à Silver, je pense qu'il est de nature pessimiste car il a interprété ce sondage comme un choix entre deux solution désagréables pour lui, où il fallait choisir la moins affreuse. Un optimiste aurait recherché un choix entre deux solutions pour lesquelles il lui fallait choisir la meilleure.

    Comme dans tous ces sondages la question est en général peu précise et souvent mal posée. Très souvent on vous fait choisir entre deux réponses qui en fait ne s'excluent pas.

    Il est certain que la protection de l'individu par la société est souhaitable et que les lois, la règlementation et le maintien de l'ordre y contribuent.
    Mais l'excès dans ce domaine peut aussi être nuisible; une société technocratique extrèmement régulée est étouffante et stérile, car toute action doit être conforme à un schéma général qui ne tient pas compte des particularité des situations individuelles.
    En général les dictatures sont très ordonnées et très régulées.
    D'autres conditions sont également nécessaires pour protéger l'individu :
prospérité et accès au travail pour permettre aux personnes de gagner leur vie, solidarité suffisante entre les individus (qui malheureusement s'est souvent dégradée en 50 ans, les gens étant plus égoïstes), créativité scientifique et technique suffisante pour entraîner le progrès, créativité littéraire et artistique pour maintenir une culture suffisante, conscience écologique pour protéger l'environnement et notre patrimoine futur....
    Rappelons nous la devise de la France : liberté, égalité, fraternité.

    Mais la possibilité de s'exprimer est également ndispensable pour garantir la liberté des individus et donc leur protection. Une société où l'individu ne peut s'exprimer est proche d'une dictature ou d'une société totalitaire.
    Par contre le qualificatif de “libre et ouverte” est peu précis. On ne saistguère où cela commence, où cela s'arrête et ce que cela comporte.
    A la limite ce peut être l'anarchie.
    Il est certain qu'une trop grande liberté peut nuire aussi à l'individu.
Rappelons nous les déclarations des droits de l'homme et du citoyen de 1789, 1793 et 1795, qui  qui garantissent  les liberté d'opinion, de presse, de conscience et l'égalité face à la loi.
    Mais elles montent aussi que les concitions dans lesquelles commencent notre vie ne sont pas égales et qu'une trop grande liberté peut aggraver ces inégalités.
    Il faut se défaire de la définition courante de la liberté : "Le pouvoir de faire ce que l'on veut.” et avoir conscience que la liberté de chacun se limite là où commence celle de l'autre, et que cette limite devrait être la plus égalitaire possible.
    La loi et l'ordre contribuent au respect de ce principe, mais je pense que c'est aussi une question de conscience individuelle et collective.
    De même une société doit être ouverte, et notamment ni raciste, ni intolérante, ni homophobe, mais les différentes populations concernées doivent  s'intégrer dans une même société et ne pas devenir une gêne mutuelle, voire un danger comme on le constate actuellement avec des extrémistes de tous bords.

    Alors pour moi, une société qui protège l'individu ne doit être ni trop, ni trop peu ordonnée et régulée, ni trop, ni trop peu libérale et ouverte, un juste équilibre étant nécessaire pour garantir à la fois liberté et protection de l'individu, mais aussi de son environnement.


Par kaa le Lundi 28 juillet 2008 à 12:30
La question la plus sensible et pour laquelle je ne parviens pas à trouver une réponse :
doit-on protéger les individus en écartant de la société d'autres individus SUSCEPTIBLES de nuire ???
Par glandeur-rockmantique le Lundi 28 juillet 2008 à 13:32
"la liberté de chacun se limite là où commence celle de l'autre"
Il n'y a pas plus triste comme conception de la liberté que celle ci. La liberté est indivisible. En retirer une partie c'est la détruire toute entière.

Une société d'individus qui sont capables de sacrifier leur liberté au nom de la sécurité est une société d'individus qui ne méritent ni l'une ni l'autre. Bien souvent ce qu'on appelle protection n'est que controle.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2637040

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast