Samedi 22 septembre 2012 à 7:51

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/religions.jpg

             Je n'aime pas parler des religions, car c'est un sujet délicat et on risque sans le vouloir de choquer ou blesser quelqu'un. Mais des correspondant(e)s me demandent ce que je pense des problèmes déclenchés par la publication américaine et par Charlie Hebdo.
            Je traiterai cela en deux articles : aujourd'hui la liberté d'opinion, les religions et la laÏcité et demain je parlerai de la liberté de la presse et d'informer et des incidents en cause.
            Bien entendu, il ne s'agit que d'une opinion personnelle.
 
            Je suis plus à l'aise pour parler sciences et techniques, que pour parler de religions, pourquoi ?
            La notion de Dieu est très difficile à définir. La raison comme la sciences ne peuvent prouver, ni son existence, ni sa non-existence. Si vous lisez les écrits des philosophes, lorsqu'ils parlent de métaphysique, qu'ils défendent l'un ou l'autre point de vue, ils donnent les arguments conformes à leur thèse, mais vous pouvez toujours trouver des exemples qui les contredisent. Les images que nous nous faisons de Dieu sont des images humaines, donc forcément fausses, et, si nous essayons de définir Dieu, nous utilisons des termes très abstraits.
            Tout cela est normal : par définition Dieu est immatériel, et toutes nos représentations sont basées sur nos sens et l'interprétation par notre cerveau de l'environnement matériel.
            Croire en Dieu est donc une question de foi, de croyance personnelle et je pense donc que chacun doit avoir la liberté de ses croyances et de ses opinions, et donc de sa religion, y compris ne pas croire en Dieu, et que personne ne doit aller contre cette liberté.
            Par contre ce que l'on en fait en pratique est une autre question, si, au nom de ces croyances, si on fait du mal à autrui, ou si ses actions sont nuisibles à la société.
            J'ai discuté quand j'étais plus jeune, avec des amis catholiques, protestants, israélites, musulmans et athées et leurs arguments m'ont tous parus valables, sincères et dignes de respect. Je regrette de n'avoir pas connu de bouddhiste.
            Nous avons une croyance parce que nos parents nous ont élevés ainsi, ou parce que nous avons rencontré une personne qui nous a convaincu de sa pertinence, mais je pense que toute personne intelligente doit se rendre compte qu'elle aurait pu naître ailleurs ou rencontrer une personne de convictions différentes et donc avoir, avec la même sincérité, une croyance autre tout aussi valable.
            Je pense que c'est une raison suffisante pour respecter l'opinion et la croyance d'autrui.
            J'estime donc que se moquer de Dieu - quel qu'il soit - , ou de l'athéisme, alors que ce sont des concepts philosophiques, est faire preuve d'un manque d'intelligence et de réflexion, et même d'intolérance, car c'est faire fi de la liberté de croyance et critiquer avec des arguments matériels inappropriés, des concepts abstraits et immatériels.
           
            Par contre je trouve normal que l'on puisse critiquer le comportement d'hommes ou de femmes, dans la mesure où leur comportement au nom de leur religion, est néfaste pour d'autres humains, ou pour la société en général.
            Que l'on reproche le prosélytisme de fanatiques qui veulent imposer aux autres leurs croyance, le comportement violent de groupes au nom de leur religion, ou la soif de pouvoir de certains religieux qui veulent avoir une emprise sur les autres (et cela quelle que soit la religion en cause), me semble normal, car c'est alors exprimer son opinion vis à vis de comportements humains, de faits matériels et de situation regrettables et dommageables.
            Bien entendu il faut que les faits soient exacts sinon on tombe dans la calomnie.
            Que l'on plaisante sur certains rites ou habitudes religieuses ne me paraît pas répréhensible, mais il faut être conscient que l'on risque de choquer ceux qui les pratiquent.
 
            En général une morale est attachée à une religion. Mais il existe aussi un ensemble de règles communément admises par une société à une époque donnée, et qui ont été érigées pour permettre la vie en société et se traduisent en général dans les pays par la loi et la justice.
            Beaucoup de règles morales sont communes à toutes les religions et sociétés et certains actes sont considérés comme répréhensibles : meurtre, viol, inceste, vol, agression....
            Elles sont en général bien admises, mais il faut être conscient qu'il peut y avoir des exceptions culturelles : par exemple la civilisation égyptienne ne voyaient pas un inceste quand les pharaons se mariaient entre frère et soeur. Il y a 40 ans à Tahiti - je ne sais pas aujourd'hui, n'y étant pas retourné -, la notion de propriété était presque inexistante pour les autochtones, et donc on pouvait emprunter vos affaires et vous les rendre, sans que cela constitue un vol. Cette absence du sens de propriété empêchait aussi de ressentir la jalousie, et la notion d'adultère était ignorée.
            Critiquer les convictions morales de quelqu'un me paraît tout aussi peu intelligent que de critiquer ses convictions religieuses. Les tourner en dérision me paraît faire preuve de facilité ou de lâcheté, parce qu'on n'est pas capable d'en discuter sérieusement. Qu'on ait une autre croyance, d'autres convictions est normal, qu'on les défende pied à pied l'est aussi, mais il faut que cela reste dans une discussion positive correcte, et de bonne foi, sans jugement de l'autre, et sans intention de le blesser, mais aussi sans intention de le convertir à ses propres croyances.
            Par contre relever certaines erreurs, critiquer celui qui prône une vertu et ne la pratique pas ou même multiplie les actions inverses, me paraît relever de la simple constatation, la poursuite devant les tribunaux pouvant sanctionner des inexactitudes ou des calomnies;
 
            En résumé je prône la liberté totale des opinions et pense qu'elle devrait être défendue par tous, individus ou collectivités et que les croyances et opinions d'une personne ne regardent qu'elle et n'ont pas à être mises en cause..
            Par contre j'estime que le comportement des personnes doit être conforma à leurs opinions et que la personne doit respecter celles des autres, ne pas faire de prosélytisme, défendre, mais ne pas vouloir imposer les siennes, et ne pas, au nom de ces opinions, porter préjudice aux autres hommes.
            Je sais que c'est parfois difficile, mais je pense que c'est respecter autrui, comme on souhaiterait qu'il vous respecte.
 
            Demain je reparlerai des événements actuels et des caricatures qui ont fait tant de bruit ces derniers jours.
Par jazz le Samedi 22 septembre 2012 à 11:28
bonjour jean-pierre
eh oui comme tu l'écris voilà un sujet délicat effectivement.
très bon article

Au coeur de l'humaine société, y' a tout l'art du respect des uns et des autres (croyants ou non---) , de manière que chacun vivent leurs chemins libres, mais sans ignorer mais respecter les lois évidemment.

puis il faut permettre aussi une part d'humour, car l'humour , le rire fait du bien mais pas évident selon les sujets abordés qui peuvent créer la polémique , sans forcement stopper le droit d'expression , trouver le juste équilibre mais bon pas toujours simple j'imagine.

te proposant de découvrir sur jazz, je pense que tu devrais aimer
ce guitariste misja fitgerald michel, excellent musicien.

te souhaitant un bon w end , A+ du troubadour Emmanuel
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3207506

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast