Samedi 29 juin 2013 à 8:30

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/images-copie-17.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/Unknown-copie-10.jpg














 

Le racisme empoisonne notre vie actuelle. C’est donc un sujet qui intéresse les psychologues, qui essaient aussi de développer des thérapies pour diminuer ce fléau.
 
Le premier problème est d ‘évaluer le racisme des personnes testées, qui ont souvent tendance à diminuer leur tendance au racisme, de peur de se faire mal juger.
Les psychologues essaient de déterminer le « racisme implicite » c’est à dire inconscient, ne reposant pas sur des paroles, par exemple, une majorité de BIancs se disant non raciste, s'asseyent, dans une salle d'attente, statistiquement plus loin d'un Noir que d'un Blanc.
Ils ont mis au point des tests sur ordinateur qui permettent d’avaoir une idée de l’importance du racisme de la personne. Ces tests mesurent des temps de réponses à l’apparition de photos sur un écran, les personnes devant appuyer sur des boutons destinés au préalable à identifier des impressions positives ou négatives.
 
Ils ont alors sélectionné des groupes de personnes, qui ont été soumises à diverses thérapies, en particulier :
- prendre conscience que l'on agit parfois en fonction de stéréotypes racistes, montrer que ces stéréotypes ne sont pas fondés, en pensant à des exemples d'individus qui le contredisent, (tel un président noir, un délinquant blanc, etc.. );
- s'intéresser à des membres  d'une minorité, en tant que personnes et non au groupe dans son ensemble, et augmenter les contacts avec ces personnes
- développer la prise de perspective, c’est à dire essayer de se mettre à Ia place d'un membre d'une minorité.
 
Après une demi-journée d'un tel programme, les participants étaient encouragés à mettre
en pratique ces actions et subissaient un second test de racisme implicite deux mois plus tard : les scores de racisme implicite avaient baissé de 50 %.
Ainsi, même les réactions involontaires et à priori enfouies dans le subconscient peuvent être modifiées par des pratiques sociales positives.
Je me demande si certaines de ces méthodes ne devraient pas être enseignées à l’école, pour éviter certaines dérives que nous connaissons aujourd’hui, ,notre école étant un lieu où tous se rencontrent, quelle que soit leur appartenance à une minorité ou non.
 
 

 

Par jazz le Samedi 29 juin 2013 à 11:36
bonjour Jean-pierre
très bon article
eh oui lutter contre le racisme, les gens qui sont racistes je trouve çà bien triste pour eux, car les humaines différences permettent de faire de merveilleuses "rencontres,découvertes, métissages,---" au delà de préjugés divers, des peurs. chaque humaine différence est un bel échange pour les uns et les autres

un musical coucou "jazz" , te souhaitant un bon w end, A+ du troubadour Emmanuel
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3244181

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast