Mardi 19 août 2014 à 8:34

Notre cerveau : émotions

 http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/images-copie-1.jpg

      Je fais souvent des articles concernant le stress et la lutte contre l’angoisse, car ce sont des situations que je rencontre souvent chez mes correspondantes.
    Lutter contre le stress est effectivement une capacité importante pour la santé : les psychologues l’appellent la « résilience ».
    Le mot résilience désigne de manière générale la capacité d'un organisme, un groupe ou une structure à s'adapter à un environnement changeant. Les ingénieurs connaissent bien la résilience d’un métal, qui est la capacité à absorber de l’énergie à la suite d’un choc ou d’une déformation, et éventuellement à revenir à l’état initial.

    Au plan physiologique, la résilience est la capacité à récupérer face à l’adversité et elle dépend surtout, d’une part de certains centres du cerveau, et d’autre part de certains neurotransmetteurs.
    Les circuits concernés sont le circuit du stress, qui est principalement controlé par les centres amygdaliens, et le circuit de récompense (apprentissage, plaisir), dont le principal initiateur est le noyau accumbens. Le cortex préfrontal médian est également concerné, car il contrôle et coordonne les autres circuits.
    En fait ce n’est pas aussi simple : l’amygdale intervient aussi dans le fonctionnement des centres de récompense et le contrôle des émotions, le noyau accumbens est aussi concerné lorsqu’il s’agit de rapport sociaux et la sociabilité.
    Le cortex cingulaire intervient aussi dans le contrôle des émotions, l’hippocampe va chercher des souvenirs en mémoire et de nombreux autres centres peuvent intervenir.
    Le cortex préfrontal gauche par exemple a un rôle inhibiteur de l’amygdale et limite donc le stress, en calmant l’anxiété et en permettant au cortex préfrontal de reprendre le contrôle de la situation..
    Plusieurs neurotransmetteurs ou hormones interviennent également :
    Pour le stress une petite protéine, le neuropeptide Y et le cortisol. Une forte concentration en cortisol annonce une grande anxiété, voire l’approche d’une dépression, alors qu’une forte concentration de neuropeptide Y accompagne en général une lutte contre l’anxiété.
    La noradrénaline aide à réagir contre une menace, mais si une forte concentration perdure, elle mène à l’anxiété chronique. La dopamine intervient dans tout le circuit de récompense et la sérotonine dans la régulation des humeurs et elles aident donc à réagir contre les situations négatives.
    On ne connaît pas ces processus physiologiques dans le détail, mais néanmoins leur connaissance permet de définir des comportement pour augmenter sa résilience et mieux maîtriser les situations négatives.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/cerveauresilience.jpg

    Si l’on se place au niveau comportemental, et par exemple celui des préférences cérébrales, il est certain que certaines configurations de personnalité favorisent la résistance au stress et que d’autres rendent plus vulnérable.
    La préférence qui favorise le plus la résilience est l’optimisme, alors que le pessimisme la diminue fortement. L’indépendance d’esprit est également favorable car elle donne une meilleure confiance en soi, et un souci moins grand de l’opinion d’autrui.
    La préférence de décision « logique » permet en général une appréciation plus indépendante et plus sereine des situations. C’est moins certain pour le préférence « jugement », car si la personne qui essaie raisonnablement de maîtriser à l’avance les situations est en général moins stressée, la personne fortement J, qui veut tout maîtriser et n’y arrive pas peut être très angoissée à cette idée.
    La personne de préférence de perception G, orientée vers l’avenir a souvent une meilleure résilience que celle de préférence S, si le passé est trop présent.

    Si maintenant on se pose la question : comment augmenter ma résistance au stress et mon retour à la normale après un événement traumatisant, on retrouve des recettes classiques, qui découlent d’ailleurs de ce qu’on a dit au plan physiologique.
    La conduite la plus efficace est de s’entraîner à ne pas se lamenter sur ce qui est arrivé, à ne pas avoir de remords de ce que l’on a fait et de regrets de ce qu’on n’a pas osé faire, et d’essayer d’analyser les situations le plus objectivement possible.
    C’est ensuite d’essayer de minimiser le mauvais coté des choses et de penser au contraire à ce que la situation, même stressante peut apporter de bon.
    Si on arrive à bien surmonter une épreuve, on acquiert davantage de confiance en soi, davantage d’expérience, et la vie paraît en général ensuite plus facile et heureuse.
    Il faut arriver à maitriser ses émotions, à repousser les pensées négatives pour les remplacer par des positives.
    L’autre remède très efficace est l’action : si on est très occupé, si l’on fait du sport qui permet de se détendre mais aussi de se dépenser et de relever des défis, les soucis stressant passent au second plan : on a moins de temps pour y penser; ils sont statiques alors que l’action vous emporte par son dynamisme.
    Les relations sociales sont aussi un facteur d’augmentation de la résilience, car elle favorise le fonctionnement du noyau accumbens, et la sécrétion de sérotonine. Les centres amygdaliens participent aussi à cette fonction, car on y distingue trois groupes de neurones qui respectivement nous incitent à être amène vis à vis d'une personne ou au contraire à la repousser, ou à s'associer avec d'autres.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/cerveausocial.jpg

    J’ai souvent vu des jeunes personnes au bord de la dépression, guérir subitement parce qu’elles avaient un nouvel ami ou petit ami qui s’occupaient d’elles.
    Il faut se dire que dans ce domaine, le « moral » est prépondérant : je connais des personnes qui n’ont guère de vrai problème, mais qui s’en créent de façon permanente dans leur esprit, alors que d’autres personnes atteintes d’une maladie chronique, arrivent à surmonter leur handicap et à vivre de façon très positive et pratiquement normale.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3268018

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast