Samedi 30 juillet 2011 à 8:21

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/jeunefumeur.jpg

    Je suis toujours un peu étonné quand je vois un très jeune ado fumer.
    Il est vrai que j’ai du mal à en comprendre l’attrait, n’ayant guère fumé plus d’une dizaine de cigarettes dans ma vie, et ayant trouvé qu’elles m’enlevaient complètement le goût de ce que je mangeais ensuite, ce que je trouvais fort désagréable !
    Cela me décide à faire deux articles sur l’usage du tabac.

    Dans le prochain article, je parlerai de la façon dont le tabac agit sur le cerveau et pourquoi on s’y habitue comme à une drogue, principalement à cause des effets de la nicotine, mais aussi d’autres substances.
   

    Il fut un temps ou le tabac jouissait d'une excellente réputation.
    En 1560, le diplomate français Jean Nicot (1530-1600) importe en France la plante du tabac, après un voyage en Amérique. Il vante alors les vertus de cette plante dans le traitement de la migraine.
    La nicotine est a la foís relaxante et excitante. Elle augmente I'attention et la réactivité, chasse la fatigue, la peur et la faim. D'après certaines études, elle ralentirait - voire empêcherait -le développement de certaines maladies nerveuses, telles la maladie d'Alzheimer ou la maladie de Parkinson.
    Un des sous-produits de la nicotine, la cotinine, semble améliorer la mémoire et protéger les neurones contre les lésions.
    En 2003, Jerry Buccafusco et ses collegues, de la Faculté de médecine de Géorgie, ont testé les capacités de mémoire de singes jeunes et agés, après leur avoir administré de la cotinine. Dans ces expériences, ces animaux réussissaient mieux que ceux qui n'avaient pas reçu cette substance.
    Dans d'autres expériences, iI est apparu que la cotinine permettait a certains neurones de survivre dans des conditions difficiles qui provoquent habituellement leur mort, par exemple en I'absence de certains facteurs de croissance.
    En 2003, l’équipe du pharmacologue Karim Alkadhi, de l'Université de Houston, a découvert un effet positif de la nicotine sur le traitement du stress chez le rat : les animaux socialement stressés obtiennent de meilleures performances aux tests de mémoire à court terme lorsqu'on leur administre de la nicotine, et ils maîtrisaient leur tâche aussi bien que leurs congéneres non stressés.
    Mais les effets excitants ne sont pas forcément souhaitables, surtout en cas d'insuffisance cardiaque. Et sourtout, la cigarette contient tellement d'autres substances cancérigènes ou néfastes pour I'organisme, que es statisticians estiment que le tabac fait cinq millions de morts chaque année dans le monde.

    Aujourd’hui, comme autrefois, l’adolescent commençait souvent à fumer quelques cigarettes à la puberté, par curiosité ou pour faire comme les autres, pour « appartenir au groupe ». Mais on ne devient pas fumeur pour autant.
    Le risque de mettre le doigt dans I'engrenage dépend en grande partie de I'environnement social.    

    Une étude scandinave réalisée en 1981 montre que presque 90 % des jeunes de 15 ans fument si toutes les personnes auxquelles ils se référent (amis, personnalités admirées) fument également et si le fait de fumer était approuvé par leur environnement, alors que, si les “référents” étaient des non-fumeurs et que fumer était sanctionné par I'environnement, seuls 3 % des adolescents devenaient fumeurs.
    En 1993, le psychologue suisse Marc Sieber a collecté les résultats de 79 études qui montrent que I'influence de ses camarades de classe, ou des éleves légerement plus agés, est le premier facteur qui pousse un élève à fumer.
    En 1993 également, les Néo-Zélandais Rob McGee et Warren Stanton, montrent que fumer est plus fréquent chez des mineurs qui grandissent dans un environnement familial difficile et manquent d'affection.
     Les études montrent que la publicité pour le tabac incite les jeunes à allumer leur premiere cigarette, et que les adolescents fument d'autant plus souvent qu'ils sont exposés à la publicité pour le tabac, car, à cet âge, les enfants réagissent particulièrement aux messages qui symbolisent le passage à l’âge adulte. Le désir de se distancer des parents et I'attrait pour les célébrités présentées comme des modèles par les médias ont aussi leur importance.
Une enquête réalisée par les pédiatres de I'équipe de James Sargent, de la Faculté de médecine de Dartmouth, auprès de plus de 4 900 sujets agés de 9 à 15 ans, a révélé que plus les enfants voient des stars de cinéma ou télévision, fumer à l' écran, plus ils sont eux-mêmes fumeurs...
    Si par ailleurs vous examinez la publicité faite pour le tabac, vous constaterez qu’elles donnent I'impression que le fajt de fumer est « cool» et que la cigarette facilite les contacts sociaux et que les discours sont adaptés à l’âge : la curiosité des jeunes, le goût de I'aventure, le besoin de liberté et d'indépendanee sont sont des arguments très utilisés.
    Des études de psychologie sociale ont également montré que la probabilité pour qu'un jeune commence el fumer est d'autant plus grande que l'image qu'iI a de soi est éloignée de celle el laquelle iI aspire.

    Finalement il faut être conscient que si nos enfants ou petits enfants fument, c’est en grande partie, notre faute à noius, parents et grands parents, ainsi qu’aux médias et évidemment à la publicité et la société de consommation.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/routetabac.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/fumer.jpg

 
Par with-the-light-out le Samedi 30 juillet 2011 à 10:17
Fumer c'est mal. Ca ne fait aucun doute. Et en ce moment je fume trop (mais j'ai l'excuse du stress, et des révisions). Le plus idiot, c'est que j'ai commencé très tard par rapport à mes camarades, puisque ça ne fait qu'un an que je consomme régulièrement .. Cette année a été difficile aussi, je comptais arrêter une fois diplomée, ça a du coup été reporté à septembre ! hihi.

Ce que je ressens en ce moment, bien plus que quand j'étais ado, c'est l'influence du cinéma et de la télévision .. Si les médias ne poussent pas forcément à la première clope, ils incitent à en rallumer une deuxième. (ce qui n'est pas une raison suffisante je pense pour la censurer .. )

J'étais entrain de t'envoyer un mail.
Par coldtroll le Samedi 30 juillet 2011 à 15:12
moi, je trouve qu'on accuse un peu facilement la société d'être responsable... ça permet de se défausser.
aujourd'hui, plus personne, les jeunes y compris, n'ignore les dangers de la cigarette. il faut mettre chacun devant ses resposabilités : si les gens ont commencé à fumer, c'est avant tout parce qu'ils l'ont bien voulu. et ce en toute connaissance de cause.

ceci dit, ça serait peut-être moins mauvais pour la santé (je ne dis pas que ça serait bon, l'idée de s'envoyer de la fumée dans les poumons pour le plaisir me parait assez étonnant, déjà) s'il n'y avait pas dans les cigarettes toutes ces cochonneries d'additifs en plus du tabac.
Par autresrimes-jazz le Samedi 30 juillet 2011 à 17:14
bonjour Jean-pierre
très bon article.

nous sommes nombreux et à tout ages à être ou à se laisser tenter par la 1 ère cigarette puis viendra la seconde (---)celà peut devenir
une compagnie, un besoin,une drogue(--)
perso quand j'étais ado, j'ai du essayer une ou deux cigarettes mais celà ne m'a pas laissé un souvenirs mémorable et je n'ai plus eu envie d'en fumer puis l'odeur,le gout je le trouve plutot désagréable, mais bon certains doivent y trouver du plaisir j'imagine mais bon à chacun son plaisir, les miens restent des musicaux et poètiques plaisirs partagés.

"impro en rimes d'un troubadour non fumeur"
ne pas fumer
est bon pour sa santé
bon pour une saine vie
et fait faire des économies
cigarette, oh! tabac
celà fait du dégat
alors non à la clope
et mon impro ici,stoppe

bon w end et A+ du troubadour Emmanuel
Par plop-maw le Samedi 30 juillet 2011 à 17:37
La dernière fois que j'ai fumé, j'ai vomi ^^'. Bon le rhum a pas mal joué. Ceci dit je suis sûre que c'est la cigarette et pas l'alcool qui m'a mis cette envie de vomir. De plus j'ai constaté que ça ma provoque des migraines plus que ça ne les enlève. Peut être qu'au long terme... J'ai aucune envie d'essayer pour voir. Des fois il m'est arrivé de fumer comme ça sans raison particulière, mais aujourd'hui j'ai un dégoût pour ça et j'espère que ça continuera. Avant il m'arrivait d'en avoir envi sans trop savoir pourquoi, maintenant je supporte mal la fumée des autres. Du jour au lendemain. Je suis pas du genre a emmerder les fumeurs et ils ne m'emmerdent pas non plus. Alors c'est bien.
Par maud96 le Samedi 30 juillet 2011 à 22:17
Je me méfie du "tout-interdit" surtout pour l'adolescence... Il faut lui laisser sa part "d'affranchissement" parental, tout en l'avertissant des risques...
Par Beltane le Samedi 30 juillet 2011 à 22:26
Je suis assez d'accord avec "la probabilité pour qu'un jeune commence el fumer est d'autant plus grande que l'image qu'iI a de soi est éloignée de celle el laquelle iI aspire". Effectivement fumer rend cool, fumer rend grand. C'est du moins ce dans quoi je suis tombée moi-même à 16 ans... Facile de commencer, difficile d'arrêter.
On reste fumeur toute sa vie... Même quand ça fait 10 ans qu'on a arrêté car on peut rechuter à tout moment.
Reste à dédramatiser le sujet en re-regardant le scketche de Gad Elmaleh sur "J'ai commencé la cigarette".
Par Frontino Canet le Lundi 10 juin 2019 à 13:13
Tu fais de l’excellent boulot.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3126678

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast