Mardi 23 octobre 2007 à 18:06

Amour et peines de coeur



    A la suite de mon dernier article j'ai eu trois mails de garçons (c'est rare), qui sont à peu près d'accord avec ce que j'y ai dit, mais qui me font remarquer que la plupart des filles ont exactement la même mentalité.
   
    Je suis d'accord qu'il existe aussi des filles “coureuses de pantalons” (par analogie avec les garçons “coureurs de jupons”,).
Elles ont à peu près la même mentalité que les garçons et rompent avec la même facilité, et dans une certaine mesure collectionnent les aventures.
Je pense quand même qu'elles s'en vantent moins en général auprès de leurs copines.
    Je préfère les appeler les “mantes religieuses”.
    Quand à leur proportion parmi la population des jeunes filles : je ne le sais pas.

    Je suis d'accord aussi que les filles ont beaucoup évolué et notamment font aujourd'hui les mêmes études que les garçons, ont les mêmes soucis d'avoir un métier, et c'est effectivement souhaitable quand on voit l'instabilité actuelle des couples adultes.
    C'est un grand changement. Quand j'étais adolescent, les jeunes filles faisaient des études plutôt littéraires et les camarades féminines que j'avais en “taupe” (les prépas de maths des grandes écoles), étaient peu nombreuses et considérées comme des phénomènes. C'étaient d'ailleurs des filles exceptionnelles, car il fallait à l'époque, beaucoup plus de tenacité et de travail à une femme pour réussir dans ce milieu plutôt réservé aux hommes.
    Garçons et filles reçoivent auourd'hui la même éducation et leurs points de vue se rapprochent donc, d'autant plus qu'elles subissent les mêmes pressions de la part des médias et de la société de consommation..

    Mais sans doute mes correspondantes de cow-blog sont une catégorie particulière de population. Je n'ai presque pas de “mante religieuse” parmi mes correspondantes et je trouve ces dernières plutôt “romantiques”.

    Je ne pense pas bien sûr, qu'elles croient encore au prince charmant, pas plus qu'au père Noël !
    Je veux dire par “romantiques” qu'elles souhaiteraient être vraiment aimées pour elles mêmes, qu'elles font passer le sentiment avant le sexe, qu'elles sont prêtes à aimer vraiment, à avoir beaucoup d'attention et de tendresse, à condition d'avoir la même chose en retour, qu'elles souhaiteraient un certain “fusionnement”, une certaine communauté de pensées et de goût, qu'elles désireraient former un “vrai couple”, où chacun privilégie l'autre par rapport à l'environnement, aux camarades, à ses propres problèmes. Bref le contraire de l'égoisme et de l'individualité.
    Elles aimeraient avoir un véritable ami, qui soit leur confident, et dans les bras duquel elles pourraient se réfugier quand le ciel est gris.

    Alors effectivement elles croient à l'amour de l'autre.
    Mais souvent ce "petit ami" ne l'aime pas autant qu'elle l'aime et tandis qu'elle l'aime de plus en plus, lui se lasse et pense à d'autres cieux.
    Et c'est la rupture.
    En fait, la fille a “trop aimé”, et c'est pour cela qu'elle souffre. Ce ne sont pas ses qualités qui sont en cause, c'est la société actuelle.
    Je n'ai aucune recette pour éviter de tels drames, si ce n'est de ne pas tomber amoureuse trop vite sur une simple attirance, de chercher d'abord à bien connaître le garçon et d'essayer que les deux amours croissent au même rythme et que l'un n'aime pas beaucoup plus que l'autre.

    Il y a en effet, une influence de la société actuelle de consommation que je m'explique mal, chez mes correspondantes romantiques : c'est la “course au petit ami”. Dès que l'un vous a quitté, vous n'avez de cesse d”en avoir un autre,et c'est une véritable catastrophe quand vous ne trouvez pas rapidement cet “accessoire indispensable”, au point que vous vous jetez sur le premier venu qui vous plaît, et c'est à nouveau le chemin de la rupture.
    Je sais bien que le cerveau a horreur du vide !!

    Je connais pourtant quelques sages ( je les appelle quelquefois “Sophie” !) qui ne font pas la “chasse au petit ami, parce qu'elle ne sentent pas ce besoin comme essentiel, et qu'elles attendent de connaître quelqu'un qui leur plaise vraiment.
    Elles étonnent les autres, qui les critiquent et inventent des défauts les empêchant d'avoir “le permis de chasse”,  si bien que mes “Sophie” se demandent parfois si elles dont vraiment normales.
    Pourtant elles s'épargnent ainsi des peines de coeur certaines, et leur tour viendra bien un jour de goûter aussi aux joies de l'amour.

Par Le.Chat.De.Chester le Jeudi 25 octobre 2007 à 20:20
Hm, moui. Mais vous savez, ces filles "romantiques" justement, sont en plusieurs points critiquables et moins romantiqes, justement, qu'elles ne le pensent ou qu'on ne le pense...comment peut-on l'être si l'on ne cesse de chercher "âme soeur" ? J'ai une toute autre conception du romantisme. De nos jours, les gens sont toujours trop pressés, mais aussi en amitié et en amour! Ils ne prennet pas le temps de se lier d'amitié, de tomber amoureux, "correctement". J'avoue que moi, si maintenant je retombais amoureuse, je savourerais chaque instant avec la personne et apprendrais d'abord à mieux la connaitre avant de ne faire quoi que se soit et puis aussi afin de ne pas être déçu...
En effet, je ne comprends pas toutes ces jeunes filles, qui font la course aux petits amis, on a toute notre vie devant nous et c'est rarement comme ça qu'on trouve la bonne personne. A trop chercher, on passe devant des personnes très interessantes et qui peuvent nous apporter beaucoup du point de vue relationnel ou même culturel.

Ensuite, et bien c'est cette critique des garçons qu'elles ont qui me gène assez. des amis-garçons, j'en ai pas mal, donc bon...

Contrairement à ce qu'on pense les garçon (en tout cas ceux que je cotoie) sont plus mature qu'on ne le pense. On peut aborder largement plus de sujets et plus facilement qu'avec les filles, quand on parle (sérieusement) avec eux, ils nous écoutent mieux et n'attendent pas le moment où eux pourront parler, etc...
Si le plus souvent les filles se pleignent du manque de maturité des garçons, c'est parce que elles même ne le sont peut être pas assez ou alors pas très comprehensive.
Forcément, si on ne parle que de vernis à ongle, acteur hyper méga craquant, de la dernière mode etc, ils vont se mettrent à moins nous écouter, voir à nous taquiner et c'est normal. (c'est comme si qu'on parlait sans cesse de religion à un athée reconnu).
----->
Par Le.Chat.De.Chester le Jeudi 25 octobre 2007 à 20:23
(suite)
En tout cas pour ce qui est de mon cas, je ne parle jamais de ce genre de chose avec mes amis (ça ne m'nteresse pas ^^) et jusque là, ils m'ont toujours respecté (dans le sens ou ils ne me taquinent pas sans cesse etc), j'ai de bonnes conversations avec eux et de également de bons fou-rires!
bref, bref, tout ça pour dire que parfois, tout n'est qu'une question d'ouverture d'esprit, et il faut se mettre un peu à la place des autres, des fois^^
Par Angel.or-and.Demon le Jeudi 1er novembre 2007 à 19:55
Romantique? je le suis sans aucun doute!^^
La chasse au petit ami me rappelle la chasse au fiancé dans le roman "Blonde attitude" où ce dit fiancé est comparé à un véritable accessoire de mode. Pour ma part, je n'ai aucun petit ami et je ne cherche pas à en avoir, je ne pause pas de question du style "suis-je normale?!?" je n'en ai pas le besoin pour le moment.
Par qui-ca-interesse le Dimanche 25 novembre 2007 à 16:24
Pourtant il arrive que certaines filles se comportent comme de vraies mantes religieuses. J'ai souvent entedu de la part de mes amies "ce soir à la fête j'ai envie d'embrasser un mec". personnellement je trouve ce comportement ridicule d'autant plus que c'est seulement embrasser ou s'ennuyer. Et puis l'alcool n'aide en rien. A la dernière soirée où j'ai été, mes trois amies ont fini par vomir à cause de l'alcool. Une s'est endormie sur le canapé pendant 3 heures. L'autre s'est retrouvée isolée dans une chambre avec une bassine à vomi et la troisième a vomi sur le lit après avoir embrassé un gars pendant toute la soirée. Et moi, j'ai passé ma soirée à les surveiller, à voir si tout allait bie, si elles dormaient bien et si elles avaient besoin de quelque chose. Les garçons qu'elles ont embrassés pendant la soirée ne me regardent même pas au lycée alors qu'ils ont très bien vu à quel point je m'étais fait du souci pour elles (à peine un vague salut moitié dégoûté) et ils se mettent à baver dès qu'elles sont dans le coin. Pourtant pour elles ils n'étaient qu'un flirt d'un soir.
D'accord, je n'ai jamais ne serait-ce qu'embrassé un garçon à mon âge et je ne peux pas prétendre donner une leçon. Mais cette conception matérialiste du "il-me-faut-absolument-un-mec-ou-je-déprime" est pathétique à en crever. J'ai survécu pendant 16 ans sans mec et après ce que j'ai vu, je suis résolue à ne pas en accepter un si facilement.
Si seulement toutes les filles pouvaient penser comme moi (et éviter le bourrag de gueule du samedi soir), je suis sûre que la terre serait plus ronde...
Par riru le Mercredi 10 novembre 2010 à 10:19
Commentaire qui viendra trois ans après l'article...

Ma conception de l'amour s'approche énormément de la vôtre, et je n'ai que quelques anecdotes à apporter :
Ma mère, qui a l'impression que je suis en train de mal tourner, que je vais fuguer, me droguer-fumer-boire, tout rater, finir sous les ponts et j'en passe, harcèle mon père de "c'est pas normal qu'elle n'ait pas de petit-ami à son âge c'est pas normal c'est pas normal..."

Comme quoi, une tendance générale devient vite une norme à laquelle il faut correspondre en urgence.

Sinon, dans la chambre d'internat, nous sommes deux 1ère à n'avoir jamais eu d'amours, et une seconde qui est avec nous n'arrête pas de s'en étonner, de nous demander "mais comment vous faites" et de nous dire que nous avons bien de la chance...

Je dirais que c'est amusant, ou désespérant selon les cas. Si seulement les gens voulaient bien cesser de se ranger dans un tiroir ils seraient bien plus heureux.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2272353

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast