Jeudi 20 septembre 2007 à 8:20

Stress, dépression, médicaments




    J'ai reçu un certain nombre de mails, suite à mes articles sur la dépression.
et vos questions sont essentiellement :
    - pour certaines qui se sentent tristes : susi-je vraiment en dépression ?
    - et donc “comment reconnaître une dépression et sa gravité
    - quand doit on prendre des antidépresseurs
    - comment éviter ces moments de dépression.

    Je ne suis pas médecin et je dois donc rester prudent.
    Comme je l'ai dit dans un précédent article les médecins distinguent trois types principaux de dépression :
    • la dépression réactionnelle qui fait suite à un choc émotionnel dont la victime n'arrive pas à se remettre;
    • la dépression bipolaire (appelée aussi maniaco-dépressive), dans laquelle se succèdent des épisodes d'excitation excessive et de dépression;
    • la dépression névrotique qui s'accompagne de crises nerveuses.
    La dépression réactionnelle peut être sévère mais n'est absolument pas une maladie mentale, mais un dérèglement passager dû à un choc : agression, gros problème familial, décès d'un proche, chagrin d'amour....

    La personne se sent durablement au fond d'un gouffre sans pouvoir en sortir, Elle est incapable de se projeter dans l'avenir. Elle se terre, fuit ses amis. Les jours s'écoulentsans un moment de plaisir. On ne peut plus la faire rire. Tout devient fastidieux : se lever, s'habiller, travailler, se nourrir. En général on constate des troubles du sommeil et une grande fatigue.
L'attention ne peut plus durablement s'exercer, la personne est sans motivation et sans volonté et le rendement du travail en classe ou dans le métier baisse notablement.
Le raisonnement logique est presque absent et les sentiments de tristesse “tournent en rond dans le cerveau.
    La personne peut avoir une conduite dangereuse vis à vis d'elle même : scarification, anorexie ou boulimie, pulsions suicidaires.
   
    Toutefois vous avez toutes ou presque ressenti de tels symptomes, mais pas tous à la fois et surtout ils ne sont pas durables.
    La vraie dépression n'a rien à voir avec des moments passagers de tristesse ou même de désespoir. Ces symptomes s'installent et durent plusieurs semaines voire plusieurs mois.

    La plupart des jeunes qui me font part de leurs malheurs n'ont que des épisodes de tristesse voire parfois de souffrance profonde, mais temporaire.
    Parmi les jeunes qui m'écrivent, certaines d'entre elles on eu cependant une “vraie” dépression en général accompagnée de pensées morbides qui les ont mené souvent à une tentative de suicide. Et elles ont été soignées par un médecin psychiâtre car c'est alors nécessaire.
    Mais d'autres ressentent ces symptômes mais de façon passagère, lorsque des problèmes s'accumulent, ou losque la fatigue ou une maladie bénigne les fragilisent.
    C'est en quelque sorte un moment où la résistance que l'on a habituellement n'est plus suffisante et où on est pour un temps “dépassé par les événements et la souffrance morale”. Il peut même arriver qu'une “overdose de tristesse” conduise à des pensées morbides, et certaines m'ont appelé dans de tel cas..
    Ces épisodes ne sont ni assez forts ni assez longs pour être qualifiés de “vraies” dépressions, mais je les appelerai cependant des “mini-dépression” et ils sont pendant quelques jours, très pénibles, voire même dangereux
   
    Que faire si vous êtes dans une telle situation ou si vous voyez quelqu'un souffrir ainsi ?.

    Je vous donnerai dans mon prochain article quelques pistes d'action, mais  je pense qu'il faut déjà réagir aussitôt et essayer de savoir si cet état est récent ou s'il dure depuis quelques semaines. Si c'est un état durable, il faut absolument avertir un adulte : parent, infirmière, médecin, assistante sociale... car l'intervention d'un médecin est nécessaire.
    Je pense qu'il faut aussi essayer de voir si la personne des idées de mort  car, dans un état de fatigue trop grande due par exemple à l'insomnie, elle peut dans un moment d'abérration tenter de se suicider.
    Si quelqu'un parle de suicide et qu'on n'arrive pas à lui enlever rapidement cette idée de la tête, il faut aussi donner l'alerte auprès d'adultes.
    Si par contre ces symptômes ne semblent pas dangereux et de courte durée, il faut comprendre les raisons de cet état et certaines pistes sont utilisable pour aider celui ou celle qui souffre ainsi.

   


Par BlOoDyLoVeR le Dimanche 23 septembre 2007 à 18:33
Je n'ai pas beaucoup de temps pour le lire, je reviendrai un autre jour :p il a l'air bien, c'est pour ca!
Par TiteCh0se le Mardi 29 janvier 2008 à 20:01
Il y a déprime et dépression, les deux termes sont souvent confondus...
La déprime est souvent soulagée par un sommeil apparement sans rêve tandis que la dépression ne part qu'après une aide exterieure, voir médicamenteuse...

Et en ce qui concerne les dépressions chroniques, vous conseillez quoi?
Par AUGREDUVENT le Lundi 20 décembre 2010 à 14:22
Tant de changements dans le corps et la tête... Pas facile de gérer tous ces chamboulements... Mal dans sa peau, beaucoup voudraient quitter ce corps qui les gêne... Pourtant, c'est ce corps qui vous mènera dans de magnifiques moments, de beaux voyages et de merveilleux projets...
Marie
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2213569

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast