Dimanche 14 juin 2009 à 9:18

Biologie, santé.

    Certaines de mes correspondantes s’inquiètent du passage au niveau 6 que l’ OMS a décrété pour la grippe mexicaine.
    Il ne faut pas s’affoler. Il s’agit simplement d’une procédure systématique lorsque le nombre de pays où sévit une maladie devient assez élevé, mais la situation demeure inchangée dans la plupart des pays et notamment la France, et des méthodes de protection simples devraient suffire pour éviter la propagation du virus de la grippe H1N1..
    La propagation d’un virus dans un nombre assez grand de pays est inévitable avec les transports aériens et les nombreux voyages de personnes en peu de temps.
    Actuellement certes il y aurait environ 20 000 cas dans le monde mais seulement 117 décès et qui ne sont pas récents.
    Les pays arrivent à déceler les malades, les soigner et les cas actuels restent pour la plupart bénins.
Certes c’est dramatique pour les familles de ceux qui sont morts, mais au plan mondial, on est loin des dizaines de millions de malade et des 2 millions de morts de la pandémie de 1908 et on ne s’affole pas tous les hivers quand la grippe fait environ chaque année 3 000 morts en France, 30 000 aux USA et 300 000 dans le monde.
    Mais l’OMS a raison d’inciter les pays à être vigilants car plus tôt on prend les bonnes mesures de sauvegarde et moins le virus se propage, et donc c’est le meilleur moyen d’éviter une grande épidémie.   
    De plus il faut préparer un vaccin contre ce virus, lequel sera fabriqué à l’automne.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/20070330FIG000000113301701.jpg

    En fait on raconte beaucoup d’inexactitudes.
    Ce virus n’est pas le seul AH1N1. Je vous l’ai expliqué dans un précédent article, et presque tous les virus de grippe de l’hiver sont de ce type et sont un jour passés de la grippe aviaire, au porc et à l’homme; puis après, ils circulent et peuvent réapparaître l’hiver suivant, éventuellement après avoir muté, c’est à dire avoir changé quelques éléments de leur patrimoine génétique d’ARN.
    Mais si nous avons déjà “rencontré” un tel virus, nos défenses immunitaires ont réagi et nous sommes partiellement vaccinés et donc la maladie si nous l’attrapons, sera le plus souvent bégnine.
    Le problème de la grippe mexicaine est que ce virus est nouvellement passé du porc à l’homme, que nous ne l’avons pas encore rencontré et que donc nous ne sommes pas partiellement protégés, surtout les jeunes qui n’ont que peu rencontré encore de virus grippaux.
    C’est la seule chose d’inquiétante pour ce virus, qui à part cela n'est pas particulièrement virulent, et il faut donc continuer à être vigilant et voir le médecin rapidement si on a des symptômes de grippe.
    Mais avec les antiviraux modrernes, les antibiotiques pour lutter contre les complications bactériennes dangereuses, le futur vaccin, il ne faut pas s’inquiéter, les hôpitaux sont parés pour des soins efficaces.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/909936258.jpg

   
Par contre vu les millions de vaccins à fabriquer, lesquels ne peuvent se faire que par des cultures dans des embryons de poulets, le prix des oeufs va sûrement augmenter et les poules vont être fatiguées !!!
    Je ne sais pas si on étudie un fortifiant pour ces braves volatiles. J'espère qu'elles auront droit à des vacances payées dans un lieu idyllique !

Par kaa le Dimanche 14 juin 2009 à 9:56
En résumé, dans cette histoire, ce sont les poules qui sont les plus à plaindre. Soyons solidaires, soutenons nos amies les poules !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2859954

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast