Dimanche 15 juillet 2007 à 18:28

Tristesse, désespoir

    Dans l'article précédent je disais que pour lutter contre la tristesse, contre nos idées noires qui tournent en rond dans notre cerveau émotionnel, et retrouver l'équilibre, il fallait arriver à faire intervenir à nouveau notre cortex, la partie de notre cerveau qui réfléchit et analyse logiquement les situations.

    Puisqu'on ne peut s'empêcher de penser à nos problèmes, d'accord, mais pensons y autrement.
    Au lieu de nous lamenter sur leurs conséquences néfastes, de s'angoisser à se demander quelle catastrophe pourrait nous tomber dessus, essayons d'examiner la situation de façon logique, en raisonnant.
    Essayons de décortiquer nos problèmes, d'examiner leur environnement, de rechercher leur causes.
    Sont ils si terribles que cela, n'ont ils que des conséquences nuisibles, n'ont ils pas quelques aspects positifs? Notre situation n'a sûrement pas que des cotés négatifs.
    Si nous avons réussi à décortiquer ainsi problèmes et tristesse en leurs éléments élémentaires, peut on rechercher des solutions pour atténuer leur coté néfaste, ou pour supprimer leurs causes ?

    Bien sûr c'est plus facile à dire qu'à faire.
    Ceux dont les préférences de décison et de comportement sont L (la logique) et J (agir sur les événements) , y arriveront plus facilement que ceux dont les préférences sont V (valeurs et goüts) et P ( s'adapter aux événements).
    Si vous n'arrivez pas à remettre en selle votre cortex faites vous aider.

    Et si nous voulons aider quelqu'un dans ce cette situation que faire ?

    Dans ces cas là, je cherche d'abord à comprendre ce qui se passe et donc je vais écouter la personne qui est plongée dans ses idées noires, essayer de comprendre ce qui lui arrive, ce qui la tourmente, et quel est son environnement, notamment familial ou amical, et sur quoi ou qui, elle peut s'appuyer.
    Mais en essayant de comprendre, je pose des questions plutôt logiques que sentimentales, j'essaie de pousser la personne à faire une analyse objective de ses problèmes, bref de l'obliger à refaire fonctionner son cortex.
    Cela ne veut pas dire que ses problèmes sont résolus et qu'elle peut les oublier, mais en général on arrive ensemble à empêcher les idées noires de continuer à tourner en rond dans le cerveau émotionnel et d'aggraver ainsi le stress ou l'angoisse.
    Une autre méthode complémentaire est de solliciter son cortex préfrontal, en essayant de tourner le dos au passé et de penser uniquement à l'avenir, à ce que l'on va faire, à des projets, à des objectifs que l'on va se donner.

   Il faut aussi se rappeler que l'ennui et l'oisiveté sont sources de tristesse car on pense alors trop aux cotés négatifs de notre vie.
    Au contraire une vie très active que ce soit dans sa famille ou avec des amis, ou même des occupations solitaires telles que lire écrire, écouter de la musique (mais pas de la musique triste et pas toujours la même en boucle !!), travailler, ranger sa chambre, bricoler, faire un travail artistique, toutes ces activités permettent de ne pas se complaire dans sa tristesse et d'obliger cortex et cerveau émotionnel à penser à autre chose.

    Enfin certaines d'entre vous me disent qu'elles ont du mal à s'endormir, car c'est à ce moment qu'elles pensent à tous leurs problèmes, à leurs malheurs passés, aux événements néfastes qui sont arrivés ou qui pourraient survenir.
    Le remède est analogue : il faut arriver à ce que ces pensées obsédantes ne tournent plus en rond dans notre cerveau émotionnel et que notre cortex nous aide à rester objectif et à penser à autre chose.
    Une bonne recette n'est pas de compter ses moutons LooL, mais de lire un ou deux chapîtres d'un livre intéressant, de faire un mot croisé, de résoudre un sudoku, bref d'avoir une occupation deconnectée de nos problèmes, puis, une fois cette occupation terminée, d'essayer de faire le vide dans son esprit.
    En général, on arrive alors à s'endormir.

    Quant aux cauchemars, il ne faut pas y attacher d'importance.
    Mon prochain article sera justement consacré aux rêves.

Par bruja le Samedi 21 juillet 2007 à 19:17
malgré différentes méthodes pour m'aider à ne plus broyer du noir... mes activitées ne m'apportent pas le réconfort escompté... l'écriture est la seule qui arrive un peu à m'apaiser...

Je me suis sentie touché par votre sollicitude dans le commentaire que vous m'avez laissé... les "mains tendues" sont de plus en plus rare de nos jours... je vous remercie ... mais parlez de moi n'a jamais été mon fort si ce n'est à travers mon petit univers sombre et mélancolique...
Par MyFairLady le Mercredi 25 juillet 2007 à 17:41
Puisque l'on parle de rêve: peut-on rêver un jour à un blog pour les parents et leurs interrogations, leur désarroi, leur amour et leur tristesse? Avec des explications et des conseils bien-sûr.
C'est quelquefois très dur aussi pour nous et on se sent également un peu seul.
Cela fera double boulot pour toi mais je pense que quelques articles pourront être réutilisés de tes blogs actuels.
Je vais avoir besoin de toi bientôt pour faire du rangement dans mes pensées, choix et actions...
Affectueusement.
Par mysolitude le Mercredi 2 avril 2008 à 3:22
Merci mille fois pour cet article, je me reconnais tellement dans ces ecrits la...Je ressens tout ce que tu decris, mieux que je pourrais le decrire moi meme...
Merci...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2080390

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast