Jeudi 11 septembre 2008 à 10:46

Scarification, suicide



    Comme chaque rentrée j'ai plusieurs correspondantes qui ont eu des problèmes pendant les vacances et qui “broient du noir”. Alors on appelle Papynet au secours !

    C'est un petit ami qui a rompu, un probléme avec ou entre les parents, bref un ennui sérieux et là, il me faut quelques temps pour arriver à vous consoler un peu, à vous remettre sur les rails du rationnel.

    Mais je constate aussi assez souvent que, bien que vous paraissiez désespérée, vos problèmes ne sont pas si catastrophiques que cela.
    Certes ce n'est pas agréable et cela mériterait quelques larmes, mais vous vous sentez malheureuses, vous vous persuadez que votre souffrance est insupportable; vous voyez autour de vous le monde de violence de la télé et du ciné, vous dites que la terre est moche; puis vous remplacez “la terre” par “la vie”, puis “la vie” par “ma vie”;puis vous vous dites que la mort sera la seule solution pour se débarasser de cette souffrance.

    Tout de même c'est un pas difficile à franchir! Alors vous vous posez la question “pourquoi la mort?”. Et comme vous ne voyez pas comment répondre, bien sûr Papynet hérite de la question !! LoL
    Je ne crois pas que ce soit la bonne question. Je vous propose aujourd'hui “pourquoi la vie?” et “mes problèmes valent ils la peine que je me rende aussi malheureuse?”

    Pourquoi la vie?
    Il y a tant de choses passionnantes à faire que je ne pourrais pas faire si je n'étais pas en vie : les copains; l'amitié de mes ami(e)s,  l'amour d'un petit ami présent ou futur; écrire mes poèmes, écouter de la musique, chanter dans une chorale, danser, faire des photographies, de la peinture, du modèlisme, jouer la comédie, profiter des vacances, (si vous avez la chance de connaître la mer, la montagne ou la campagne, il y a tant de choses à faire et à voir), faire mes sports favoris, se promener, (je n'ose pas dire “creuser ce qui m'intéresse dans mes études”, certains sujets m'ont passionné quand j'avais 15 ans!); aller au ciné, voir les musées, la télé, aller chez les copains, faire de bons plats et les manger, bricoler, s'occuper d'un petit enfant ou d'un animal; vous avez la chance d'avoir un ordinateur : il y a tant de choses que l'on peut apprendre à faire avec, sans compter des recherches ou des voyages que l'on peut faire sur internet.

    Bougez, dépensez de l'énergie; à votre âge, on en a à revendre. Amusez vous, choisissez des copains avec qui vous puissiez rire.
    Si vous êtes trop occupé(e), vous n'aurez pas le temps de penser à vos malheurs! Essayez de vous surpasser : croyez vous qu'Hélène Mac Arthur n'ait pas des problèmes et ne souffre pas? Pourtant, j'ai rarement vu une fille aussi riante et heureuse de vivre!.
    Essayer de partager avec ceux qui vous aiment : parents, grands parents, frères et soeurs, cousins... “Ma vie n'est pas inutile pour tous ceux que j'aime ni pour ceux que je rencontre. Comment leur parler avec mon coeur si celui-ci est en train de pourrir dans mon cercueil.

    Je n'ai que 15, 17 ou 19 ans; cela fait quoi ?: 5 à 9 ans de véritable expérience, alors que sais-je de la vie, de ce qu'elle me réserve : uniquement ce que les médias me mettent dans le crâne de stéréotypes préfabriqués. Ils ne parlent que du sensationnel, donc de l'affreux : “les gens heureux n'ont pas d'histoire” dit le proverbe, alors on ne les montre pas.
    Dans quelques années, je verrai la vie autrement.
    J'aurai d'autres problèmes certes, mais je serai plus forte pour les résoudre et résister à leur emprise. Je serai autonome et libre, mais aussi responsable”.
   
    En attendant faites des souhaits d'avenir, donnez vous des buts, des objectifs à atteindre. Si le monde est trop moche à vos yeux, vous pouvez être infirmière, assistante sociale, médecin du monde, juge, avocat, psy, ou chercheur.     Cela sera plus utile que de rester à vous morfondre.
    Mettez dans votre chambre des photos de fleurs, de bébés, d'animaux, de beaux paysages, du soleil. Voyez la vie en couleurs, pas en noir et blanc.
    Tant qu'on est lucide, logique, rationnel, que l'on n'est pas en dépression, on peut en sortir avec de la volonté et de l'action.
    Avec du travail et de la volonté on arrive à réussir à peu près les 3/4 de ce que lon entreprend dans sa vie et parfois plus.

Par satine-objective le Jeudi 11 septembre 2008 à 11:14
très bel article. tu as tout à fait raison.
je dis ça, bien que comme tu le sais, j'ai essayé d'attenter à mes jours. Mais parfois, on a beau essayer, la beauté de la vie, on ne la voit plus, on ne la ressent plus, lorsque l'être aimé n'est plus là. Attention, je ne défends pas le suicide! bien au contraire! Je pense que dans ces moments là, il faut essayer de se raccrocher à quelque chose de très important : un grand rêve, des proches, des projets de vie quelconques. il y a toujours une bonne raison de rester en vie, c'est bien vrai ça! =)
Par kaa le Jeudi 11 septembre 2008 à 12:56
"Mais je constate aussi assez souvent que, bien que vous paraissiez désespérée, vos problèmes ne sont pas si catastrophiques que cela."

Je crois en fait que tout le problème est là ...
La jeunesse actuelle a tendance à amplifier tous les phénomènes . Le moindre petit problème prend vite de grandes proportions !
Par Brandon le Lundi 6 décembre 2021 à 0:09
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2673702

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast