http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/memoires.jpg

    Une de mes correspondante lycéenne a eu des cours de SVT sur le cerveau et n’a pas bien saisi ce qu’étaient les mémoires procédurales.
    Ce n’est pas évident, ni à expliquer, ni à comprendre et je vais essayer d’être le plus simple possible sur ce sujet.

    SI vous regardez le schéma ci dessous, vous voyez d’abord que le cerveau a un chef d’orchestre, qui pilote la mémoire consciente, les idées et souvenirs que nous avons à un certain moment : c’est le cortex préfrontal.
    Mais nous emmagasinons de nombreux éléments en mémoire sans qu’il intervienne et que ce soit conscient. La mémorisation de ces élément est ensuite consolidée et ils restent en mémoire, ou bien ils sont éliminés et disparaissent.
    C’est le cas notamment des perceptions de nos sens, dont la plupart sont inconscientes, via le thalamus, et qui restent en « mémoire perceptive » quelques secondes à quelques heures seulement (l’endroit où j’ai garé ma voiture par exemple).
    Mais certaines images, sons et paroles, odeurs, toucher, goûts, vont être mémorisés à plus long terme grâce à l’hippocampe et formeront des souvenirs dans la « mémoire épisodique », qui stocke des scènes datées, mais qui peuvent peu à peu se transformer ou tomber dans l’oubli partiel ou total.
    Par ailleurs nous connaissons un certain nombre de mots et de signes conventionnels et leur signification, que traitent le « centre de Geschwind » (voir les articles sur le langage). C’est la « mémoire lexicale ».
    Enfin nous apprenons non seulement des connaissances à l’école, mais ensuite toute notre vie, ainsi qu’une certaine expériences. Ces connaissances acquises, organisées de façon logique et en arborescence, constitue la « mémoire déclarative ».
    Le cortex préfrontal peut rappeler ces diverses notions grâce à des relais principalement dans l’hippocampe, mais directement si ce sont des choses d’usage très courant. Elle sont alors conscientes pendant que nous les utilisons.
    Enfin deux petites mémoires de travail « tampons » permettent de conserver quelques minutes au plus soit des mots ou phrases (ou un numéro de téléphone) , la « boucle phonologique », soit des images ou des cartes et schémas, le « calepin visuospatial ». Leur capacité est limité à 5 à 7 items.

    Abordons maintenant les « mémoires procédurales ».

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/apprentissage.jpg

    Dans vos études vous avez sûrement appris par cœur des formules de mathématiques, des poèmes, des listes de mots, des formules chimiques….
    Vous avez appris aussi à faire certaines tâches intellectuelles logiques de manipulation du langage et surtout de termes mathématiques (par exemple résoudre une équation du second degré). Ce sont de procédures intellectuelles.
    Ce sont les centres du langage qui sont en général à l’origine de ces opérations, sous le contrôle du cortex préfrontal.
   
    Notre organisme a ensuite de nombreux réflexes de défense destinés à nous protéger. Nous accumulons une certaine expérience de faits désagréables ou dangereux et nous savons qu’il y a des actions à ne pas faire (mettre les doigts dans une prise de courant), ou d’autres à faire par précaution (regarder des deux cotés avant de traverser).
    Cela devient peu à peu un réflexe conditionné.
    Ce sont les centres amygdaliens (les « centres de la peur »), qui veillent sur notre sécurité et nous alertent sur tout danger potentiel. C’est inconscient et automatique. Le cortex préfrontal n’intervient ensuite que pour pendre certaines décisions. (par exempele couper le courant électrique ou traverser la rue)
   
    Enfin nous savons exécuter certaines tâches presque inconsciemment, une fois que nous les avons apprises : ce sont des « automatismes", des « procédures d’actions physiques » dans lesquelles notre « cervelet », coordonne de façon inconsciente (sans appel au cortex préfrontal), nos sens, notamment vue, ouÏe et toucher, ainsi que nos centres moteurs, qui commandent les mouvements de nos membres.
    Ces actions, ce sera par exemple marcher, faire du vélo, conduire une voiture, nager, jouer d’un instrument de musique ou taper sur un clavier…..

    J’ai donc décrit ici les divers types de mémoires, notamment procédurales.    

Demain j’expliquerai comment les mécanismes de cette mémoire se mettent en place
Par Jack-sceptique le Jeudi 7 mai 2015 à 9:18
Une question fondamentale subsiste :
Le centre de Geschwind et l'HIPPIcamp sont-ils impliqués dans la mémoire procédurale du "tressage de colliers de perles" et du "grattage de guitare un peu mollasson" ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3273166

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast