Dimanche 10 juin 2007 à 10:49

Préférences cérébrales

    J'ai eu pas mal de questions dans vos mail sur les préférences cérébrales, ce qu'elles signifient, à quoi leur connaissance peut elle servir, sont elles innées modifiables, et peut on agir selon les deux tendances opposées ?
    Peux tu me dire quelles sont mes préférences cérébrales ?
    Je vais commencer à répondre à ces questions dès maintenant.

    D'abord deux citations que j'aime beaucoup:

“L'homme est à lui même le plus prodigieux  objet de la nature; car il ne peut concevoir ce que c'est que corps, et encore moins ce que c'est qu'esprit, et moins qu'aucune chose, comme un corps peut être uni avec un esprit.

 C'est là le comble de ses difficultés, et c'est cependant son propre être.
 Ce n'est pas une raison pour renoncer à comprendre”
                         Blaise PASCAL.

“Le meilleur moyen pour apprendre à se connaître est de chercher à comprendre autrui”   
                         André Gide

     Pour ceux ou celles de mes correspondant(e)s dont j'ai l'adresse, et qui ont donc la mienne, si je ne vous ai pas encore “passé(e) à la moulinette” de vos préférences cérébrales, je peux, si vous me le demandez, vous envoyer d'abord des questionnaires, puis des documents et examiner cela avec vous.
     Si je n'ai pas votre adresse hotmail ou autre, vous pouvez m'en envoyer une et je vous adresserai la mienne, ainsi que les questionnaires et les documents et on pourra ensuite discuter également de votre personnalité.
     Je ne veux quand même pas mettre cette adresse sur ce blog, car n'importe qui peut y venir la lire et j'ai déjà un peu de difficulté à répondre à tous les mails que je reçois et j'en ai marre aussi de recevoir de la pub sur mes boites aux lettres!.



     Je réponds ensuite à la question la plus fréquente : qu'est ce qui est inné, qu'est ce qui est acquis dans les préférences cérébrales ?.

     Nous avons à la naissance des préférences naturelles innées. Elles ne sont pas directement héréditaires (vous pouvez avoir des préférences différentes de celles de vos parents).
     L'enfant renforce ces préférences innées, car il fait l'apprentissage de la vie et il est plus adroit dans l'exercice de ses “facultés préférées” que dans celui des autres facultés. Il n'utilise donc presque qu'elles.
     Le plus souvent un enfant d'une dizaine d'années a des préférences très marquées (ainsi un enfant est le plus souvent très nettement droitier ou gaucher)
     Mais déjà, si on l'entraîne à utiliser sa fonction non préférée, l'enfant peut alors acquérir une certaine faculté “d'ambidextre cérébral”. Cela dit cela peut le perturber psychiquement.
     Enfin moi qui suis très “G”, mon grand père, me trouvant trop imaginatif et rêveur, m'a fait faire du bricolage, du calcul mental, des exercices d'observations.... de telle sorte que je suis devenu presque autant S que G, et je n'ai pas l'impression d'avoir été particulièrement perturbé (enfin faut le demander aux autres LooL !)

     Puis l'enfant grandit et peu à peu; il utilise un peu plus les fonctions et attitudes qui ne sont pas ses préférées. Cela dépend de l'éducation reçue, des préférences des parents (qui ont leur style de vie), de l'instruction (un élève de classes scientifique, même s'il est V, apprendra à avoir un minimum de logique).

     A l'âge adulte le métier intervient et on peut utiliser différemment ses préférences dans des milieux différents.
     Par exemple, bien qu'assez introverti (I), et très logique (L), j'ai dû, dans mon métier, toujours encadrer de nombreuses personnes.
     Au travail, je me suis peu à peu comporté comme un “extraverti” pour certaines sous fonctions, par exemple recevoir, écouter et diriger mes collaborateurs et ma fonction “Valeurs” (V) s'est développée au moins sous l'angle de l'altruisme.

     Par contre les préférence innées et notamment les fonctions qui ne sont pas les préférées, interviennent beaucoup plus, en cas de stress ou de non maîtrise de soi.

     J'espère avoir satisfait la curiosité de certaines d'entre vous sans vous faire vous poser de nombreuses questions existentielles !

     Ces notions ne sont pas simples et il faut une certaine habitude pour les manier et en tirer des enseignements. Mais elles sont compréhensibles sans avoir reçu une formation en psychologie et c'est leur intérêt

     Je vous expliquerai prochainement l'usage que l'on peut faire de la connaissance de ses péréfrences et de celles des autres.




Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1982368

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast