Lundi 25 août 2014 à 8:30

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs4/P1000537.jpg

    En dehors des mois de vacances, j’organise tous les mois des conférences techniques ou scientifiques pour des ingénieurs. Il me faut donc trouver un conférencier sur un sujet donné, puis m’assurer que l’exposé correspondra bien au sujet et surtout qu’il sera compréhensible par des personnes, ayant une culture technique, mais non spécialistes de la question. Et je constate que les spécialistes surestiment toujours les connaissances d’autrui, et trouvent évidentes et ne méritant pas d’explications, des connaissances qui sont loin d’être familières à des personnes ne travaillant pas dans le même domaine.
    Il m’est souvent arrivé de choisir un cadeau parce qu’il me plaisait, et sans être sûr qu’il plairait à la personne à qui je l’offrais.

    Nous attribuons souvent aux autres les mêmes idées ou croyances, les mêmes désirs que les nôtres : les psychologues appellent cette propension le « biais égocentrique ».
    Les psychologues pensent qu’alors, lorsque nous voulons comprendre autrui, nous procédons en quatre étapes :
    - nous cherchons de l’information sur l’autre et sur le contexte et l’environnement;
    - nous essayons de nous mettre à la place de l’autre en fonction des informations recueillies.
    - nous nous demandons comment nous réagirions à sa place, qu’elles seraient nos émotions, nos raisonnements, nos décisions.
    - nous attribuons à l’autre ces sensations et actions que nous aurions à sa place.
    Bien entendu les informations que nous avons sont partielles, et elles ne sont pas les mêmes que celles que possède l’autre.
    Mais surtout chacun ayant sa propre personnalité, nos réactions nous sont propres et correspondent à notre façon d’être.
    C’est pour cela que l’on appelle cette attitude un biais, car elle peut souvent nous induire en erreur.

    A l’inverse, autrui peut avoir une influence sur nos pensées et notre comportement, même dans les cas où nous pensons qu’il a tort. Le psychologues appellent cela le « biais altercentriste ». Nous pouvons même croire aveuglément une personne, ou vouloir partager les idées et habitude d’un groupe, ou suivre une mode sans réfléchir.
    En définitive, il peut nous arriver d’être « sous influence ».
    Le cas extrême est celui de la personne qui obéit à une autre quelles que soient ses opinions personnelles, par une sorte de soumission, d’esclavage affectif et intellectuel.
     Le plus souvent ces personnes sont peu instruites.
    L’instruction littéraire et scientifique est en fait le meilleur moyen d’acquérir une certaine indépendance d’esprit; la philosophie et la littérature permettent de confronter et de comparer de très nombreuses idées, et la science habitue à la logique, à la critique, au doute et à la vérification des théories.

    L’examen des préférences cérébrales permet de diminuer le « biais égocentrique », comme  le « biais altercentriste ».
    Connaître ses propres préférences cérébrales et donc tout un pan de sa personnalité permet de mieux identifier ses propres pensées et comportements. Mais on peut assez facilement connaître aussi celles de ses interlocuteurs et cela permet de différencier les leurs par rapport aux vôtres et donc de diminuer le biais égocentrique.

    L’analyse de la préférence cérébrale « indépendance d’esprit », permet de savoir dans quelle mesure on est influençable. J’en rappelle succinctement le contenu.
http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/influencedesautres.jpg
  En général, une personne influençable (préférence Influ.) :

- se préoccupe en permanence du jugement d'autrui;
- attache une très grande importance à son aspect et à ce qu'elle parait;
- est soucieuse des modes;
- se conforme sans discussion aux règles morales et sociétales;
- est influençable aux opinions et actions des autres;
- suit facilement un meneur ou un conseiller ;
- a du mal à maîtriser ses émotions causées par autrui;
- a une idée floue de ses propres limites et n'a pas confiance en elle.

          En général, une personne indépendante ( préférence Indép.) :

- est plutôt soumise à son propre jugement et ne se préoccupe que faiblement de l'opinion des autres;
- ne se préoccupe que modérément de son image;
- n'admet ses règles de vie qu'après réflexion et choix personnel (ce que Freud appelle le "surmoi");
- n'a pas l'esprit moutonnier et se soucie peu de la mode;
- ne se laisse pas facilement influencer par les discours et les actes;
- a une indépendance d'esprit vis à vis de meneurs ou de conseillers;
- arrive à contrôler les émotions provoquées par autrui;
- a une idée précise de ses limites et une certaine confiance en soi.

           Ce qui différencie principalement 'Influençable de l'Indépendant :

    L'influençable a un souci permanent de l'idée que les autres se font de lui (ou de ce qu'il croit être cette opinion), craint le jugement d'autrui et donc se conforme sans discuter aux règles du groupe ou de la société. Il se laisse influencer et a donc une liberté d'esprit toute relative et un comportement plus ou moins moutonnier.
    L'indépendant, tient compte de l'opinion d'autrui, mais ne craint pas  en permanence ce jugement et sait passer outre s'il le juge nécessaire. Il est donc peu influencé par la mode et n'accepte les règles morales et sociétales qu'après avoir jugé par lui-même de leur opportunité.
Il est indépendant d'esprit et tout en pouvant tenir compte de l'opinion des autres, il ne le fait qu'après discussion et réflexion. Il maîtrise les émotions causées par autrui et a conscience de ses limites, de ses qualités et défauts. Par contre il tient souvent trop à ses opinions
Par eepa le Lundi 8 septembre 2014 à 11:05
Votre article est très pertinent et apporte une réelle valeur ajoutée ! Je vous rejoins sur beaucoup de points au sein de cet article. Merci pour le partage !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3268139

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast