Samedi 1er novembre 2008 à 8:30

Préférences cérébrales

     Comme je vous le disais dans l’article précédent, la première réaction que nous avons face à une perception (image, son, toucher, discours, lecture), est émotionnelle et affective (et très souvent inconsciente).
     Ce n’est que dans un deuxième temps que l’on commence à réfléchir, à avoir un comportement rationnel et à prendre une décision, qui entraîne l'action.
     On appellera « A »  (A comme altruiste ou affectif), la tendance à une grande sensibilité de longue durée, (une dizaine de seconde) et « O » (O comme orientée) la tendance à une faible sensibilité émotive et de courte durée, (quelques secondes) qui cèdera rapidement le pas à la perception orientée normale qui se fait sous le contrôle de notre cerveau frontal, qui réfléchit et pense.
     Nous avons chacun une sensibilité A ou O, plus ou moins grande : on ressent plus ou moins l’émotion initiale et on passe plus ou moins vite à la perception orientée.


     Le premier stade est celui de la perception émotionnelle immédiate, qui est intense et long si l’individu est snesible, et faible et court si l’individu est peu sensible. Intervient ensuite la perception “orientée” par notre cortex, qui réfléchit pour optimiser notre information.
     .La perception orientée par notre cortex  (faits, causes) dépend non seulement de notre sensibilité, mais aussi de notre préférence “sensitive pas à pas S” ou “globale G” quant à la “méthode” de perception.
     La durée du stade ‘perception orientée” par rapport à celui de “décision” dépend de notre préférence J (maîtrise des événements) ou P (adaptation aux événements).
     Les critères de décision dépendent de notre préférence L (logique) ou V (valeurs)
     Si vous avez oublié ce que sont ces préférences cérébrales vous pouvez trouver leur description sur mon blog dans les articles relevant de ectte catégorie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/schemaAOcopie.jpg     L’important c’est de savoir que cette préférence A / O intervient fortement dans notre humeur et dans notre réaction au stress.
     La personne de préférence A aura des émotions plus fortes et il lui arrivera fréquement d’avoir les larmes aux yeux, voire de pleurer.
De même face à une autre personne,  elle s’intéressera davantage aux sentiments et aux réactions de cette personne, alors que la personne de préférence O recherchera davantage des informations concernant sa situation qu’elle analysera.
     La personne de préférence A peut être très émue par des images, des textes ou des sensations ayant une forte connotation émotionnelle, alors que la personne de préférence O recherchera davantage des informations ou s’intéressera davantage à son contenu rationnel et factuel.
     En général la personne de préférence A comprendra donc mieux les sentiments et réactions des autres, alors que la personne de préférence O sera beaucoup moins sensible et empathique
     Une personne très sensible aura des réactions plus brutales devant le stress ou une grande émotion : larmes, tristesse. Elle exagèrera l’importance de paroles désagréables ou de réflexions péjoratives et soit répliquera de façon soudaine, soit partira souffrir dans son coin.
     Au contraire une personne peu sensible sera jugée à tort comme indifférente, égoüiste et ne comprenant pas autrui et les sentiments des autres.

     La sensibilité A /O est donc un facteur imporatnt à connaître pour comprendre les réactions de vos enfants, vos parents ou vos amis.


Par mamour44444 le Samedi 1er novembre 2008 à 18:50
article très interessant
comme d'habitude
:)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2710708

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast