Mardi 23 février 2010 à 8:14

Préférences cérébrales

 http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P5190042.jpg

   Plusieurs de mes correspondantes me posent des questions sur les “préférences cérébrales” car c’est un excellent moyen de mieux comprendre sa personnalité. J’expliquerai ce que c’est et comment on peut s’en servir.
    Mais c’est assez long à expliquer et donc je vais y consacrer une quinzaine d’articles, mais pour ne pas trop vous fatiguer, j’intercalerai d’autres sujets, certains sérieux, certains humoristiques.
    Aujourd’hui ce sera plutôt un préambule, pour que vous compreniez mieux la suite des articles.


    Lorsque nous utilisons nos mains pour mener une action, (c'est à dire nos muscles et tout le mécanisme de commande neuro-cérébral), nous avons une préférence innée : à notre naissance, l'organisation de notre cerveau fait que nous sommes “droitier” ou “gaucher”. C'est une préférence de notre cerveau qui commande nos gestes des mains, les centres correspondants (sur le dessus du crâne) de l'hémisphère gauche étant davantage utilisés chez un droitier et ceux de l'hémisphère droit chez un gaucher (et/ou la transmission se faisant mieux entre ces centres et les autres centres et le système nerveux associés).
    Personne n'ignore sa préférence manuelle naturelle et nous utilisons tous cette préférence, de façon quasi automatique, c'est à dire la main la plus adroite.
    Cette préférence n'est pas une tare! Un droitier et un gaucher peuvent être aussi adroits l'un que l'autre, sauf si les objets à saisir ont été spécialement conçus pour être pris de la main droite ou gauche, car cela restera toujours plus difficile de manier un outil, conçu pour l'usage exclusif d'une de nos mains, (paire de ciseaux ou écriture), avec celle pour laquelle cet outil n'a pas été fait..
    Par ailleurs un droitier peut améliorer l'adresse (ou diminuer la maladresse!) de sa main gauche (et vice versa pour le gaucher). Le barreur d'un voilier doit impérativement savoir barrer de chacune de ses mains selon l'amure sous laquelle il se trouve. Il y a des personnes presque ambidextres.
    Nous avons cependant besoin le plus souvent de nos deux mains (essayez donc d'applaudir ou de tenir fermement un gros colis d'une seule main!).
    Essayez aussi de croiser vos bras : en général le droitier met le bras droit par dessus le gauche et le gaucher l'inverse. Essayez si vous êtes droitier de faire l'inverse, comme un gaucher. Vous verrez que cela n'est pas si facile, mais plus lent et il faut faire attention car l'automatisme n'est pas acquit.
    Vous constatez bien là ce qu'est une préférence et la préférence inverse : on peut se servir des deux, mais l'une est plus naturelle que l'autre.
    Il est moins connu que nous avons une préférence pour l'un de nos deux pieds pour tirer un ballon dans un but, ou prendre appel pour un saut, et que nous ne pouvons bien viser que d'un oeil, le droit ou le gauche selon les personnes. Ce sont d'autres préférences innées.

    Notre cerveau lorsque nous pensons, a aussi ses préférences naturelles innées de fonctionnement, notamment en matière de prise d'information, de prise de décision, de l'importance relative que nous attachons à chacune de ces deux types d'actions, et quant au milieu qui focalise notre intérêt : le milieu extérieur ou celui de nos pensées, mais aussi en ce qui concerne notre sensibilité émotionnelle, notre sensibilité au stress, l'importance que nous accordons à nos désirs et la tolérance que nous avons des pensées des autres..
    Ces préférences sont innées, (mais pas forcément héréditaires), et sont liées à la formation initiale de notre cerveau. Mais l'éducation et un effort personnel, peuvent permettre de développer les domaines non préférentiels. L'expérience que nous apporte la vie influe également sur elles.
    Il n'est pas possible de donner une correspondance entre ces préférences et le fonctionnement du cerveau, car elles correspondent à un “comportement” de l'individu, qui met donc en jeu tout le cerveau, mais je donnerai par la suite quelques pistes à ce sujet.

    Pour chaque catégorie de préférences que nous allons étudier, nous aurons affaire à deux préférences “antagonistes” (comme être droitier ou gaucher) correspondant à des modes d'action (se servir de la main droite ou gauche), dont l'un sera préférentiel (la main droite pour le droitier), c'est à dire que nous nous en servons plus souvent, plus facilement et en général avec un meilleur résultat.
Mais nous nous servons aussi, mais moins souvent et moins bien, du mode d'action opposé (le droitier se sert aussi de sa main gauche).
    L'autre mode non préférentiel, est peu ou relativement assez développé et donc plus ou moins utilisé, selon les individus, leur formation, leur environnement et l'entraînement qu'ils ont pu acquérir au cours de leur vie, (et donc leur âge), mais il reste moins naturel, plus laborieux et moins performant que le mode préféré.
    Ces préférences sont donc moins nettes chez un adolescent que chez un adulte, car l'adolescent n'a pas eu le temps encore de se perfectionner dans l'usage de son mode d'action préféré et encore moins le temps de s'entraîner à utiliser le mode antagoniste.

    Il est possible de décrire ces préférences en termes simples, à la portée de toute personne ayant une formation secondaire, et cela sans l'emploi d'un vocabulaire de médecine ou de psychologie, toujours ésotérique pour les non-spécialistes.

  
  C'est ce que je ferai dans de prochains articles, mais dans celui de demain je vous donnerai un premier aperçu de l'utilisation de ces préférences cérébrales
Par alyane le Mardi 23 février 2010 à 8:53
je suis gauchère pour tout, mais j'ai appris à utiliser la main droite, comme certains objets sont conçus pour les droitiers, comme la voiture.Les ciseaux même pour gauchers restent ma bête noire, je ne sais pas découper droit...
Par contre j'ai acquis la faculté de lire et d'écrire dans le sens des élèves, d'inverser des mouvements, de changer et de transposer la musique à toute vitesse. Tomatis, célèbre médecin qui a rééduqué sous oreille électronique, des gens et des chanteurs, affirmaient dans un de ses derniers livres, que les gauchers n'étaient pas "normaux".
Par jazz le Mardi 23 février 2010 à 10:22
coucou Jean-pierre
moi aussi je suis gaucher,mais je m'adapte facilement avec les objets conçus plus pour les droitiers !!! . et pour la musique c'est sympa car le jeu des deux mains est interressants,jouant du piano.
te souhaitant une bonne journée, A+ d' Emmanuel
Par 22h47 le Mardi 23 février 2010 à 14:56
Promis, je lis et on en parle par e-mail dès que ma crise de migraines est passée :)
Bisous
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2969383

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast