Lundi 31 août 2009 à 15:17

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/P4230094-copie-1.jpg

    Début janvier 2007 , j’avais fait des articles sur la personnalité, notre “moi” et notre “personna” (conception du psychiâtre CG Jung.)
    Je ne vais pas recommencer ces articles et je vous y renvoie(dans la catégorie “notre personnalité” ).
    Mais je vais compléter ces articles.
   
    Je commencerai par un texte trouvé dans un blog il y a trois ans et que j’ai conservé car je le trouve assez extraordinaire parce qu’écrit par une ado de 13 ans à peine.C’est un texte de philosophie que ne renierait pas une élève de terminale.
     Alors je lui ai demandé la permission de le publier.  Il est souvent émouvant et surtout remarquablement écrit.


    " Pouvez-vous vous vanter de me connaître ? Savoir qui je suis, ce que je pense, quels sont mes rêves, mes espoirs ? Non, je ne crois pas.
     La plupart de ma vie reste secrète. C'est un petit coffre, enfermé dans mon esprit, ou dans mon coeur, je ne sais pas trop. Et là, je cache tout ce que je ne veux pas montrer. Avec une ou deux personnes, j'arrive à l'ouvrir, et à laisser sortir quelques pensées, sentiments. Mais c'est difficile... Je cherche la sécurité. Et l'insensibilité. M'emfermer dans ma coquille, é dormir... Ou même penser, agir, sans que rien ne puisse m'atteindre...
     Le repos, le bonheur, quoi ! Ce serait tellement bien ! Imaginez, que la tristesse, la douleur, la peur, soient stoppés dans leur élan pour aller vers vous par un mur invisible, qui vous protègerait !  Ce serait bien tentant...             D'accord, on dit que la douleur et la peur, c'est important, et que les épreuves forgent notre caractère et remplissent notre vie... Mais avouez que si on pouvait vous les éviter, vous seriez bien heureux !

     D'une certaine façon, j'ai deux personnalités.
 L'une souriante, riante, celle que je montre en public.
 L'autre, s'apitoyant sur elle même, encaissant les coups, pleurant seule le soir... Celle-là, c'est bien rare que je la montre !

     C'est là que je me demande, “Et si personne ne connaissait personne” ? C'est vrai, après tout ! Pouvez vous dire que vous connaissez quelqu'un vraiment ? Pas moi. Enfin je ne crois pas.
 D'une certaine façon, heureusement. Ca voudrait dire qu'on serait un peu là, à l'interieur de cette personne.

     Vous voulez que je vous dise qui je suis ? Et bien moi même je ne le sais pas trop. Un être à double face, lâche, fuyant ses sentiments... Egoïste, parfois, souvent même. Essayant de faire du mieux que je peux pour aider mes amis, mais souvent je ne sers à rien... Donc, jamais contente...
     Ou là là, c'est compliqué... Alors, personne ne connaît personne, et personne ne se connaît lui-même ? Ca devient anarchique...”

Par Trois-cent-quarante-six le Lundi 31 août 2009 à 17:42
je suis d'accord avec ce texte. Je pense que la personne que je connaisse le plus c'est moi, étant donné que j'ai du mal à me comprendre bien souvent ça me fait réaliser que je connais encore moins les autres... (c'est assez flippant.)
Par Diary-Adventures le Lundi 31 août 2009 à 18:28
On ne se connait jamais vraiment, ni nous-même, ni les autres. C'est en général ce qui rend l'être humain si intéressant mais aussi si complexe. Ce qui est pire encore, c'est de s'apercevoir que ceux qui répètent à longueur de journée nous connaître par cœur sont en faîtes de parfait ignares. C'est peut être ce qui provoque une certaine peur, aussi bien des autres que de nous-mêmes, se dire qu'il n'y a aucun moyen pour réussir à parfaitement comprendre les autres...
Par Paskale le Lundi 31 août 2009 à 19:24
Notre personnalité... Comme une pièce de monnaie. Un côté face et un côté pile.
Par Beb0pJam le Lundi 31 août 2009 à 20:11
Ce jeune homme a pris conscience du fait que l'homme est multiple. Je vois l'esprit humain (pour ce qui est des personnalités) comme une pièce dans laquelle coexistent des personnages simples. Selon la situation, ce sera l'un d'eux qui prendra la parole, car ce que j'appelle le Démiurge (et qui n'est autre que notre moi conscient (je ne m'y connais pas en philo, j'utilise les termes au feeling)) aura jugé que c'était la réaction à avoir, le personnage adapté à la situation. Cela permet de ne pas s'exposer dans son intégralité. On peut comparer ces rôles à des masques.
Seulement, il arrive aussi que des personnages restent dans l'ombre. Dans notre inconscient en somme. Et il arrive aussi que ceux-ci parlent sans y être conviés. C'est la réaction d'instinct, ou le resurgissement de l'inconscient, ou que sais-je encore.
Je ne sais pas pourquoi je parle de ça. Merci pour cet article fort stimulant. Je m'en vais lire le reste du blog.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2898171

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast