Mercredi 22 décembre 2010 à 8:30

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/filo.jpg

    On peut trouver beaucoup d’exemples quant à la notion que nous avons du temps biologique :
    Vous travaillez dans le jardin, vous avez fini votre travail, vous vous reposez et vous vous demandez : “quelle heure est il” et vous pensez “probablement 17h”. En général c’est vrai à 10 ou 15 minutes près.
    Vous vous réveillez habituellement à 7h15 le matin. Mais ce jour là vous devez vous réveiller à 6h car vous partez en voyage en train. Bien sûr vous avez mis votre réveil. Mais vous vous réveillez 10 minutes avant qu’il ne sonne !
    Vous travaillez dans le jardin, vous avez fini votre travail, vous vous reposez et vous vous demandez : “quelle heure est il” et vous pensez “probablement 17h”. En général c’est vrai à 10 ou 15 minutes près.
    Vous êtes plongé dans la lecture d'un livre passionnant, et de laisser passer I'heure d'un rendez-vous, une station de bus ou de métro !
    Votre perception du temps avait été déficiente: captivé par la lecture, vous étiez persuadé qu'iI ne s'était passé qu'une ou deux minutes, alors que plus de dix minutes s'étaient écoulées.
    A l’inverse on vous demande d’estimer la durée de luminosité d’une lampe que l’on a allumé pendant deux minutes et vous arrivez à l’estimer à quelques secondes près.
    Les personnes travaillant sur un même projet ont une même perception du temps qui passe.
    On trouve même des synchronisations de rythmes biologiques de personnes vivant en communauté.

    Dans le premier cas, votre cerveau frontal a bien insisté auprès de la mémoire que vous deviez vous réveiller avant 6 heures du matin. Alors quand vous entrez dans les phases de sommeil moins profond vers le petit matin , avec des phases de sommeil paradoxal plus longues et des micro-réveils, votre cerveau a vidé la mémoire du court terme superflu et par contre , votre inconscient remonte l’information de la nécessité du réveil à 6 heures. Le cortex préfrontal n’est plus inhibé comme en début de nuit et il réagit donc aux informations qu’il reçoit. L’hypothalamus lui envoie des informations quant à l’état de paramètres biologiques qui varient pendant la nuit. et le sablier  “aire motrice supplémentaire envoie une heure approximative, car certes il n’a pas collecté toutes les impulsions de l’horloge “striatum” , mais cependant une partie d’entre elles car le robinet “putamen” n’est jamais fermé complètement.
    Le cortex préfrontal collecte et compare ces information et détermine l’heure à 10 à 20 minutes près et il raisonne : par précaution vaut mieux faire réveiller trop tôt que trop tard. Il lance alors le processus de réveil un quart d’heure avant 6h.

    Dans le second cas, vous avez une occupation qui ne nécessite pas un souci de temps passé, mais vous n’êtes pas non plus absorbé par une réflexion qui mobilise votre cortex de façon permanente.
    Votre horloge striatum égrène ses secondes, mais le robinet putamen n’est qu’en partie ouvert et l’aire motrice supplémentaire ne collecte pas toutes les impulsions Elle en collecte cependant un certain nombre et par ailleurs au moment où vous vous demandez quelle heure il est votre cortex préfrontal va non seulement consulter ce sablier, mais en plus il va regarder autour de lui l’environnement , vos sensations internes, et quelle pouvaient être les durées des tâches accomplies.
    De cet ensemble d’éléments il va déduire une heure qui ne sera pas exacte mais approximative à un quart d’heure près environ.
   
    Dans le troisième cas, vous êtes tellement absorbé que le robinet “putamen” est  presque inhibé et le cortex frontal, absorbé par votre lecture ne pense pas à évaluer ce qu’il y a dans le sablier. L’aurait il fait, l’information lui aurait donné un temps peu précis incompatible avec la précision nécessaire pour déterminer l’instant de descendre de votre bus ou de partir au rendez vous.

    A l’inverse, dans le quatrième cas, vous êtes polarisé sur la mesure d’une durée, votre cortex préfrontal a ouvert le robinet "putamen" et il suit en permanence le sablier “aires motrices supplémentaires” et il mesure donc toutes les impulsions envoyées par l’horloge “striatum” Vous avez donc une mesure précise du temps qui passe et vous estimez la durée avec une assez bonne précision.

    Si l’on fait travailler un groupe sur une même tâche, qui l’absorbe au sans qu’il soit absorbé, en général tout le groupe a une notion du temps assez comparable d’une personne à l’autre ; c’est ce mécanisme de mesure des temps court et les phénomènes cités qui interviennent pour chacun.

    On cite aussi des études faites sur des jeunes filles dans des pensionnats ou de femmes dans des prisons, et il semble qu’on ait constaté que peu à peu, les cycles féminins se décalaient pour devenir voisins les uns des autres. Il semble que les déroulement réguliers de vie commune aient peu à peu synchronisé les horloges circadiennes et que leurs cycles hormonaux aient aussi été ainsi synchronisés.

    Je suis toujours en admiration du fonctionnement du cerveau et du corps humain. C’est une usine d’une complexité extraordinaire. Nous savons faire plus précis avec des machines, sur certains points particuliers qui peuvent être décrits logiquement, mais nous sommes loins de savoir faire aussi bien que le cerveau dès qu’il s’agit d’étudier rapidement des problèmes aux décisions multiples.
    Je pense toujours à cette pensée de Blaise Pascal inscrite en haut de ce blog :
“   L’homme est à lui même le plus prodigieux  objet de la nature; car il ne peut concevoir ce que c’est que corps, et encore moins ce que c’est qu’esprit, et moins qu’aucune chose, comme un corps peut être uni avec un esprit.
    C’est là le comble de ses difficultés, et c’est cependant son propre être.”


    Même si on a fait beaucoup de progrès depuis Pascal, sa pensée est toujours vraie.
Par abdelaziz le Mercredi 22 décembre 2010 à 13:44
c'est vrai que c'est fou d'avoir une horloge toujours dans sa tête on l'oublie souvant ^^
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3071580

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast