Mercredi 7 avril 2010 à 8:37

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1S/Fleurs4/1001772.jpg

  
  Le 7 mars 2010 sur France 2,  le réalisateur Christophe Nick entouré de chercheurs en psychologie de diverses universités (Jean-Léon Beauvois, Didier Courbet et Dominique Oberlé) a essayé de transposer l'expérience de la soumission à l'autorité de Milgram dans une “expérience de télé-réalité" "La zone extrême".

    Les participants, recrutés parmi 13 000 personnes, ont été rémunérés 40 euros pour participer à une « maquette » de jeu télévisé nommé “La zone extrême”.
    Un des objectifs de cette émission était de montrer la fascination qu'exercent les médias sur notre société et que la télévision représente une autorité pouvant conduire des téléspectateurs à réaliser sur un plateau des actes violents vis-à-vis d'autrui, la télévision et la présence du public jouant un rôle analogue à celui d’une autorité.

    Dans un studio de télévision avec des décors du jeu, des effets sonores et des projecteurs, un public d'une centaine de personnes, une équipe technique et la complicité d'une animatrice (Tania Young), on a fait croire à environ 80 personnes qu’elles venaient tester un nouveau jeu  télévisé.
    Après un faux tirage au sort, les vainqueurs devaient faire passer un test de mémoire à un autre candidat (en réalité un comédien Laurent Ledoyen).
    Le sujet sélectionné (tortionnaire), lisait au comédien (victime) une liste de paires de mots et le partenaire-comédien devait reconnaître parmi eux certaines associations. Le faux partenaire-comédien-victime était attaché dans une cabine capitonnée et le participant devait lui administrer un choc électrique à chaque erreur, depuis un choc léger (20 volts), à « XYA » (460 volts).
    Comme dans l'étude de Milgram, ceux qui hésitaient à poursuivre étaient rappelés à l'ordre : « Ne vous laissez pas impressionner, il faut continuer », « Vous devez continuer, c'est la règle », ou encore « La logique du jeu veut que vous continuiez ».
    Bien entendu les chocs électriques étaient fictifs mais ils ne le savaient pas.

    L'expérience avait plusieurs variantes :
        - dans un cas, les participants pensaient participer à un test qui ne passerait pas à la télévision,
        - dans un autre on leur a dit qu'ils passeraient vraiment à la télévision.        
        - dans une troisième variante, une (fausse) assistante du producteur se présentait quand les décharges administrées atteignaient 200 volts, et contestait le principe du jeu, demandant que l'on arrête le « dérapage », puis se retirait après avoir été remise à sa place par l'animatrice.
        - enfin, dans une dernière situation, l'animatrice se retirait après l'administration d'un choc de 80 volts en précisant que le participant était « maître du jeu » et devait continuer.

    A l'exception de cette dernière situation (où seulement 28 % des participants ont administré 460 volts), plus de 70 % des participants ont accepté de continuer à administrer des chocs jusqu'au terme des 460 volts.
    Ce taux de soumission montre que dans une situation de forte pression psychologique de l’environnement, plus des deux tiers des participants administrent des décharges électriques supposées mortelles, poursuivant le jeu, malgré les hurlements de la victime qui implore que l'on arrête puis ne réagit plus.
    La télévision et la présence du public ont donc, comme l’autorité,  le pouvoir de susciter des actes dangereux.
    On pourrait même croire que la télévision est encore plus incitative puisque le pourcentage de personnes allant au terme ultime est supérieur à celui de l’expérience de Milgram.
    Mais en fait d’autres expériences analogues à celles de Milgram on obtenu des scores plus élevés. Les circonstances des épreuves et la différence entre les personnalités des personnes  doit entrainer une certaine dispersion des résultats.

    Cette expérience est elle valable.? Je discuterai dans le prochains article la portée de cette expérience en  me référant à un article de Hélène Marzolf, paru dans Télérama, puis j'examinerai, dans l'article suivant, l'avis de psychologues quand à l'influence de la personnalité des participants sur leur comportement..
Par MaxenceM le Mercredi 7 avril 2010 à 9:07
Je suis obligé de plus ou moins revenir sur ce que j'ai dit. Il semblerait que la télévision fasse aussi pression qu'un scientifique. Effrayant !
Par MeL le Mercredi 7 avril 2010 à 10:37
J'ai lu il y a quelque temps un article sur cette expérience dans Philosophie Magazine qui m'avait intéressée, merci de faire des articles sur ce sujet !
Par le-grand-duduche le Mercredi 7 avril 2010 à 11:03
Cette expérience est elle valable ? Effectivement là est la question. Le problème semble être qu'on parle bien d'une " transposition " de l'expérience de Milgram, d'une adaptation qui ne regroupe pas toujours l'ensemble des facteurs de l'expérience initiale.
Quoi qu'il en soit, l'émission a eu le mérite de populariser l'expérience de Milgram et d'aborder ce sujet inquiétant mais humain.
En outre, je trouve que l'émission fut aussi l'occasion de toucher du doigt les limites de la télé-réalité. Sur le sujet, Amélie Nothomb dans " Acide sulfurique " illustre bien ( dans un roman à peine exagéré ) jusqu'où risque d'aller la télé-poubelle, pas encore en France mais bientôt outre-atlantique.
Par jazz le Mercredi 7 avril 2010 à 11:40
coucou Jean-pierre
merci de ton passage sur "autresrimes"
je n'ai pas vu cette emission mais j'en ai entendu parlé.je préfère regardé des emission comme celle de hier soir sur france2 "rende vous en terres inconnues" qui nous font découvrir d'autres horizons, peuples, vies-- loin de l'urbain souvent brut et speed !!!

te souhaitant une belle journée et + , si tu aimes les voix de velours
celle en écoute sur "jazz" de chrisitne Tobin te plaira peut être ?
A+ d' Emmanuel
Par Tonin-de-jardin le Mercredi 7 avril 2010 à 13:19
pour réagir au commentaire de la grande duduche, cette expérience est valable, le but n'étant pas de reproduire purement et simplement l'expérience de Milgram, mais de tester cette expérience non pas à la soumission à l'autorité, mais à la soumission face à une "pseudo-autorité" que sont les médias et les jeux télévisés. Les réactions des 'joueurs' ne sont pas les mêmes, car justement certains se déculpabilise même si ils tuent le mec, parce que ce serait couvert par la tv, certains pensent que comme c'est à la tv ils n'iraient pas trop loin et les dangers seraient mesurés.

Celà dit le fait est là, beaucoup de gens auraient administré des décharges mortelles à l'inconnu.

Si j'en ai le temps, je mettrai un commentaire plus long résumant mon avis, sur le dernier post de Jean-pierre
Par le-grand-duduche le Mercredi 7 avril 2010 à 15:53
@ Tonin-de-jardin : Sans vouloir être désagréable c'est LE Grand Duduche mais enfin bon ce n'est pas ce qui nous intéresse ici ^^
Pour reprendre ton commentaire, si on change les variables de l'expérience on ne peut plus décemment parler de l'expérience de Milgram. Dans ce cas elle n'est pas valable dans la mesure où elle ne respecte pas l'ensemble des critères de l'expérience initiale. Donc oui cela donne une expérience intéressante mais non fidèle à celle à laquelle elle veut s'identifier.
Par maud96 le Mercredi 7 avril 2010 à 22:52
La télévision est pour moi une maîtresse casse-pied et infâme vis-à-vis de laquelle je pratique la seule parade efficace que je connaisse : l'école buissonnière.
Ce n'est pas qu'on lui obéisse : c'est pire ! elle insinue ses messages dans nos esprits et nous capte petit à petit ! Matraquage insidieux ! Même reproduite à la télévision, l'expérience Milgram ne dit rien sur le pouvoir de la télé, car sa puissance de persuasion ne vaut que grâce à l'usure du temps consacré à démissionner nos défenses devant les atteintes visuelles répétées du "petit écran" (qui devient de plus en plus grand !)
Par Madness.of.Love le Samedi 17 avril 2010 à 23:57
L'expérience de Milgram a été un sujet brûlant à table pendant deux / trois jours. N'ayant pas la télévision, je ne peux rien dire, mais je pensais de toute façon que faussée comme elle l'était, elle n'était pas valable.

Sinon, cela me donne une piste pour mon devoir de philosophie : "Faut-il se méfier de l'image ?" !

J'espère également que tu as, dans les archives de ce blog, des articles concernant l'image ou l'imagination. Je rechercherai demain, là l'heure fatidique de minuit arrive et je suis tout bonnement épuisée ! =)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2984053

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast