Vendredi 23 mai 2008 à 8:09

Enseignement, école, fac



    En général tout nouveau ministre de l'Education nationale fait chaque fois sa réforme des programmes, et celui des Finances
pour faire des économies, réduit le nombre de postes de professeurs aveuglément et technocratiquement .
    Alors aujourd'hui je voudrais vous dire ce que je pense personnellement de ces questions.

    Je suis toujours un peu surpris par le fait que l'on augmente toujours les programmes, le nombre d'activités et d'options et que parallèlement on réduit les durées des cours et les exercices à la maison.
    Logiquement c'est incompatible.
    Une information absurde m'a également agacé : un haut responsable à qui l'on se plaignait de la surcharge des classes en élèves (quelquefois plus de 30) disait qu'en fait, il y avait en moyenne 17 élèves par professeur. C'est ou un énorme bêtise, ou quelqu'un qui nous prend pour des idiots. Vu le nombre de spécialités et d'options qui existent actuellement, le nombre d'élèves par professeur n'est en aucun cas représentatif de la surcharge des classes.
    Tout au plus cela pourrait indiquer que le nombre d'options est beaucoup trop élevé. C'est personnellement mon opinion, car on disperse les efforts des élèves sur des options qui ne sont pas essentielles, et demandent beaucoup plus de professeurs.
    Je pense quant à moi, que l'enseignement général n'est pas un enseignement professionnel et qu'on ferait mieux d'améliorer ce dernier et de mieux orienter les jeunes vers cet enseignement.

    Certaines d'entre vous me demandent ce que je pense du remplacement d'un prof absent par un professeur d'une autre spécialité; là je peux vous répondre car j'ai moi même suffisamment aidé des jeunes dans leurs études et fait des cours à des adultes;
    C'est possible dans des spécialités voisines à condition de pouvoir le préparer à l'avance en concertation avec la personne qu'on peut être amené à remplacer. Je me sens capable de faire des cours de maths, de physique ou de chimie; à la rigueur de SVT sur des sujets que je connais, parce que la formation et l'expérience assez poussées que j'ai de ces domaines au delà du bac, me permettent de dominer suffisamment le sujet. Mais je ne me vois en aucun cas faire un cours de français, de philo, de latin (bien que j'ai été un bon élève dans ces matières) ni à fortiori en histoire, géographie, langues ou gymnastique.
Chacun son métier !!!
    Et il m'arrive que des jeunes de taupe me demandent une aide et là, le niveau étant beaucoup plus élevé que celui du bac et les matières ayant évolué, je suis souvent assez peu à l'aise. (En 60 ans on oublie aussi beaucoup de ce qui ne vous a pas servi souvent).
    Je pense donc que ce système peut dépanner, mais qu'il atteint vite ses limites.

    Je ne vais pas discuter du contenu des programmes, mais je voudrais dire un mot des méthodes pédagogiques, du moins dans les matières scientifiques pour lesquelles j'aide quelques jeunes. (mais je pourrais dire presque la même chose sur l'orthographe ou les méthodes de rédaction).
    Je suis étonné du fait qu'on n'apprend plus par coeur aucune règle et aucune formule. Ce n'est pas à mon sens un travail ni inutile, ni idiot; cela ne dispense pas d'avoir expliqué et compris la règle ou la formule et de savoir l'appliquer. mais être obligé de la savoir très bien par coeur permet de la retrouver instantanément sans être obligé de réfléchir et sans erreur, et sans perdre un quart d'heure à la rétablir (si on sait le faire).
    Je pense que certaines formules de base de mathématiques ou de physique doivent être devenues aussi familières et aussi automatiques que les tables de multiplication
(si on les apprend encore !!) ou les quatre opérations.(sans calculette) .
    Je constate que l'on ne donne plus non plus aucune règle très simple ( des trucs et astuces) pour les calculs de maths et de physique, de telle sorte que les élèves compliquent énormément les calculs littéraux, si tant est qu'ils sachent les faire sans erreur.!
    Et comme on ne donne plus non plus d'exercices à faire chez soi que rarement et en nombre très limité, les jeunes ne savent plus appliquer ce qu'ils ont appris et donc l'oublient.
    C'est tout aussi vrai pour ce que l'on apprend dans le primaire; je connais des bacheliers qui sont incapables dans un supermarché, de me dire quelle est la plus avantageuse entre une bouteille de 70 cl qui coûte 14 € et une autre de 3/4 de litre qui coûte 15 €. J'ai rencontré de nombreux lycéens qui ne savent pas calculer la surface d'un triangle, d'un parallélogramme ou d'un trapèze ni le volume d'une sphère. Ou mesurer le hauteur d'un arbre (sur lequel on ne peut monter), avec un décamètre et un piquet par exemple de 2m. (c'est un problème enfantin de triangles semblables - pardon vous les appelez maintenant "isométriques", c'est plus chic !).
    J'aurais envie de mettre sur mon blog les problèmes de robinets ou de trains que l'on avait il y a 65 ans pour entrer en sixième, pour voir si mes guenons du lycée savent les faire. !! IooI

    Un mot sur les professeurs. Entre ceux de mes enfants, de mes petits enfants, de ceux d'amis, j'en ai connu beaucoup. Bien sûr il y a parmi ces professeurs quelques fumistes et quelques cloches, mais très peu.
    Tous les autres me paraissaient consciencieux, voulant bien faire leur métier d'enseignants et se consacrant à leurs élèves, même les cancres.
    Sans doute ont ils moins qu'autrefois la “vocation” et certains ont choisi ce métier parce que c'était, en cette période de chômage, un des postes possibles pour eux. Mais c'est vrai pour tous les métiers aujourd'hui. Les “saints” sont devenus rares et on rencontre beaucoup plus rarement des instituteurs aussi extraordinaires que ceux que j'ai eu la chance d'avoir.
    En général les professeurs sont beaucoup plus instruits et diplômés que ceux d'autrefois, mais par contre, je trouve souvent leurs cours beaucoup moins simples, beaucoup moins faciles à appliquer; Je ne sais plus très bien quels en sont les objectifs. Autrefois c'était bête et méchant : apprendre à bien se servir d'outils simples et utiles  (en maths, physique, chimie et français) et acquérir dans les autres matières une certaine culture générale.
    Par contre je reconnais que les moyens audiovisuels rendent les cours d'histoire-géo bien plus intéressants et que les cours de langues sont bien plus utiles aujourd'hui qu'autrefois où on n'étudiait guère que de la littérature.
    Mais je plains les profs d'aujourd'hui car leurs élèves sont souvent peu motivés et peu travailleurs et plutôt enclins à chahuter; encore heureux s'ils ne sont pas violents. cela n'est pas la majorité de la classe, mais il suffit de quelques brebis galeuses pour l'empêcher de fonctionner.

    Voilà quelques réflexions du vieux singe que je suis, mais je comprendrais parfaitement que vous ne soyez pas d'accord avec moi et
cela m'intéresserait que vous me donniez votre opinion.
Par kaa le Vendredi 23 mai 2008 à 8:17
Le problème c'est que les politiques décident de baisser les horaires(économies oblige) et que les inspecteurs continuent à se tirer dans les pattes ne voyant que leur seule discipline, voulant toujours plus pour les élèves et espérant sans doute que ce sont les autres qui baisseront leurs contenus !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Par Le.Chat.De.Chester le Vendredi 23 mai 2008 à 17:13
Arg, alors leur moyenne d'un prof pour 17 élèves n'est absolument pas à prendre en compte! Grâce à mes cours de SES, j'ai appris pas mal de trucs plutôt important et serviable, et parmis ces "trucs", une chose en rapport avec les statistiques et autres pourcentages. Pour ce qui est de l'éducation, et bien il prenne en compte les cours qui se déroulent en "demi-classe"; c'est à dire que la classe est divisée n deux et que (par exemple) une semaine sur deux, c'est l'une des moitiés qui a cours et ensuite l'autre. Cette technique permet de mieux pouvoir expliquer aux élèves, mais malheureusement est trèès peu courante. Alors forcément, une classe qui est au départ de 30 élèves va devenir une classe de 15 élèves pour 1 prof -_-
De plus, en ces temps où la question de l'éducation se pose énormément, et bien il est très simple pour nos chers hommes politiques de falsifier les données...c'est tellement tentant!

En revanche, je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis à propos des options...je trouve qu'au contraire, elles ont un effet bénéfique, entre pour ce qui est des bulletins -_- ça peut paraitre tout bête mais par exemple quelqu'un qui est très mauvais en sport (non, non, je ne parle pas de moi ^^) pourra se rattraper sur son option (s'il en a une). Mais d'un point de vu moins....disons typiquement "élève", je pense que dans le monde du travail tel qu'il est aujourd'hui, avoir plus de qualification est toujours mieux. En citant l'option cinéma audio-visuel, par exemple, et bien on apprends ainsi toute les choses importantes à savoir faire dans le cinéma: apprendre à utiliser une caméra, à prendre le son, à s'occuper du montage des scènes, l'écriture d'un scénario, la lettre d'intention, etc....
Et il se trouve qu'en sortant avec un bac avec option ciné-audio visuel, si on veut travailler dans le journalisme ((encore un exemple...) on est plus sûr d'être pris.
(suite dans le prochain commentaire ^^)

Par Le.Chat.De.Chester le Vendredi 23 mai 2008 à 17:20
(suiite)

De plus, ces options permettent des créations d'emplois bien utile à mon humble avis, avec le chômage que l'on a en France (et j'en reviens aux statistiques qui sont baissés en utilisant les failles des codes...).... Alors si en plus de ça notre cher, adoré, et idolatré Sarkozy décide en plus de supprimer 12 000 postes....c'est non! Cette année, nous étions déjà dans ma classe 32 élèves...je n'ose même pas imaginer pour les années à venir.

Pour ce qui est des méthodes...et bien j'avoue être assez étonnée! J'imagine être tombée sur les bons professeurs et que chacun d'eux ont leurs méthodes, car de mon côté, les formules de physique-chimie ou de mathématiques sont toujours à apprendre par coeur (P= m x g !! >_< )
Ah et effectivement les cours subissent de ses réductions de temps....quand j'étais au collège, une heure de cours ne durait en réalité que 50 minutes -_-....


Bref bref bref, et sinon comment ça va? Pour ce qui est de mon blog, bein figure-toi que je ne vois pas non plus mes articles >_< un problème sur cowblog fait que mes articles ont été virés vers le bas du menu.... je te préviendrais quand se sera arrangé ^^
Par lancien le Vendredi 23 mai 2008 à 17:28
C'est amusant parce que j'avais failli prendre cette option que je connais comme exemple. Elle est très bien mais dans le cadre d'un enseignement général, on ne peut y consacrer que peu de temps et pendant ce temps on ne travaille pas l'enseignement général et il faut un prof spécialisé, pour finalement peu de monde, car cela n'intéresse que certains élèves.
Je pense que cet enseignement est très bon mais qu'il faudrait le faire dans le cadre de bacs spéciaux, à caractère professionnels où on ferait moins de matières générales et où on ferait plus à fond ces problèmes de techniques liées à un métier.
Par FlameOfWrath le Mardi 3 juin 2008 à 9:12
Faire des économies sur l'éducation, c'est pas une bonne idée...
Cependant, j'ajouterais une expérience personnelle:
Dans le premier lycée que j'ai fréquenté, en seconde et première, je me suis succéssivement retrouvée dans une classe de 34 puis 35 élèves. Une classe très motivée; résultat, une moyenne exceptionnelle (qui tournait autour de 13, dans un lycée pourtant réputé pour avoir un excellent niveau...), et un calme plat dans la classe, jamais de chahut.
Pendant les grèves, nous avions même été regroupé, deux classes à la fois pour quelques cours temporaires; de même pas un bruit dans l'amphi.

Ensuite, j'ai changé de lycée pour redoubler ma première: cette fois, nous étions 26 dans la classe. Une classe pas motivée du tout. Moyenne de classe sur l'année, environ 8, et un tel bazar en cours qu'écouter le prof relevait parfois de l'exploit.

Ma conclusion à tout cela, c'est que ce n'est pas tellement la surcharge des classes, le problème; c'est plutôt qu'on incite des élèves à continuer leur études le plus longtemps possible alors que beaucoup n'aiment pas ça et seraient mieux dans des filières courtes.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2569952

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast