Dimanche 23 novembre 2014 à 8:10

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/Unknown-copie-13.jpg

    J’entends partout cette phrase, surtout de la part des jeunes : « nous sommes libres…. » d’orienter notre vie, de faire ce que nous voulons de notre corps, de penser ce que nous voulons, de dire ce que nous voulons, finalement de faire ce que nous voulons…… Est ce si vrai ?
    C’est bizarre car j’ai l’impression que la plupart des gens actuellement sont beaucoup moins libres et beaucoup plus contraints qu’autrefois, et n’en sont pas plus heureux.

    Autrefois, je pouvais faire ce que je voulais de mon temps, du moment que je remplissais certaines tâches, notamment mes études et que je ne gênais pas mon voisin. Je pouvais choisir le moment de mes activités et leur nature dans une grande proportion.
   
    Est ce le cas aujourd’hui. Certes il y a moins de travail en classe pour les jeunes et il est plus facile, mais la plupart n’ont pas la motivation et l’attention pour le faire rapidement, et il y a les copains sur le téléphone, sur facebook ou twitter, les mails, la télé. Bref on ne sait plus quand trouver un moment et tout vous est ainsi imposé.
    Pour les plus âgés, dans les entreprises, c’est la même chose. Toujours plus de pression, l’ordinateur et le téléphone portable vous suivent le week-end et le patron n’hésite plus à vous déranger, c’est si simple.

    Certes j’ai encore ma liberté de penser en France, de choisir mon orientation politique et religieuse. Mais il y a toujours des gens pour vous empêcher de jouir de votre liberté et pour manifester. La loi sur le mariage pour tous était une liberté plus grande, et elle n’obligeait personne à être homosexuel, mais les manifs contre durent encore.
    Les agriculteurs de Sivens demandaient simplement de l’eau pour irriguer leurs terre et le barrage projeté était peut être trop grand, mais sa réalisation ne détruisaient aucune maison, juste quelques arbres. Mais les écologistes en mal de manif sont venus se mêler à des casseurs et des anars et les heurts avec les forces de l’ordre ont fait un mort.
    Les écologistes feraient mieux de lire le dernier rapport du GIEC sur le réchauffement climatique et madame Duflot ferait mieux d’essayer de convaincre les américains et les allemands d’émettre moins de CO2, que de régler ses comptes avec monsieur Hollande.
    La France est heureusement encore laïque, mais les intégristes de tous bords clament que leur religion est la meilleure et que personne n’a le droit de penser autrement qu’eux. Les terroristes de Daesh coupent la tête à ceux qui ne sont pas musulmans ou ne croient pas en Dieu. Et catholiques musulmans et juifs sont d’accord pour traiter d’horribles mécréants les millions d’hindous qui pensent avoir la liberté de croire en plusieurs dieux.

    On pourrait penser qu’aux hauts niveaux de responsabilité on est très libre de ses actions. C’est très faux.
    Les petites entreprises ont les contraintes d’un marché de plus en plus mondial ou la concurrence se fait de plus en plus déloyale, et ne vous laisse plus libre de grand chose, même pas de travailler pour gagner votre vie.
    Quand aux grosses entreprises internationales, elles sont aux mains des financiers et la contrainte du profit maximal ne leur laisse guère de choix et les rends inhumaines.
    Quand au gouvernement est il si libre que cela quand l’Allemagne lui dicte sa politique et qu’il recule devant quelques manifs, comme pour l’aéroport de Nantes, ou l’écotaxe carbone. SI par le passé on avait été aussi craintif, il n’y aurait jamais eu le Paris d’Haussmann ou les vaccins de Pasteur.
    La France est elle encore un pays de liberté quand il y a dix millions de personnes au dessous du seuil de pauvreté ?

    Je sais bien qu’on a la hantise des « temps modernes » et Charlot dénonçait déjà le travail à la chaine comme une privation de liberté.
    Mais la mondialisation ne touche pas seulement l’économie, la musique et la cuisine, elle touche aussi la psychologie.
    Toujours connectés nous voyons moins les autres, que ce soit les jeunes ou dans l’entreprise. D’une part un confort domestique accru et d’autre part des exigences plus grandes extérieures, la télé qui ne nous montre que les catastrophes et les guerres dans le monde.
Alors, à l’époque de la télé, d’internet, du téléphone personnel international, on est bien plus isolé et seul qu’autrefois. Certes le numérique met le monde à notre portée, mais sans que nous sortions de devant notre ordinateur.
    Finalement nous sommes « seuls tous ensemble » et le 21ème siècle est celui de l’individualisme et de l’égocentrisme, pour ne pas dire de l’égoïsme. Pas pour tous bien sûr; mais pour beaucoup.
    J’ai l’impression d’être un vieux dinosaure car pour moi « liberté, égalité, fraternité » avait un sens, de même que la devise de l’école Polytechnique « Pour la patrie, la science et la gloire ».
    Aussi parce que je pense que le progrès scientifique et technique pourrait nous apporter une meilleure vie, si on savait l’utiliser à bon escient.
    Ce qui me rassure cependant c’est de voir qu’il y a encore des jeunes qui ne sont pas obnubilés par gagner de l’argent et avoir tout, tout de suite, mais s’impliquent encore dans des tâches sociales désintéressées et ont encore le souci des autres et l'envie de travailler.
Par Maybe.Be le Dimanche 23 novembre 2014 à 8:26
Le monde et la vie d'aujourd'hui veulent nous faire penser qu'on est libre, peut-être même que nous le sommes de plus en plus... Mais il n'en est rien... On ne choisit rien du tout... On se contente de suivre et de subir, et si tant est qu'on puisse avoir la liberté de faire un choix par exemple, combien y a-t-il de chances sur 10 que quelqu'un ou quelque chose finissent par nous le faire regretter... ? Nous ne sommes pas libres, depuis l'âge de 6 ans on nous apprend tout, comment faire, comment dire, comment réagir... La liberté est belle mais elle n'est la plupart du temps qu'un simple mirage, un faux semblant auquel on fait semblant de nous laisser croire...
Par Xp-Psychedelik le Vendredi 28 novembre 2014 à 5:46
La liberté est la plus belle des utopies, surtout dans notre société actuelle. Et encore à l'époque c'était exactement là même chose finalement... Mais il suffit de se sentir libre, et de faire ce que l'on veut réellement sans se mettre de barrière pour avoir un semblant de liberté et être heureux. Comme le dit le proverbe : "Souvent les limites qui nous sont imposées dans la vie sont plus mentales que physiques." A mediter.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3270203

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast