Samedi 29 septembre 2007 à 19:47

Amour et peines de coeur




    Je voulais donc réfléchir avec vous sur les ruptures de cet été et leurs causes.et j'ai constaté que, en matière de relations amoureuses, il y a manifestement un manque de compréhension entre mes correspondantes - (peut être romantiques ?) et leurs petits amis.


    Dans cet article, je voudrais parler des différences homme-femme en généralet de leur évolution.

    Nous savons tous que nous héritons de nos parents un patrimoine génétique qui nous transmet une partie des qualités et défauts tant physiologiques que psychologiques de nos ancêtres.
    Ce qui est moins connu c'est que nous avons aussi un “héritage collectif”.

    Cet héritage collectif relativement inconscient (Jung l'appelle “l'inconscient collectif”), est constitué de tendances instinctives, mais aussi de tabous, des complexes collectifs, des règles collectives inconscientes.
    Ces tendances innées peuvent régler nos comportements mais elles peuvent aussi  être profondément modifiées par notre éducation.
    Ces tendances Jung les appelle des “archétypes”
    Certains de ces archétypes sont propres à la nature humaine par opposition à l'animal, mais de nombreux archétypes sont spécifiques d'une civilisation.
    Je vous donne un exemple :
    La vie de famille doit être bprotégée contre l'inceste. Un instinct naturel, (c'est plus qu'un simple tabou), dans nos civilisations, nous permet de ne pas ressentir d'amour-désir entre parents et enfants ou entre frère et soeur.
    Mais ce n'est pas vrai pour toutes les civilisations : par exemple les pharaons égyptiens se mariaient entre frère et soeurs.

    Que dire des différences hommes femmes ?
    A l'origine, l'espèce humaine, comme les animaux devait assurer sa survie. Il en résulte une différence profonde, un “conflit ancestral” qui oppose les deux sexes :
    - la femme qui ne dispose que d'un ovule par mois pour assurer sa descendance doit sélectionner sévèrement son partenaire afin d'assurer le meilleur patimoine génétique à son enfant.. Elle cherche à maintenir le géniteur auprès d'elle pour qu'il assure, ainsi qu'à leur enfant, la sécurité nécessaire à l'épanouissement de ce dernier.
    - l'homme au contraire a intérêt à multiplier ses conquêtes pour augmenter la dispersioon de ses gênes afin de multiplier l'espèce et donc à ne pas tout donner à une seule femme.
    D'où une opposition dans leur nature, l'homme étant infidèle par nature alors que la femme aspire au foyer et à la maternité.

    Dans la préhistoire, l'homme devait assurer la survie de son foyer et de sa tribu. Il était donc surtout occupé à les défendre contre l'environnement et à chasser, alors que la femme régissait l'agriculture et les soins aux enfants.
Il en résulte pour la femme en général un instinct qui la pousse à avoir une protection durable, un homme unique qui s'occupe d'elle, alors que l'homme veut davantage d'indépendance, mais a l'instinct de protection de ses conquêtes.
Ce désir d'être protégée et choyée chez la femme et ce besoin de protéger était un lien fort dans les couples.

    Evidemment cela vous fait sourire car nous sommes au 21ème siècle.
Et pourtant très souvent mes correspondantes me font part de ce désir d'un amour sérieux et unique, de ce besoin d'être comprise, choyée, protégée, alors que je constate que leurs petits amis sont souvent peu fidèles, épris de liberté et de changement et qu'ils n'acceptent leur rôle de chevalier servant que pendant de courtes périodes ( et même en renaclant quand leur dulcinée n'est pas de bonne humeur.).

    La neurobiologiste Lucie Vincent a même publié un livre dans lequel elle défend l'idée selon laquellel'amour entre un homme et une femme était basé sur ces archétypes et sur cette opposition des sexes.
Selon elle, depuis l'avènement des méthodes de contraception, et la l'ouverture de presque toutes les professions aux femmes qui leur donne une certaine indépendance financière, l'homme et la femme deviennent de plus en plus semblables et  les rôles des deux sexes dans le ménage deviennent de plus en plus semblables.
    Et si les différences s'estompent, l'amour qui était fondé sur ces différences n'a plus lieu d'être.

    J'avoue trouver cette thèse un peu trop basée sur l'évolutionnisme, et elle ne met pas en lumière le rôle joué par les médias.et par l'éducation et le rôle des parents qui a considérablement évolué.

    Mais je constate comme vous tous l'augmentation des divorces et la durée éphémère des amours scolaires et estudiantines des jeunes d'aujourd'hui.

    J'aimerais reparler dans mon prochain article, d'un sujet que j'avsi abordé il y a presque un an : la différence entre les amours des jeunes il y a 60 ans et aujourd'hui.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2230719

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast