Dimanche 12 octobre 2014 à 7:52

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/220pxKolibripueblo.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/LaproductiondemielchuteenFrance300x225.jpg










    On nous répète tous les jours qu’il faut manger fruits et légumes à chaque repas, et que le monde ne produira plus assez de viandes.
    Mais s’est t’on demandé si nous aurons encore des fruits et légumes.?
    En effet les fruits et graines, cela ne pousse pas tout seul : il faut comme pour les animaux qu’il y ait fécondation de la fleur, ce qu’on appelle aussi pollinisation.


http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/schemapollinisationwwf.png
    La pollinisation consiste à transporter du pollen depuis l'étamine jusqu'au stigmate du pistil. C'est la fécondation indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs car sans elle, la production de graines serait impossible. Et elle favorise l'apparition de nouvelles espèces naturelles et la conservation des plantes déjà existantes.
    Bien sûr le vent peut jouer un rôle, mais avec seulement certaines plantes, car il faut alors une quantité très importante de pollen pour arriver à ce qu’une petite partie arrive au but.. Cela ne représente qu’environ 10% de la pollinisation, notamment celle des graminées (et c’est ce qui provoque chez les humains le rhume des foins). Il faut aussi que les stigmates réceptionnent facilement les supports qui transportent le pollen.
    Les oiseaux peuvent jouer un rôle, mais seuls de très petits oiseaux vont chercher avec un long bec et transporter du pollen (les oiseaux mouches par exemple). Les oiseaux interviiennent beaucoup dans la naissance des plantes, mais en transportant des graines, ou par la présence de certaines dans leurs excrétions. C’est donc un stade ultérieur.
    Des bêtes diverses, rongeurs, chauves-souris… ) peuvent transporter du pollen, mais ce n’est pas un facteur très important.
    Finalement ce sont surtout les insectes volant et qui se nourissent de nectar qui assurent la reproduction des plantes : principalement abeilles et insectes analogues, et les papillons.

    Mais l’homme n’est pas sérieux. Il répand sans retenue des insecticides pour protéger ses récoltes, mais il tue ainsi également les insectes utiles.
    Autrefois en Bretagne, je voyais beaucoup de papillons dans mon jardi. Aujourd’hui il n’y en a presque plus l ‘été.
    Il y a encore abeille et bourdons ainsi que sur mon jerdin sur le toit, en région parisienne, car je n’utilise pas d’insecticides (j’élève des coccinelles pour manger les pucerons). Mais partout à la campagne les apiculteurs se plaignent.
    En France, depuis une trentaine d’années, les populations d’abeilles diminuent. Ce phénomène touche d’autres pays d’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie. Cette surmortalité alarmante s’est accélérée depuis le milieu des années 1990, des ruchers entiers ont été dévastés en quelques années.
     L’usage intensif de produits phytosanitaires intoxique les abeilles, favorise en diminuant les défenses immunitaires les infections parasitaires, et de plusEt l’apparition d’un nouveau et terrible prédateur est apparu : le frelon asiatique.
    La reproduction de plus de 80 % des espèces végétales dépend des pollinisateurs et principalement des abeilles". Sans elles, plus de fruits, plus de légumes, plus de café, d'épices ni de chocolat. Et bien entendu, plus de miel, qui est pourtant récolté par l’homme depuis plus de 17 000 ans !
    La production de miel en France a chuté de 50% en deux ans, et ectte année a été encore plus catastrophique. La pluie et le froid des derniers mois ont obligé les abeilles à rester confinées dans la ruche. Il a fallu faire de nombreux essaimages successifs pour diviser les colonies d'abeilles et empêcher la prolifération des maladies dans les ruches. Certaines reines, accompagnées d'abeilles, ont même quitté les ruches et ont donc affaibli les colonies. La production de miel en 2013 a été de 15 000 tonnes contre 33 000 tonnes en 1995, et la mortalité des abeilles a augmente é de 30%. Elle risque en 2014 d’être de moins de 10 000 tonnes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/0206050103pdf.jpg
    Afin de remédier à la disparition des abeilles, au lieu de se remettre en question, les hommes préfèrent s'appuyer sur les nouvelles technologies. Ainsi, des chercheurs de l'Université Harvard et de la Northeastern University ont inventé le Robotbees (voir mon article du 28 avril 2013). Ce petit drone, pas plus long que le diamètre d’une pièce de monnaie, est là pour sauver la vie sur notre planète en cas de disparition des insectes qui pollinisent et notamment les abeilles.
    L’homme ferait mieux de limiter sérieusement l’usage des insecticides et de ne pas en utiliser qui soient nocifs pour les abeilles.
   
Par maud96 le Lundi 13 octobre 2014 à 21:25
L'étourderie des "chimistes" et leur propension à fabriquer toutes sortes de poisons finira bien par annihiler toute vie sur terre... Je ne suis pas optimiste !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3269270

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast