Samedi 8 décembre 2007 à 8:33

Scarification, suicide

La vie, c'est beau pourtant !



    Il m'arrive parfois d'être confronté à des situations difficiles.

    J'ai demandé l'autorisation à ma correspondante d'évoquer son cas, parce que je crois que cela peut concerner certaines d'entre vous. (et éventuellement certains garçons mais ils ne m'en parlent pas).
    Voici donc l'une de ces situations.

    J'ai une correspondante que je connais depuis un an et qui est très altruiste, et essaie d'aider, comme je le fais moi même, ses camarades qui sont dans la peine.
    Elle a elle même quelques petits problèmes passagers , comme tous les jeunes, avec sa santé, ses parents, son lycée et le souci de réussir le bac en juin prochain. Mais ce sont des problèmes sans gravité.
    Cependant elle est parfois très affectée quand elle n'arrive pas à aider comme elle le souhaiterait ses amies, et lorsqu'elle n'y arrive plus elle m'appelle au secours et je prends le relais : j'ai eu ainsi quelques guenons de plus !

    Et puis à ma grande surprise je reçois dimanche il y a quinze jours, un mail affolé de ma jeune correspondante, qui se sent tout à coup désespérée, complètement dépassée par l'aide qu'elle n'arrive plus à apporter efficacement, et qui pense à tous les membres de sa famille qui sont morts - notamment ses grands parents et une petite soeur, - et elle a tout à couip envie de les rejoindre, mais est effrayée de cette envie et a peur de la mort.
    Alors elle a eu le bon réflexe : appeler au secours.
    On a discuté tout l'après midi et le lendemain soir et tout est rentré dans l'ordre, même s'il reste encore aujourd'hui un fond de tristesse.

    Que penser de cela ?

    D'abord se rendre compte que si on se laisse envahir par la tristesse, on n'est pas à l'abri de ce que j'appelle une “overdose de désespoir”.

    Je suis persuadé que nous tenons tous à la vie, jeunes ou vieux, et que un véritable souhait d'y mettre fin n'intervient que dans des cas de maladie et de souffrances extrèmes.
    Nous avons tous également peur, si ce n'est de la mort, au moins de la souffrance avant de mourir.
    Mais cela n'est vrai que tant que nous raisonnons sainement.
    Si nous nous laissons envahir par la tristesse, notre cerveau émotionnel coupe en partie la communication avec le cortex frontal qui raisonne. Les idées noires tournent en rond dans notre cerveau émotionnel, renforcées par les centres amygdaliens, et peu à peu nous perdons toute objectivité.
    La tristesse devient du désespoir, celui ci grandit et nous arrivons à un stade que j'appelle  une “overdose de désespoir”, état dans lequel nous ne nous contrôlons guère plus que si nous étions ivres ou drogués.
    Là tout peut arriver y compris l'acte suicidaire.

    Ensuite savoir que c'est très bien et louable de vouloir aider ses amies, mais qu'il y a surtout à votre âge un certain risque. Vous n'avez pas encore ni la résistance au stress, ni l'expérience d'un adulte et le fait que vous ayez plein d'enthousiasme et d'altruisme, fait que vous ne vous rendez pas compte de votre propre état.
    La tristesse des autres peut vous contaminer et pour peu que vous n'arriviez pas à améliorer leur état, leur désespoir devient peu à peu vôtre et vous pouvez être encore plus atteinte que ceux que vous aider.
    Il faut donc absolument que vous vous surveilliez vous même et que dès que vous ressentez ces symtômes, vous appeliez à l'aide un adulte.

    Cela fait plusieurs fois que l'on m'appelle dans de telles circonstances et j'ai tojours une certaine angoisse de ces cas, ayant peur de ne pas être assez convaincant et de ne pas ramener ma correspondante à la raison.
    C'est pourquoi, bien que j'ai déjà écrit des articles à ce sujet,  je tiens à vous mettre en garde une fois encore.
    N'attendez pas trop tard pour appeler à l'aide !
Par insolence le Samedi 8 décembre 2007 à 8:38
les silences parfois sont des cris de désespoir... beaucoup ne peuvent en parler... par peur...
Par last-masquerade le Samedi 8 décembre 2007 à 8:46
Il a aussi des sentiments qui ,quand ils naissent très tôt, handycapent la personne. Et ça n'est pas obligé de commencer à l'adolescence. Un adulte n'est pas plus protégé je pense.
Et parfois, quand on appelle à l'aide, personne ne répond, et c'est dans ces cas là que la vie devient un enfer. Et les adultes te laissent tomber.
Par last-masquerade le Samedi 8 décembre 2007 à 12:46
Disons que j'en suis à ma cinquième psy, et que je suis dépressive depuis l'enfance... M'enfin ces derniers temps, je me noie un peu, et ce qui devait être gai, je n'arrive même pas à en profiter.
Par monochrome.dream le Samedi 8 décembre 2007 à 21:12
J'avais une amie comme ça. Toujours prête à aider tout le monde, toujours à se donner au détriment d'elle-même. Ca fait du bien parfois de se détourner de ses problèmes, de les oublier un peu, de faire semblant d'en avoir d'autres dont on peut se détacher à tout moment ; elle ne le disait pas mais je voyais bien que c'était ça. Parce que dans le fond, quand elle me remontait le moral je savais bien qu'elle avait plus de problèmes que moi. Ca l'a plongée dans ce que tu appelles l'overdose de désespoir. Elle s'y est limite noyée, à cause de moi t'imagines ? Parce que j'étais dépressive et qu'elle n'arrivait pas à me sortir de là, parce que quand j'avais peur de faire des conneries c'était elle que j'appelait mais qu'au lieu de me remonter, c'est elle qui tombait dans le puit sans fond de la détresse. Elle souffrait avec moi, je m'en veux pour ça, à un point t'as pas idée.
Mais bon. Aujourd'hui c'est fini. On se reparle un peu, mais seulement de choses superficielles. On a décidé qu'on se reverrait de temps en temps, vite fait le temps d'une soirée, de rire un peu, d'essayer de retrouver la complicité d'avant. Si je m'en fiche de raconter tout ça en commentaire, c'est dû à l'anonymat.
Je répondrai à ton mail après les partiels, si tu veux bien :)
En tout cas chapeau pour ce blog.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2349189

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast