Samedi 13 juin 2009 à 8:19

Adolescence

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1S/Fleurs4/1001238.jpg

    Peu de parents lisent mon blog et, de plus, ce sont des parents qui ont le souci de communiquer avec leurs enfants.
    C’est dommage qu’il n’y en ait pas plus, parce j’aurais aimé discuter de certaines questions avec parents et ados.

    Pourquoi tant de parents ne sont ils plus tendres avec leurs ados, comme ils l’étaient lorsque ces ados étaient enfants. Croyez vous qu’ils n’aient pas autant besoin d’amour?
    Pourquoi vous, ados, ne voulez vous pas continuer à montrer votre tendresse à vos parents, sous prétexte que vous êtes grands maintenant. N’ont ils pas aussi besoin de savoir que vous les aimez toujours ?

    Vous ados, qui êtes souvent comblés et n’avez pas grand chose à désirer, pourquoi vous estimer malheureux à la moindre petite interdiction, au moindre refus de satisfaire vos caprices?
    Et vous , parents, pourquoi ne pas avoir donné des règles claires, un contrat à respecter, l’un comme l’autre, plutot que des interdictions au coup par coup, dont on ne voit pas la cohérence, le fil conducteur
    
    Vous parents, pourquoi faire tout à coup de grandes colères, alors que jusque là vous n’aviez rien dit, sur maints petits accrocs, qui auraient pu donner lieu à des avertissements salutaires.?    
    Et vous ados, quand on vous refuse quelque chose de mineur, croyez vous raisonnable de faire une grande scène digne de la “Castafiore”?

    Une autre constatation m’étonne : c’est que dans beaucoup de familles, de nos jours, chacun, parents et enfants, vit sa vie, comme s’il était seul, libre et indépendant des autres. Peut être souhaitez vous cette liberté.
    Il y a 30 ans, les habitudes étaient différentes, les parents, les enfants, les frères et les soeurs prenaient plaisir à avoir des activités communes, à prendre ensemble leurs repas, à sortir et s’amuser ensemble, à faire en famille du sport, de la musique, de la lecture, des jeux de société, et de réfléchir aussi ensemble à un devoir de maths ou une dissertation de philo, bref à vivre ensemble.
    Peut être étions nous plus heureux?

    Et il y a plus de 60 ans, j ’ai eu des grands parents merveilleux, qui m’apprenaient tout ce qu’ils savaient de la vie, qui me racontaient aussi leur existence passée, leurs joies et leurs peines, leurs distractions mais aussi leurs labeurs et qui m’ont accompagné dans toute ma scolarité, jusqu’à ce que j’ai 15 ans et mon bac. J’allais les voir presque tous les jours.
    De tout ce qui m’a servi par la suite dans ma vie, je pense  que la moitié seulement est du ressort de mes études, pourtant bien longues, et l’autre moitié, c’est l’enseignement de mes parents et grands-parents.
    J’ai l’impression que cette habitude s’est perdue. C’est vrai que les familles sont plus dispersées de nos jours et que souvent les parents sont surchargés par leur travail quotidien..

Par kaa le Samedi 13 juin 2009 à 8:35
Il y a bien longtemps de ça, les parents étaient beaucoup plus disponibles et même souvent la mère ne travaillait pas.
De plus, il y a aussi bien longtemps, les ados écoutaient les remarques de leurs parents sans les rembarrer comme ils le font souvent maintenant.
De nos jours, les parents préfèrent parfois ne plus rien dire, de peur d'être systématiquement contredits. Une forme d'abandon afin d'éviter trop de conflits. Mais ont-ils vraiment raison de faire ce choix ?
Par Le-VIOC le Samedi 13 juin 2009 à 8:47
informatique et liberté, la vie n'est plus la même
"on" pousse toujours trop vite
ça remonte à plus de 30 ans je pense avant les années 70
depuis la libération des femmes, peut être à vouloir trop d'indépendance çà a nuit à la famille
on est vite macho, pervers ou obsédé voir pédophile de nos jours
tout est mélangé la tendresse n'est plus de mise
l'esprit est tordu de par trop de lois et règles appliquées
avant on se prenait des baffes on les encaissait...
Par MiMiNe le Samedi 13 juin 2009 à 9:47
J'ai pas l'impression que c'était les habitudes de mes parents avec leurs propres parents.
Puis c'était bien différent vu qu'à mon âge ils étaient mariés avec un enfant.
Par Madness.of.Love le Samedi 13 juin 2009 à 9:48
Ma famille doit alors faire partie des exceptions =).
Enfin, mes parents surtout. [Je n'ai pas de grands-parents proches, ils habitent à des milliers de kilomètres...] Même s'il y a de nombreuses choses que je ne leur confie pas, ils sont toujours présents à mes côtés, m'encourageant pour le bac qui arrive, m'interdisant certaines choses (l'ordinateur...) sans que je ne m'en offusque. J'aime beaucoup lorsque nous faisons une activité en commun (se promener, par exemple), et je n'imagine pas comment la vie l'année prochaine (je pars de la maison pour mes études) va être, même si je les revois le week-end. Mon frère m'est indispensable...
J'ai également la chance d'avoir des parents qui ne travaillent plus, il faut dire.

Je pense que l'essor de l'informatique nous pousse à nous retrancher dans un coin : de nos jours, on a tout, quand on le veut. Il nous suffit de nous poser une question pour avoir la réponse quelque part sur Internet, alors ça coupe un peu les relations avec les parents...
Il y a également, comme certains le disent avant moi, la libération des femmes, ce qui fait que la mère travaille et est moins disponible...

C'est dommage, je trouve, par certains côtés.
Désolée de ce commentaire inutile... ^^
Par maud96 le Samedi 13 juin 2009 à 10:00
Il est clair que dans plus de 50% des cas, pour l'adolescent de 14 à 17 ans (et souvent encore après), le blog personnel est un lieu de refuge où les lecteurs les moins souhaités sont justement les parents. Je connaissais nombre de blogs qui ont "fermé" ou "déménagé" sous un autre pseudo justement parce que leurs auteurs adolescents avaient découvert qu'ils étaient lus par leurs parents...
Tel n'est pas le cas des blogs-récits de voyage ou stage dont je parle dans mon dernier article... Là, au contraire, il s'agit d'une sorte de carte postale interactive.
Individualisme exacerbé dans les familles ? souvent, sans doute, mais aussi désir d'un "espace à soi", d'un "lieu secret", pas forcément incompatible avec une vie familiale épanouie...
Par crispix le Samedi 13 juin 2009 à 11:09
De nos jours, les relations familiales ont beaucoup changé. Aujourd'hui les enfants restent beaucoup plus longtemps qu'avant auprès de leur parent. Les études, et la vie chère sont des facteurs déterminants de cette nouvelle dépendance. Et le fait de maintenir certaines distances avec sa famille reste un moyen de trouver une part d'indépendance, et de maintenir un climat serein au sein du foyer.
Qui plus est, l'éducation des parents a été complétée par celle de l'informatique et de la télévision. Les parents n'ont plus le monopole de l'éducation, de savoir ce qui est bien ou mal. Peu d'enfants prennent leurs parents pour modèle. C'est peut-être regretable, mais le fait est qu'aujourd'hui nous vivons dans une sphère cybernetique ou des inconnus peuvent contempler les photos de nos amis et nous sur des dizaines de sites internet, ou des centaines d'amis virtuels savent tout de votre vie sentimentale, là où nos familles ignorent même jusqu'à l'existance d'une relation.
Il faut vivre avec son temps et pourtant le jour où nos familles disparaitront nous regretterons la complicité, et l'amour bien réels auprès desquels nous sommes passés sans nous arrêter...
Par Madness.of.Love le Samedi 13 juin 2009 à 11:21
Taupe ? =)
Moi, ce sera épices. ^^
Oui, c'est bien le Louis-le-Grand du Quartier latin. J'avais aussi postulé pour Saint-Louis... Mais c'est le premier vœu de la liste hiérarchisée qui compte ! =)

Merci pour tes encouragements. Je suppose que le bac n'est qu'une formalité, un peu contraignante certes, mais on passe tous par là !

Bonne journée.
Par jazz le Samedi 13 juin 2009 à 12:03
coucou Jean-pierre

eh oui parfois les relations entre generations se passent bien même au cap de l'adolescence et pour d'autres moins de temps d'écoutes peut etre en ce monde qui perd parfois ses repères ,va trop vite
mais bon il est parfois possible de le trouver ce temps pour communiquer et que les relations soient meilleurs entre les etres humains !!!ceux qui le veulent vraiment y arrivent !!!

bon w end et A+ de Emmanuel
Par Madness.of.Love le Samedi 13 juin 2009 à 12:22
Oui, j'avais cru comprendre. ^^ Mes amis s'y lancent ; moi je ne me sentais pas assez attirée par le métier d'ingénieur.
Quant à "épices", c'est le petit doux nom donné à ceux qui font une prépa éco, comme moi. =)

À bientôt !
Par new-dream-for-a-life le Samedi 13 juin 2009 à 14:52
Bonjour! Merci pour ton passage et tes petits commentaires =D
Je vais essayer de répondre point par point et de façon clair (euh, j'vais essayer, hein?)
-Le "dicton":'Le kangourou repeins toujours son tournevis quand les kiwis jouent du piano' n'est pas de moi mais je le trouve vraiment drôle (même s'il ne veut pas dire grand chose...)
-Des pinces pour arracher les ongles? C'est pas une mauvaise idée mais ça doit être un peu douloureux... =D
-La pomme, c'est la meilleure invention du monde!
-Moi, j'suis sûre que le castor ça se mange (là encore, les phrases ne sont pas de moi mais de Goeland, la "marque" de fringues. Ces phrases sont sur les vêtements =D). Petite précision, la planche ne se mange pas, elle sert à assommer le surfeur puis à se curer les dents pour enlever les reste de la combinaison.
-Effectivement, ma vie ne va pas trop mal en ce moment =D P.S.: Moi aussi, je suis très fière du tableau (même si je ne sais pas de qui il est)

Merci de ton passage!
Par Princesse-de-rien le Dimanche 14 juin 2009 à 15:45
Je viens ici, et j'essaie de réfléchir en même temps que je lis, je n'ai pas les réponses, mais peut être quelques éléments :

Pourquoi n'y a t-il plus de tendresse entre parents et adolescents ?
- Personnellement, l'idée d'avoir un contact physique avec mes parents me rebute totalement. A l'adolescence, il faut perdre les objets infantiles péniblement construits, les dépasser sans les rénier. Le rapport avec le parent est plus compliqué que lors de l'enfance,plus difficile à construire puisque le corps de l'adolescence est devenu mature sur tous les plans. De plus, face à l'angoisse suicitée par la réactivation du complexe d'Oedipe, l'adolescent tend à renier son attachement à sa famille, car la réactivation des pulsions sexuelles l'angoisse. L'énergie du désir ne doit plus passer par les parents. La séparation avec le parent est un mécanisme de défense contre la dépression, contre l'effondrement.

- On minimise souvent le malheur des adolescents ( en crise, rappelons le), en interprétant leur désir, leur volonté comme de simples caprices. Or, il convient de souligner que l'adolescent vit des bouleversements importants : il sort d'une phase de latence et doit faire face à une transformation corporelle, mais aussi une transformation psychique et des difficultés d'identification sous jacentes ( Qui suis-je ? , Que vais-je devenir?). L'adolescent souhaite s'autonomiser pour accéder à une vie adulte et à une vie sexuelle adulte. Les crises interprétées comme des caprices ne sont que des moyens d'accès à cette nouvelle identité. Encore une fois, il s'agit d'un mécanisme de défense de la personnalité, et non d'une scène digne de la Castafiore.

- Désir d'être seul, libre et indépendant des autres ? On a besoin de cette indépendance pour se trouver jusqu'au moment de l'adoption d'un rôle social. Oui, je pense qu'il y a un réel besoin de liberté, d'autonomie, qui est plus que normal à partir d'un certain âge ( le contraire serait aliénant). Et là, il me semble que ce sont les parents qui veulent à tout prix retenir leurs enfants dans l'enfance. On se sent piégés quand les activités deviennent trop communes. Personnellement, j'ai beaucoup de mal à avoir des activités familiales, mais chacun doit faire des efforts pour que les choses se passent au mieux, dans le respect mutuel.

- Pour ce qui est de l'attitude des parents, je n'en sais trop rien encore.

J'espère que mes explications ne tombent pas à côté de ton article. J'accorde beaucoup d'importance à la psychologie et je pense que certaines de tes interrogations peuvent trouver des réponses en étudiant un peu le développement psycho affectif de l'adolescent. Je tiens aussi à te remercier pour tes commentaires, ton passage sur mon blog et le petit mail que tu m'as laissé. J'ai vraiment apprécié.
Par Diary-Adventures le Lundi 15 juin 2009 à 2:45
Comme je l'ai déjà souvent évoqué dans d'autres commentaires, pour moi tout ça a aussi un rapport avec l'éducation. Certes mes parents sont très loin de tout connaître de ma vie, mais je sais qu'ils sont toujours là pour moi, qu'ils savent être tendres et qu'ils m'aident quand j'en ai besoin, et je sais que je sais toujours leur montrer ma tendresse tout comme quand j'étais enfant. Il suffit simplement de ne pas se laisser enrôler par la vague adolescente qui consiste à hausser le ton dès qu'un problème se présente et savoir rester soi-même. Si on a appris à accepter les critiques (et ça vaut aussi bien pour les parents que pour les enfants) il n'y a de raison pour que le ton monte entre les deux partis ou que les choses se passent mal. Il faut juste savoir accepter les critiques, d'une part comme de l'autre...
Par 1.an.ou.moins le Lundi 2 août 2010 à 14:14
En tant qu'ados je vais répondre aux questions posées (de mon point de vue bien sûr, je ne parle pas des ados en général) :

-> Je suis assez maladroite pour montrer mes sentiments, ainsi quand je veux leur dire que je les aime, je les serre dans mes bras mais pas ventre contre ventre, plutôt je me mets derrière eux et je les enlace comme ça. Je leur ai jamais dit je t'aime mais je leur écris aux grandes occasions, mais de toute façon, ils le savent.

-> On part au quart de tour, c'est bizarre, c'est pas trop contrôlable à vrai dire. J'ai vu à une émission (e=m6, c'est peut-être pas hyper culturel mais bon) que c'était dans nos hormones, enfin que c'était plutôt de l'ordre scientifique que de notre simple volonté à embêter nos parents. (même réponse pour la question suivante).

Et ensuite, par rapport à l'éloignement, à l'individualisme : Je pense que c'est pour nous préparer à affronter une vie sans eux, mais j'aime toujours faire des sorties en famille et manger chez mes grands parents le dimanche. D'ailleurs mes grands-parents habitent juste à coté de chez moi, donc je vais les voir pas tous les jours mais souvent, et j'aime bien rester proches de mes proches, logique :)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2859700

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast