Dimanche 7 mars 2010 à 8:19

Préférences cérébrales


              1 - Les temps de réaction cérébrale.

    Le cerveau a des temps de réaction très variables.
    On remarquera sur le graphique ci dessous qu'un signal émotionnel inconscient est transmis par nos sens via une plaque tournante que l'on appelle le « thalamus », à des centres nerveux particuliers du cerveau (les centres amygdaliens) qui sont responsables des réactions de peur, de colère et de déclenchement d'émotions, et des réactions physiologiques correspondantes notamment de sauvegarde de l'individu.
    Au contraire une réaction logique et sensée de la pensée n'est possible qu'au bout de quelques secondes, par transmission au cortex préfrontal et frontal.

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Cerveau1/tempsreaction.png

    Il est donc normal qu'en matière de perception notre cerveau ait d'abord une perception immédiate instantanée d'ordre affectif, et que ce ne soit qu'ensuite, qu'il puisse analyser  et interpréter logiquement les sensations.
    Toutefois cette sensibilité de perception instantanée émotive est variable en durée et en intensité selon les individus et constitue donc une préférence cérébrale.
    On notera « A » la tendance à une grande sensibilité de longue durée, (A comme affective) et « O » la tendance à une faible sensibilité émotive et de courte durée, qui cèdera le pas à la perception  (O comme orientée par notre cerveau frontal, qui réfléchit et pense).



           2 - Cycle "perception, décision, action" de Plutchik

    La première réaction que nous avons face à une perception (image, son, toucher, discours, lecture), est émotionnelle et affective (inconsciente?).
    C'est seulement dans un deuxième temps que l'on commence à réfléchir, à avoir un comportement rationnel et à prendre une décision d'actio
n.

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Cerveau1/Plutchick.png

    Le déroulement courant du cycle est celui représenté par les grandes flèches (C). Mais on peut obliger un individu ou un groupe à passer directement de la perception affective à l'action. On obtient alors des comportements violents ou émeutiers (V). Un individu peut, dans certaines circonstances, inverser lui même le sens du cycle et donc commettre des actes de violence non prémédités.
    Des meneurs peuvent recevoir une formation spéciale pour leur enseigner à inverser le sens du cycle et donc du comportement d'un groupe, en le "gavant d'affectif" et en l'empêchant de réfléchir, afin de créer des incidents violents.
    On peut ainsi faire passer directement une personne ou un groupe, de la perception affective à l'action sans passer par un stade de décision raisonnée.

            3 - Lien entre le cycle de Plutchik et les préférences cérébrales :

    Le schéma ci-dessous représente le cycle de Plutchik, complété par le processus des préférences cérébrales de perception et de décision
    Nous avons chacun une sensibilité A ou O, plus ou moins grande : on ressent plus ou moins l'émotion initiale et on passe plus ou moins vite à la perception orientée.
La perception orientée O (faits, causes) dépend non seulement de notre sensibilité, mais aussi de notre préférence S ou G quant à la “méthode” de perception (globale ou pas à pas).
La durée du stade 'perception orientée” par rapport à celui de “décision” dépend de notre préférence J ou P qui privilégie perception ou décision..
Les critères de décision dépendent de notre préférence L ou V.

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Photoscaricaturesimages1/Cerveau1/3544361.png


           4 - Conséquences de la préférence de sensibilité émotionnelle immédiate.

    Quelqu'un qui possède une grande sensibilité émotionnelle immédiate va avoir des réactions émotionnelles quasi instantanées aux événements qui se présentent, même anodins.
    Cette personne va être très émue par des images, une musique, un texte, allant éventuellement jusqu'aux larmes et sans avoir de raison rationnelle (les neurologues appellent cela « l'émotion pure », qui est particulièrement contrôlée par le cortex insulaire et le cortex cingulaire antérieur du cerveau émotionnel.
    Elle est sensible aux problèmes d'autrui, ressent une émotion et a une première réponse de même nature avant de voir les aspects factuels.
    Devant une scène mettant en jeu des personnes, elle sera plus préoccupée par les personnes et leur devenir que par l'action elle-même et par le souci de leur venir en aide.
    Lorsque quelqu'un vient vous parler, la première impression que vous avez d'elle est l'impression émotionnelle immédiate, et son récit peut vous émouvoir surtout si vous êtres de préférence A.
    Vous ne l'envisagerez rationnellement que lorsque cette émotion sera passée et que vous serez arrivé au stade de la perception objective.

    En elles-mêmes ces réactions ont peu d'importance, mais leur durée est beaucoup plus longue et violente chez une personne qui a une préférence A d'émotion immédiate importante.
    D'une part les conséquences peuvent être beaucoup plus importantes selon que la personne est optimiste ou pessimiste., et d'autre part la perception émotionnelle retarde alors la perception normale des sensations, des informations, des faits et de l'environnement, pouvant même aller jusqu'à masquer une perception objective.
    Pendant la durée de la phase de perception émotive, la personne n'a que des réactions émotionnelles, sentimentales et subjectives. Le rationnel vient après.

    Chez la personne pessimiste cette sensibilité immédiate l'oriente vers l'émotionnel et le subjectif dont l'incertitude est un terrain favorable pour voir les choses de façon défavorable et pour entretenir la circulation des idées tristes dans le cerveau émotionnel. Elle minimise également l'intervention rationnelle des cortex frontal (qui réfléchit et organise), et préfrontal (qui prévoit et juge).

    Une personne optimiste et très sensible conserve son optimisme, mais ressent davantage d'émotion.
    Une personne pessimiste et très sensible est beaucoup plus torturée par son pessimisme, voit la vie encore plus en noir, a souvent des angoisses et des crises de larmes et maîtrise mal ses émotions.


    Alors êtes vous A ou O ? Avez vous une perception immédiate plutôt affective ou rapidement orientée vers le rationnel.?
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2974040

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast