Jeudi 10 avril 2014 à 7:43

Amis et camarades

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/Unknown1.jpg http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/Unknown.jpg



















     Plusieurs correspondantes m’ont demandé ce que je pensais de l’amitié en réseau et je crois que cette question peut être intéressante à traiter, mais je crois que l’essentiel, c’est de savoir de quelle amitié on parle.

    Il y a d’abord les amis « type Facebook ». C’est le vocabulaire de ce site, mais personnellement j’appellerai cela des relations de réseau social. Quelqu’un que vous ne connaissez pas peut venir et vous demander d’être ami. Ensuite vous échangerez parfois quelques phrases sur le site, mais vous ne le connaitrez h$guère plus.
    Mais cela fait bien, à la mode et on est content si on a des centaines « d’amis ».
    Bien sûr vous pouvez aussi avoir comme « ami Facebook » des personnes de votre famille ou des amis d’autres origines que vous connaissez très bien. Facebook n’est alors qu’un moyen de communiquer, comme la messagerie.
    Personnellement je l’apprécie peu parce que dire simplement que l’on aime une phrase en cliquant sur un bouton, ou mettre deux ou trois mots sur n’importe quoi, me paraît de peu d’intérêt et je préfère écrire un mail ou téléphoner sur un téléphone ou sur Skype. Au moins on a un dialogue. Mais c’est une question de goût.

    Les personnes que l’on côtoie sur un blog, est ce pareil. A l’origine c’est un peu la même chose, sauf que sur le blog, ce ne sont pas de simples remarques ou phrases mais des articles. Donc vous pouvez connaître peu à peu certains aspects de l’auteur du blog. Les commentaires sont aussi des avis sur l’article concerné.
    Les relations sont donc moins superficielles surtout avec des interlocuteur que l’on connaît depuis plusieurs années  et que l’on connaît donc un peu, de la même façon qu’on connaît des collègues de travail.
    Mais dans certains cas le blog n’est que la face cachée de l’iceberg, et, à partir de lui, toute une correspondance peut naître, et il peut en résulter une véritable amitié.

    Autrefois le web n’existait pas. L’amitié était différente. On avait peu d’amis, mais on les connaissait bien. On ne les voyait que directement; c’étaient donc des personnes géographiquement proches, sur lesquelles on pouvait compter, et si on était provisoirement séparait on s’écrivait par lettres et par la poste. Ce n’était pas très différent des mails, mais cela mettait plus longtemps à arriver.
    L’inconvénient des relations de ce genre, c’est qu’en dehors des lieux d’étude, les liens se faisaient surtout dans le milieu dans lequel évoluait sa famille. Il y avait donc un certain conservatisme social
    Je pense qu’internet favorise une certaine communication entre groupe sociaux différents, et donc une certaine compréhension des autres milieux

    Une telle amitié, résultant d’échange sur internet peut elle ressembler à cela. ?
    Il y a dix ans, je vous aurais répondu que non. J’avais une messagerie, mais elle ne me servait qu’à des contacts professionnel, ou avec ma famille ou des amis connus par ailleurs, et ce n’était alors, qu’un moyen commode de communication complémentaire du téléphone ou du contact direct, car il n’exigeait pas la présence de l’autre et permettait une réponse en différé.
    Aujourd’hui, en raison des relations que j’ai sur mon blog, je suis d’un avis différent.
Je pense qu’on peut connaître bien quelqu’un à la suite d’un long échange de mails sur inatrenet, suffisamment pour qu’une certaine amitié s’établisse.
    il est certain que sans le web, ces relations n’auraient jamais eu lieu ou auraient demandé plus de temps et plus d’efforts, ce qui aurait sans doute empêché le plus souvent leur développement.
    Je pense aussi qu’internet permet d’interagir sur des thèmes qui ne sont pas ceux qu’on traite habituellement, que cela peut amener une certaine ouverture d’esprit vers des domaines que l’on n’a pas l’habitude de côtoyer.
    Je pense aussi que cela permet à ceux qui ont quelques difficultés relationnelles, introvertis très timide, et qui ont peur des relations directes, d’interagir plus afcilement, avec quelqu’un qui n’es-t pas au départ proche et qui donc a moins de probabilité de vous juger.
    Dans certaines relations entre jeunes garçons et filles, ceux qui pensent à raison ou à tort, qu’ils n’ont pas une apparence physique suffisamment attrayante, le web évite dcette difficulté initiale de contact et permet à ces personnes de montrer leurs autres qualités humaines ou d’intelligence.
    Cela dit rien ne remplace à un moment donné, le contact réel la discussion face à face, l’échange qui va plus loin que de simples mots mais l’échange d’émotions que l’on voit sur la figure d’autrui.
    C’est pourquoi autant je crois à une amitié possible sur internet,, qui reste finalement quelque chose de partagé, mais provisoire, autant je ne crois pas à un amour virtuel durable. Je crois qu’il peut permettre de s’apprécier, de souhaiter se connaître, de faire peut être quelques rêves et quelques projets, mais que la connaissance réelle est indispensable pour amener finalement la déception ou le développement du premier sentiment.

    Cela dit je pense qu’on ne peut tirer vraiment profit des relations sur inter que s’il y a des échanges sur des sujets sérieux et des conversations qui vont peu à peu entraîner une connaissance mutuelle l’un de l’autre.
    Malheureusement quand je lis les murs de Facebook, je trouve que les échanges sont le plus souvent d’une banalité et d’une pauvreté (quand ce n’est pas vulgaire, c’est déjà bien), et j’avoue que je me demande parfois quel intérêt on peut y prendre, mais les conversations téléphoniques que j’entends parfois dans le métro, ne relèvent malheureusement pas d’un niveau plus élevé.
    C’est dommage, car je pense qu’internet est, comme la lecture, un bon outil de culture, littéraire comme scientifique, mais qu’on n’a pas appris aux gens à l’utiliser ainsi et qu’il ne sert trop souvent qu’à se faire mousser auprès des autres, en leur racontant ses occupations et ses prouesses, quand ce n’est pas ses conquêtes sentimentales ou sexuelles. Finalement Facebook est plus un lieu de satisfaction de son égo qu’un lieu d’amitié réelle.
   J'y ai quand même trouvé ce poème que j'aime bien :

L’amitié est une preuve de confiance, ou naissent nos plus belles confidences,
A l’ami des secrets ainsi dévoilés, de peines enfouies restées inavouées.
Une épaule amie sur laquelle se repose, nos peines, nos chagrins qui explosent,
Partager ensemble nos joies, nos douleurs, cet arc-en-ciel de toutes les couleurs.
Un ami se doit d’être loyal, fidèle, au fil du temps, au fil des ans,
Notre amitié n’en sera que plus belle, un jardin secret grandissant.
L’amitié se dit sincère, de toute confiance, sans nul désir de reconnaissance.
Douce écoute réchauffant un cœur, âme en détresse qui vous conte malheur
L’amitié raisonne nos idées folles, et l’ami vient vous conseiller,
De la sagesse dans ses paroles, et ce désir de vous aider.

Par alyane le Vendredi 11 avril 2014 à 13:11
J'ai un ami sur un réseau prof, mais je ne le connais pas.
Ce qui m'amuse.
Mais quand j'entends mes élèves me dire ou se vanter du nombre de leurs amis sur Facebook, j'ai quelquefois envie de rire.
Je leur signale quand même, de faire attention, que ce sont des connaissances avec quelques vraies amies.
Par INC le Dimanche 13 avril 2014 à 22:35
Personnellement je pense que ça peut avoir une valeur véritable s'il y a une rencontre irl qui se fait. C'est trop compliqué de pousser une relation amicale exclusivement basée sur le virtuel. Forcément, tu finis par avoir envie de connaitre la personne dans sa réalité.
Mais je pense aussi que ça dépend totalement des besoins et attentes de chacun...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3263277

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast