Samedi 26 septembre 2009 à 10:43

Ecologie, Changement climatique

     Après des exposés que j’ai essayé de faire, le plus impartialement possible, en fournissant des chiffres, je voudrais aujourd’hui résumer mon opinion personnelle sur la lutte contre le changement climatique.
    Demain je contuinuerai en indiquant les mesures que je trouverais plus utiles que la “taxe carbone “ et pourquoi.


    D’abord vous l’avez vu dans mes articles sur le climat, je suis persuadé  que les émisssions de gaz à effet de serre dues à l’homme, sont nocives pour le climat et, même s’il n’y a pas un grand bouleversement pour la France, qu’elles sont catastrophiques pour les pôles et certains pays, d’Asie notamment, dans lesquels il y a beaucoup de terres à quelques mètres seulement au dessus du niveau des mers.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/CO2pays.jpg




    En 2007, les quatre plus gros responsables d’émissions de CO2 dans le monde étaient déjà les USA, la Chine, la Russie et l’Inde.
La Chine a dépassé aujourd’hui les USA et l’Inde augmente beaucoup ses émissions.


La France au contraire est un des pays les moins pollueurs, notamment comme le montre le deuxième graphique, en matière de production d’électricité. les trois meilleurs dans ce domaine étant la France, la Suède et le Canada.
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie/CO2perkWh.gif
    Certes ce n’est pas une raison pour ne pas montrer l’exemple et faire nous mêmes un effort, mais il ne faut pas que les médias fassent croire que l’effort de la France sauvera le monde.
    Seul un accord ambitieux entre les USA, la Chine, l’Inde, la Russie et l’Europe peut sauver le climat, et pour le moment on ne voit pas encore cette issue purement d’ordre politique.

    Je vous ai par ailleurs montré que les ressources de pétrole s’épuisent à l’horizon 2050, celles de gaz à l’horizon 2100 et celles de charbon vers 2200, alors que l’uranium 235 peut être fertilisé et peut donc, avec le thorium 232, servir de combustible nucléaire pendant des milliers d’années.
    Il est donc temps que la science et la technique fassent preuve d’imagination pour nous sortir de cette situation de pénurie.

    Actuellement la production d’énergie est dans le monde, due à 70% à la combustion des combustibles fossiles carbonés et donc génératrice de CO2.
    Les énergies dites renouvelables, hors nucléaire et hydraulique ne représentent que 2%.
    Il est certain qu’il faut diminuer la part de l’utilisation des combustibles fossiles, à la fois pour des raisons d’émission de CO2 et de tarissement des ressources, mais vu les besoins en énergie, qui de plus, vont doubler d’ici la fin du siècle, cela ne pourra se faire que lentement grâce à un gros effort utilisant toutes les méthodes de production d’énergie.

    Cela dit, les méthodes doivent être différentes selon les pays car leur situation n’est pas comparable, tant au plan des ressources que de la production d'énergie actuelle et de la géographie et les mêmes méthodes ne sont pas efficaces partout.

    En ce qui concerne la production d’électricité et sa distribution à tous les usagers, seule l’énergie nucléaire et l’hydraulique peuvent remplacer les combustibles fossiles sans production de CO2 pour assurer une production suffisante en quantité.
    La sureté actuelle des réacteurs occidentaux rend impossible tout accident grave (type Tchernobyl) et le nucléaire est actuellement l’industrie la plus sûre en occident. Le problème des déchets, très peu abondants, est bien maîtrisé, beaucoup mieux que celui de l’industrie chimique, et une partie des déchets pourra être transformée dans les réacteurs de quatrième génération.
     L’éolien et le solaire photovoltaïque demandent un stockage de l’énergie cher et qu’on ne sait pas faire, car vent et soleil sont intermittents et sont actuellement des énergie très onéreuses. Pour remplacer une seule centrale nucléaire future, il faut plusieurs centaines d’éoliennes et des milliers d’hectares de photovoltaÏque.
    L’éolien n’est rentable qu’en mer et dans des îles et le photovoltaïque dans les déserts ou à titre transitoire dans quelques pays comme le Danemark qui ne disposent que de centrales thermiques carbonées et ont un régime de vents relativement stable..
    La géothermie et l’énergie des océans devraient être étudiées pour le long terme
    L’énergie nucléaire de fusion de l’hydrogène est certainement une énergie d’avenir, mais la maîtrise de cette énergie à très haute température (des millions de degrés) n’est pas envisageable dans notre siècle actuel.

    Par contre au niveau du logement individuel et collectif, la solution non polluante du chauffage électrique peut être considérablement aidé par le solaire thermique au niveau de la production d’eau chaude. Le photovoltaïque sera peut être moins cher avec une nouvelle génération de cellules, mais pas avant 2030.
    Des pays ayant des forêts en grande quantité peuvent à titre transitoire utiliser le bois, mais la déforestation prive d’une source précieuse d’absorption du CO2.
    Mais surtout une quantité notable d’énergie pourrait être économisée par une meilleure isolation des logements anciens déjà existants et évidemment de ceux que l’on construit.
    La géothermie peut être localement une solution très rentable.

    En ce qui concerne le transport, le remplacement du pétrole est urgent et les biocarburants ne peuvent être qu’une solution de transition, peu intéressante qui entre en compétition avec la production alimentaire.
    La seule solution des transports terrestres est la voiture électrique,
mais elle se heurte au problème des batteries qui a toutefois fait de grands progrès. La voiture à hydrogène se heurte au problème de la production en grandeas quantités, de la sécurité et du poids du stockage de ce combustible explosif et à la mise au point des piles à combustibles. Une solution rentable n’est guère possible avant 2050.

    Enfin il faut attirer l’attention sur les possibilités d’économies, notamment en évitant de conserver en fonctionnement ou en veille, des appareils inutilisés et plus généralement en récupérant et en utilisant ou recyclant nos déchets dans des conditions relativement écologiques.

 
    Demain je vous donnerai mon opinion sur la taxe carbone et les mesures que j'aurais trouvées preférables
   

Par kaa le Samedi 26 septembre 2009 à 11:04
Des énergies propres existent. Il faudrait quand même un jour songer à les faire évoluer. Mais les grands industriels y sont-ils prêts ?
Par oneofakind le Samedi 26 septembre 2009 à 11:19
merci pour cet article très interessant! j'ai appri bcp de choses! :)
Par Paskale le Samedi 26 septembre 2009 à 11:55
Oui j'adhère à tes propos... Surtout la dernière phrase : Eviter de conserver en fonctionnement ou en veille, les appareils inutilisés... Ce serait déjà ça de gagner; Comme je l'ai dit dans l'un de tes articles les mauvaises habitudes sont faciles à prendre... Les bonnes aussi!
Par link11 le Samedi 26 septembre 2009 à 13:48
Personnellement je trouve que 98% des personnes dans ce monde font rien pour améliorer notre planète en particulier les USA ou la Chine qui à ma connaissance n'ont pas signé le traité de kyoto donc merci à eux --'! ensuite dans mon département à quelques kilomètre de chez moi, ils veulent installer des éoliennes, moi je suis pour ok, mais certains ne veulent pas car sois-disant sa fait du bruit, sa gâche le paysage, mais franchement faut areter là, a choisr je prèfere ça, que une usine nucléaire ou autres, qui pourrait exploser dans notre "gueule", causant des morts (exemple l'usine AZDF de Toulouse en Septembre 2001). Donc voilà, de toute façon si ça continue on va le payer croyez moi !
Par lancien le Samedi 26 septembre 2009 à 15:13
C'est vrai que pour chaque nouvelle chose, les gens veulent le voir ailleurs que devant chez eux.
C'est vrai que les éoliennes font du bruit, mais elles ne sont pas en général à coté d'une maison.
Leur problème : il en faut 1000 pour remplacer une centrale nucléaire : ce n'est pas rentable là où on peut construire des centrales nucléaires qui sont actuellement, dans les pays occidentaux, les plus sûres des usines et ne peuvent exploser comme à Tchernobyl. Par contre ce n'est pas le cas dans l'industrie chimique, qui de plus est implantée n'importe où (voir AZF).
Cela dit je ne suis pas sûr qu'on ait trouvé les véritables causes de l'explosion d'AZF à Toulouse.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2910419

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast