Vendredi 8 janvier 2010 à 8:26

Politique, économie, religion.


http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P1010189.jpg

    Avant de continuer mes articles sur les relations parents-enfants, je voudrais consacrer quelques minutes à la mort de Philippe Seguin, qui est survenue hier matin, à la suite d’une crise cardiaque, bien qu’il n’ait que 66 ans.
    Mon blog n’est pas une tribune ni un lieu de polémique, et je suis très prudent, dès qu’il s’agit de politique ou de religion.
    Non pas que je n’aie pas mes opinions ou croyances, mais je respecte celles des autres. et je ne veux pas les choquer,   
    Mais je voudrais lui rendre hommage, car j’ai connu cet homme et j’avais de l’admiration pour lui.

    Il se trouve que, dans ma vie professionnelle d’ingénieur, j’ai occupé un poste qui m’a amené, pendant des années, à avoir des relations fréquentes avec les hommes politiques et les gouvernements en place, qu’ils soient de droite ou de gauche.
    J’ai donc connu tos ceux qu’on appelle aujourd’hui, des “éléphants” qu’ils soient droitiers ou gauchers.
    Je dois dire que cela ne m’a pas donné une très haute opinion de la classe politique car, la plupart du temps, j’ai trouvé des hommes ambitieux et assoiffés de pouvoir, beaucoup plus préoccupés de leur réélection et de leur carrière que du bien du pays et de leurs concitoyens. Ils pratiquaient presque tous la “langue de bois”, la publicité mensongère et la promesse de “raser gratis demain”.
    Lorsque les intérêts du pays ou de leur ministère étaient en contradiction avec leur carrière, c’est l’intérêt de cette dernière qu’ils choississaient sans aucune hésitation et sans aucun scrupule, même s’ils essayaient de le dissimuler.

    Dans des conflits de ce type, je n’ai connu que deux hommes, qui parlaient franc, avaient leur liberté de penser et de parole, prenaient parfois des décisions en opposition avec les ambitions de leur parti, mais parce qu’ils s’étaient rendu compte que c’était la voie à suivre pour le bien du pays, et ils acceptaient alors de desservir leur carrière au profit du bien commun.
    De plus quand on les connaissait un peu, ils avaient une très grande chaleur humaine, ne restaient pas dans leur tour d’ivoire et n’étaient pas drapés dans l’orgueil de leur importance.
    En outre c’étaient des hommes supérieurement intelligents qui comprenaient vite les problèmes et savaient faire le tri des solutions qu’on leur proposait.
    Et Philippe Seguin était particulièrement attachant, même quand parfois, il “piquait une petite colère”.
    Ces deux hommes c’étaient (après de Gaulle), à gauche Jean-Pierre Chevènement et à droite Philippe Seguin.
   
C’est pourquoi j’admirais Philippe Seguin et je considère que c’est un homme politique digne de l’estime de tous, qu’on soit de droite, de gauche ou du centre (ou même qu’on n’ait pas d’opinion du tout !), un grand serviteur de la France, qui avait à coeur de faire les meilleurs (ou parfois les moins mauvais), choix pour le bien de ses concitoyens.
Par alyane le Vendredi 8 janvier 2010 à 17:46
Philippe Seguin, maire d'Epinal, a beaucoup contribué au développement de sa ville.
Par alesia le Vendredi 8 janvier 2010 à 19:09
c'est un bel hommage, indépendamment des idées politiques de chacun. Exercice difficile, mais réussi =)
Par maud96 le Vendredi 8 janvier 2010 à 22:37
Il a refusé la Légion d'Honneur parce que la Nation n'a pas daigné la donner à son père, pourtant mort au combat ! sûrement un homme digne...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2951982

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast