Lundi 9 août 2010 à 9:42

Zoologie, botanique, évolution

    http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/LeP.jpg

    Je suis en vacances dans un petit village au bord de l’océan, qui s’appelle Saint Colomban, entre Carnac et Plouharnel, dans ce que l’on appelle “l’anse du Pô” qui est un lieu connu d’ostréiculture.
    De nombreux ostréiculteurs transportent les huîtres sur des bateaux plats comme celui que l’on voit sur cette photo et des parcs à huîtres sont implantés dans toute la baie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/platehuitre.jpg

    Ils aiment montrer leur travail et l’été de nombreuses visites sont organisées pour les touristes, au cours desquelles on explique ce qu’est “l’élevage des huîtres”.
    Le naissain (les oeufs fécondés) est capté sur des supports en brique, bois ou fer, jusqu’à ce que l’on obtienne de toutes petites huïtres que l’on peut décoller de leur support et mettre dans de petites poches, des filets en plastique qui laissent passer l’eau, que l’on pose ensuite sur des tables scellées dans le sable, faites de cornières de fer, comme le montre cette photo.
    Les huîtres grossissent et sont changées régulièrement de poche. Elles n’atteignent une grosseur “comestible” qu’au bout d’au moins 3 ans, les grosses huîtres que l’on mange ayant 5 ans.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages3/sfer.jpg

    Mais habitués à manger de la viande ou du poisson issus d’animaux morts, nous oublions quand nous mangeons un mollusque, une moule ou une huître crue, que ce sont des animaux vivants, avec un petit coeur qui bat, des sens des sensations et des besoins et également une vie sexuelle.
    J’en parlerai dans le prochain article;

    Je connais quelqu’un qui aimait manger des huîtres, mais qui n’avait pas envisagé cela et un jour, en mettant du citron dans la coquille, cette personne a vu l’huître se rétracter. Elle a découvert qu’elle était vivante et n’a plus voulu en manger de sa vie, craignant de devenir anthropophage !!
    J’ai connu également il y a une quarantaine d’années, un ambassadeur des USA, qui avait horreur de manger des huîtres. Il avait inventé une histoire qu’il racontait en société pour se justifier. Il prétendait que son ouïe était plus sensible que celle des autres hommes et qu’il entendait les ultra-sons et que lorsqu’on mangeait ces pauvres bêtes, il était horrifié par les cris qu’elles poussaient.
    Et ensuite pendant quelques dizaines de secondes, la conversation tombait et des gens crédules écoutaient pour voir, en vain, s’ils entendraient crier les huïtres !
    Cela dit je comprends l’ambassadeur américain. J’ai mangé avec beaucoup de mal, des huîtres américaines (crassostrea virginata) à la Nouvelle Orléans. Outre qu’elles n’étaient  pas salées, car élevées à l’embouchure du Mississipi, et beaucoup trop grosses, en outre, les américains qui ont une phobie des microbes, mettaient dans chacune une goutte d’eau de javel pour les désinfecter.
    Des huîtres au chlore : une horreur !! Je leur laisserai volontiers leur virginité.!

    Au commencement était l’huître plate, la “belon”. (“ostrea edulis”ce qui veut dire comestible !). C’était celle que consommaient les Romains, des années avant notre ère et que l’on a consommé jusqu’en 1867. dans toute la France et en Europe du Nord. Elle était d’ailleurs consommée bien avant par les Chinois, qui ont dû transmettre cette coutume aux Perses puis aux Grecs et aux Romains.
    Cette année là les ostréiculteurs ne pouvant fournir la demande firent venir des huîtres creuses du Portugal (les portugaises : crassostrea angulata, à la coquille tourmentée et anguleuse) et un navire eut une avarie dans l’estuaire de la Gironde et sa cargaison d’huître, devenue impropre à la consommation, fut jetée à la mer.
    Les huître portugaises qui filtrent pour  se nourrir de plancton, 5 litres/heure d’eau de mer contre 1l/h pour les belons, se multiplièrent plus vite et envahirent peu à peu la région.
    Scandale chez les amateurs qui n’estimaient que l’huître plate, la seule française. Mais celle ci fut victime d’une épidémie virale. L’huître portugaise creuse qui y avait résisté, remplaça dans la région la belon et le chauvinisme fut oublié.
    Les ostréiculteurs diversifièrent alors sa culture, notamment dans la dernière phase où l’on fait dégorger l’huître en bassin et on vit apparaître diverses sous-catégories d’huîtres creuses plus ou moins “vertes” : Marennes, Spéciales....
    C’est à cette époque que l’on vit apparaître l’expression argotique  “avoir les portugaises ensablées” (c’est à dire être un peu sourd), car les huîtres creuses avaient une forme ressemblant à une oreille.

    Mais en 1965 un autre virus attaqua les branchies de l’huître creuse et les ostréiculteurs acclimatèrent alors une autre souche, l’huître “japonaise” en fait importée à l’origine du Canada (crassostrea gigas).

    A la suite de l’été très chaud de 2006 une bactérie s’est développé et plus récemment un virus en 2008, qui engendrent une mortalité anormale des jeunes huîtres creuses. D’après l’Ifremer, c’est l’hiver doux et le printemps pluvieux 2008 qui a permis une croissance plus forte des alguesau milieu desquelles se nourrissent les huîtres, qui a entaîné une croissance trop rapide de celles-ci et leur fragilisation. On a compté jusqu’à 8 milliards d’huîtres mortes.
    Pas étonnant que le prix des huîtres ait augmenté !!

    Mais si vous voulez savoir ce que dit un breton facécieux sur les huîtres :

"L'huître est un animal très renfermé difficile à apprivoiser.
L'huître portugaise ne parle pas le français, L'huître spéciale est très spéciale, L'huître sabot de cheval s'enfuit au galop, L'huître de claire est la plus fine. La japonaise a les yeux bridés. Mais seule la belon est vraiment bretonne
Les  huîtres vivent en tribus de 12 individus, elles se réunissent pour les fêtes de fin d'année dans des huttes appelées  bourriches.
À la différence de l'homme, l'huître n'a pas de tête,  pas de tronc et pas de membres.
L'huître, comme tous les mollusques, a un corps mou qui est protégé par une coquille. L'huître plate est ainsi appelée  parce qu'elle n'a pas de poitrine.
Quand  l'huître est totalement en confiance, elle ne craint pas de s'ouvrir à vous de ses problèmes. Profitez-en pour la gober, puis séparez la coquille en deux, posez les deux  parties sur vos oreilles : vous vous endormirez en entendant le  bruit de la mer."


    Demain je vous parlerai de l’anatomie d’une huître et de sa reproduction.

Par maud96 le Lundi 9 août 2010 à 12:42
A marée basse, le sol découvert au pied des "tables" d'élevage est un délice pour ceux qui veulent photographier les oiseaux qui viennent se nourrir... sauf si les travailleurs ostréicoles sont là (cette année, avec les algues, ils ont beaucoup de travail !)
Par monochrome.dream le Lundi 9 août 2010 à 14:46
Le passage sur l'huître qui ultrasonne à pleins poumons fait mal au coeur ! Moi aussi j'aimais les huîtres quand je les croyais déjà mortes.
Par maud96 le Lundi 9 août 2010 à 22:02
Bien d'accord pour la piscine du Rhône : elle est moche ! Vieille d'un demi siècle, elle devrait être démolie !
Par alyane le Mardi 10 août 2010 à 12:27
St Colomban a laissé son nom à une église à Luxeuil les Bains.
Me rappelle mes vacances au bord de mer.
Par smm panel pakistan le Vendredi 10 juillet 2020 à 21:40
To make your business stand out from others within the modern competitive market is extremely difficult.
Par SMM Panel le Vendredi 10 juillet 2020 à 21:42
You require marketing platforms to succeed in your customers.
Ineffective marketing doesn't generate revenue in the least.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3022331

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast