Jeudi 22 juillet 2010 à 10:12

Notre cerveau : plaisir et apprentissage

 Un manège sur la place d'Auray : le manège de la vie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/1001351.jpg


    Il est bien connu (et je vous en ai déjà parlé sur ce blog), que les adolescents prennet plus de risques que  les enfants ou les adultes : conduite auto, alcool, drogue, jeux dangereux... La mortalité routière des jeunes de 18 à 25 ans est très importante, souvent associée à la prise d'alcool.
    Par rapport aux enfant l'adolescent est intéressé par de nouvelles expériences et il aime avoir des sensations fortes, mais par rapport aux adultes il semble que l'explication soit au niveau cérébral.
    De nombreuses études ont été faites par les neurobiologistes à ce sujet et deux raisons essentielles sont mises en avant sur le plan du développement cérébral.


    Au niveau cognitif, le cerveau frontal réfléchit et interprète les données de nos perceptions, tandis que le cerveau préfrontal prévoit les conséquences de nos actes et organise nos actions.
    Le cortex préfrontal n'est pas totalement mature avant 20 à 25 ans, car, comme toute partie du cerveau, il a besoin d'apprentissage et donc d'expérience pour se développer.
    Les adolescents ont donc plus de difficultés à prévoir les conséquences de leurs actes et donc les risques qu'ils prennent.
    Le cerveau des filles, qui se développe plus vite que celui des garçons, les amène à prendre moins de risques que ces derniers et elles ont en général, moins d'accidents par imprudence.

    Une deuxième raison plus subtile met en jeu le "système de détection des errurs de prédiction", qui met en jeu le cortex préfrontal, le cortex pariétal et le striatum.(voir schéma)
    Ce système est beaucoup plus sensible chez l'adolescent que chez l'adulte.

    Lorsque l'ado envisage une conduite risquée (par exemple risquer l'accident s'il conduit trop vite un véhicule), son cortex préfrontal  mêmes'il sous-estime le risque, indique cependant qu'il va au devant d'un danger possible.
    Mais si l'accident ne se produit pas, le "système de détection d'erreurs de prévisions" entre en jeu, il signale que l'acte dangereux n'a pas eu de conséquence néfaste, et le plaisir d'avoir réussi est intense, alors qu'il serait minime chez un adulte qui estimerait qu'il a eu seulement de la chance.

     Cette hypersensibilité des circuits cie detection des erreurs de prédiction est probablement liée au développement du cerveau.
Dès lors, pour aider un adolescent à se protéger, mieux vaut développer en lui la conscience des conséquences potentielles de ses actes,
travail qui peut être conduit par la parole, l'information, la sensibilisation, l'entretien de liens de confiance entre l'adulte et le jeune ado.
    Un jour, la conscience du risque finit par contrebalancer l'attrait que ce risque exerce sur un cerveau épris de sensations fortes.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/Detectionderreurspredictioncopie.jpg


Par alesia le Vendredi 23 juillet 2010 à 10:13
intéressant !
Par alesia le Vendredi 23 juillet 2010 à 10:14
(ah, et j'aime la photo du manège. J'aime les manèges, en général. Enfin, les anciens, avec de beaux chevaux en bois !)
Par Madness.of.Love le Vendredi 23 juillet 2010 à 16:23
C'est pour cela que mes parents me répètent toujours la même chose...
Mais j'ai l'impression que mon petit frère est moins enclin à prendre des risques que moi. À son âge, j'en ai pris, des risques, et lui est, en comparaison, extrêmement sage. Il va falloir que je fasse attention alors ! :)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3020973

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast