Vendredi 6 octobre 2006 à 16:29

Amour et peines de coeur


   
    C'est mon premier article sérieux sur cowblog et je n'ai encore guère circulé parmi vous. Alors je me demande que choisir ?


    Parmi mes correspondantes de Tchatcheblog, les questions qui se posent le plus souvent sont les problèmes de chagrins d'amour. 70% des mails que je reçois me racontent des peines de coeur et ce ne sont que des correspondantes (mes “guenons”), ce qui ne veut pas dire que les garçons n'ont pas de peines de coeur, mais ils semblent, ou moins en souffrir, ou ne pas vouloir en parler. !
    Cela m'étonnerait que les jeunes filles de cowblog aient moins envie d'avoir un “petit ami” que celles des autres blogs ! Alors, parlons en.

    J'avoue que cette recherche (très assidue ! LooL) du (ou de la) petit(e) ami(e), me déroute toujours un peu, moi qui suis un très vieux singe.

    Quand j'étais jeune, il y a 60 ans,  il y avait comme aujourd'hui des garçons très coureurs, qui collectionnaient les conquêtes, et faisaient souffrir les coeurs des filles. Il y avait aussi quelques filles qui aimaient que les garçons leur fasse la cour, mais ces deux populations étaient relativement peu nombreuses chez les jeunes avant le bac, et pas tellement appréciées des copains et copines (ni des parents d'ailleurs LooL).
    Il y avait aussi des jeunes qui étaient sérieux et qui s'aimaient réellement, mais en général après 18/20 ans.
    Mais le (ou la) petite ami(e), cela n'existait pas. Certes il y avait la bande de copains et copines, mais on sortait avec l'un ou l'autre, ou en groupe, et sans préférence particulière et, surtout, si une fille sortait plusieurs fois avec le même garçon (et réciproquement), il ne nous serait jamais venu à l'esprit qu'il y avait un seentiment amoureux entre eux. Et si cela était vrai, ils le cachaient plutôt soigneusement.
    Autres temps, autres moeurs, comme disaient les latins.

    Alors d'où vient ce “phénomène de société” parmi les jeunes aujourd'hui, qu'est le (ou la) petit(e) ami(e), quête qui vous préoccupe, dès 13 ou 14 ans, à tel point que quelqu'un qui n'a pas trouvé l'âme soeur se sent anormal(e).  ?
   
    Certaines me disent “ c'est la soif d'amour, le déficit de tendresse.
Je n'y croit pas tellement. Certes les parents travaillent souvent tous les deux, plus aujourd'hui qu'hier, et s'occupent moins en moyenne de leur progéniture. Mais cette recherche est la même chez tous les jeunes quelque soit le climat familial.
Et autrefois nous avions ce même besoin de tendresse !

    D'autres invoquent la “libération des moeurs” depuis 1968.
    Je n'y crois pas tellement non plus. Je pense qu'il s'agit plutôt d'une conséquence que d'une cause.
    Certes il y a 60 ans, il n'y avait pas la pilule et se procurer des préservatifs relevait de l'exploit ! Mais l'influence des hormones était la même !
    Et puis je suis persuadé que les jeunes aujourd'hui font beaucoup moins dans ce domaine qu'ils ne le prétendent (pour s'en vanter et ne pas avoir l'air cloche devant les amis), et que le besoin du petit ami est plus dû à un besoin de tendresse, d'amitié, d'être cajolé par quelqu'un, qu'à un besoin de sexe.

    Personnellement je crois davantage à l'influence des médias.
Films, télé, CD, DVD, livres, internet (tout cela n'existait pas il y a 50 ans)....prônent la séduction, les relations amoureuses, le changement de partenaire et la recherche de nouveaux amours. J'irai presque jusqu'à dire que le petit ami est un “phénomène de mode”, mais je sais que, si je dis cela, je vais choquer les âmes tendres, qui cherchent vraiment l'amour sincère (je n'ai quand même pas dit que le petit ami était un “accessoire de mode” LooL).


    Et par ailleurs la société a évolué considérablement. On compte près de 50% de divorces dans las jeunes couples et les familles multi-parentales se multiplient. Les jeunes sont donc habitués à ce que l'amour ne soit pas de longue durée et donc ce “chevalier servant” temporaire qu'est le "petit ami", ou cette "compagne qu'est la "petite amie", satisfait un besoin d'amitié.

    Pourtant je reste perplexe.
    Justement, si les moeurs se sont libérées, si l'amour apparaît comme plus éphémère, pourquoi ne pas sortiir avec plusieurs amis comme on le faisait autrefois, pourquoi tant se presser pour aimer sans connaître l'autre, pourquoi ne pas rester au stade de l'amitié, et pourquoi s'embarrasser d'un lien, d'une contrainte, pourquoi sortir régulièrement avec quelqu'un signifie obligatoirement qu'il y a relation amoureuse?
    C'est cela que j'ai du mal à comprendre.
   
    Et pourtant les petits amis, si j'en crois mes correspondantes, les font parfois beaucoup souffrir et les “peines d'amour” sont légion. Surtout chez les filles. Pourquoi? Ce sera le sujet de mes prochains article

Alors, “grands amis” lecteurs et lectrices cowblogiens, quel est votre avis ?


Par Le-Chat-De-Chester le Vendredi 6 octobre 2006 à 18:38
cher paie!
dejà,merci pour tes commentaires!et pis là,+ en rapport avec l'article
bah moi je cherche pas à en avoir c'est le contraiiiire!na!mais bon,si je tombe amoureuse,je vais pas m'empecher!XD
Par Val080 le Vendredi 6 octobre 2006 à 18:44
Je déteste l'idée de se rechercher un petit ami .
L'amour est quelque chose de naturel et la plus belle chose du monde , vouloir le provoquer (et souvent soit juste pour le désir , soit pour être "comme tout le monde") est un acte de gaminerie que je condamne .
Les sites de rencontre , ce n'est pas mon truc et je ne vais jamais m'y balalder .
Et pourtant je suis une jeune cOwblogeuse (rassurez-vous , pas aussi jeune que l'indique mon profil ^___^)
Par lancien le Samedi 7 octobre 2006 à 14:07
Val : enfin une fille sage. Tu as raison, tu te fais seulement des amis et un jour tu auras quelqu'un que tu connaîtras, qui te plairas et qui deviendra ton petit ami. Mais en rechercher un "à tout prix" fait qu'en général on va trop vite, on se trompe et cela casse vite.
Mon grand "chat" (Chester est ce le fromage ?) Tu as raison mais ne tombe pas amoureuse trop rapidement. Cherche à connaître le garçon avant, ses goûts, ses "valeurs", son caractère. Cela t'évitera des peines de coeur.
Par Amal le Mercredi 3 janvier 2007 à 18:03
Oui, la nouvelle société y est pour beacoup. A la télé, onvoit des gens avec des petites/petits amies/amis donc, faut faire comme à la télé. Dans la réalité, on voit des gens avec des compagnons, des amis, ou des personnes dans la rue, donc il faut qu'on en ai aussi.Peut-être que les gens pensent que sans petit ami, ils sont anormaux, ou que sais-je ^^.
Je suis pas d'accord sur un point, car certaines personnes en recherche pour combler un manque affectif, se sentir aimer...
Voilà mon avis sur le sujet :)
Par globz38 le Jeudi 4 janvier 2007 à 11:54
Pour ma part, pendant des années j'ai voulu, souhaité avoir une petite amie... Pourquoi, je ne sais pas trop... Pour ne pas être seul, pour être comme tout le monde, comme tous ceux que je cotoyais tous les jours au lycée... j'ai longtemps été très introverti (je le suis toujours !), avec pour conséquence un célibat d'environ 5 ans... Ma 1ère relation "sérieuse" avec une fille date de ma première, et elle m'a fait beaucoup souffrir... Malgré ça je cherchais désespérément quelqu'un... Et juste quand j'ai abandonné cette idée, en mai-juin dernier, je me suis trouvé une petite amie... Cette histoire n'a duré que 2 semaines, mais c'était encourageant... Je me suis imposé de ne plus chercher, que l'amour viendrait de lui-même au moment où ça devrait arriver... et c'est ce qui s'est produit avec Marine... Ce que je ressens pour elle je ne l'ai jamais ressenti avant, jamais rien ressenti d'aussi fort, et je sais que c'est réciproque... Cela n'était pas évident au départ, mais nous avons relevé le défi et je ne le regrette pas : je connais désormais l'amour véritable ! Je crois que je cherchais l'amour pour compter pour quelqu'un, pour ce que pouvait m'apporter l'autre, sa sollicitude, sa tendresse, beaucoup de choses que je n'ai pas eu dans ma jeunesse (non pas que j'ai eu une enfance malheureuse au contraire, mais je n'ai jamais été câliné par mes parents et cela m'a manqué je pense...)... Réflexion très axée sur moi même j'en conviens, mais je manque de recul...
Par welcometomymind le Jeudi 18 janvier 2007 à 10:52
Mon avis est le suivant : l'influence des médias y est certe pour beaucoup, ainsi que tout simplement l'évolution de la société. Je pense que ce sont deux époques difficilement comparables, tout comme la realtion avec nos aprents n'est pas la même que celle qu'ils avaient avec les leurs. De manière générale, je pense qu'on est beaucoup plus gâté, nos parents moins sévères, faut dire aussi que normalement nos parents ont décidé de nous avoir, ce qui n'était pas forcément le cas avant ( donc peut-être finalement une conséquence de mai 68 qui pourrait engendrer beaucoup de choses). Mais revenons à nos brebis ( amoureuses); force est de constater que les jeunes grandissent de plus en plus vite ( autant physiquement, qu'au niveau vestimentaire, en ce qui concerne hélas la violence et bien sur amoureusement), je pense que cet état de fait trouve sa cause dans un certain mimétisme ( grande échelle obtenue grâce au média) : les jeunes VEULENT devenir grand, et donc ils immitent les plus grands. Ils ont les mêmes sac à dos parce que évidemment un cartable c'est pour les bébés ^^ et bien sur ils veulent comme leur parents (ou grand frère ou grande soeur) avoir quelqu''un, être amoureux et même s'engager de plus en plus tôt. Pour l'anecdote des petits qui veulent ressembler au grand, il y a quelques jours j'ai vu une fill qui ne devait pas être plus loin que la primaire en cursus scolaire, elle avait un sac à dos avec le signe anarche (anarque comment ça s'écrit??) dessiné dessus et sans mettre en doute leur connaissance je doute qu'elle connaisse la signification et l'implication de ce signe et de ce "groupe", ce signe cotoyait d'ailleurs plusieurs noms de groupe de métal, hard-rock et sur la tirette un porte clé nounours bien mignon. Paradoxe de ces grands-petits. Je réalise que mon commentaire était d'ordre très général ;)
Rien à voir : vous pensez quoi des arts et métiers comme école?
Par Marcow le Mercredi 21 mars 2007 à 1:07
Je pense que c'est surtout votre génération qui prenait plus son temps que ne le voudrait la nature. ;)
Nous faisons parti des peuvent qui peuvent se reproduire bien avant le plein développement cérébrale.
Ceci est une stratégie "offensive" de notre espèce quand à la rapidité d'expansion, correspondant surement à un environnement relativement hostile. Les ancètres il y a encore peu de temps, au regard de d'évolution de millions d'année de notre espece, se marriait dés la puberté. Dans certains pays encore, des filles sont mariés à 13ans...

Les couples instables et la gestion de l'éducation des enfants étant une caractériste importante pour notre espèce, les civilisations se sont attaché à "brider" et officialiser les relations par un mariage et / ou le consentement des parents. Il n'y a plus que certaines tribus qui se fichent de savoir qui est le pêre de chaque enfant. L'éducation est collective, tout le monde est oncle/tante potencielement.

La société moderne donne une certaine liberté aux ados et ils cherchent naturellement ce dont ils ont besoin, sans réfléchir... Sauf que les petits couples n'ont plus à assumer l'acte de reproduction et les contraintes en découlant.
Celà peut être vécu comme un drame surtout aprés aprés avoir partagé des relations sexuel, ce qui serait réellement le cas à l'état naturel. Voilà mon point de vu sur le sujet :)
Par Angel.or-and.Demon le Vendredi 15 juin 2007 à 19:29
Personnellement (et contrairement à un certain nombre de fille de mon entourage) je n'ai jamais ressenti le "besoin absolu" d'avoir un petit ami... Après c'est vrai que si la personne me plait et dit oui je ne dit pas non!^^ Je crois aussi à l'amour avec un grand A (serai-je une romantique qui se cache? lol) mais je crois aussi qu'il viendra un peu plus tard, avec le temps...
Par Lady.Bou le Mardi 10 juin 2008 à 15:35
Je dirais que c'est une recherches de tendresses, de câlins, que l'on peut déjà avoir énormément auprès de nos amies, plus lorsque que l'on est des filles, car les garçons, entre eux, ne sont pas très "câlins bisous". Mais de la tendresse différentes, celles que nous apportent le sexe opposé, la "protection" d'un homme, la "douceur" du'une femme, même si ces idées sont révolus, sentir les bras de quelqu'un a qui on tient particulièrement autour se soi est un besoin.
Par croque-framboise le Mardi 12 août 2008 à 10:07
Cela fait bizarre de lire ça, car ça met en doute pas mal de choses.
Ca fait bientôt onze mois que je vis quelque chose de formidable avec un garçon mais j'en viens à des fois me poser des questions. Comment ne pas remettre en doute quelque chose qui pour des personnes de notre âge peut paraître assez long ?
Ce garçon m'a énormément aidé. D'une simple amitié, cela s'est vite transformé en une relation amoureuse. Nous en "crevions" d'envie tous les deux. Mais est-ce simplement lui qui m'a attiré, ou le fait qu'il m'ait tant aidé lorsqu'il n'était qu'un camarade ? Je me demande si mon amour est sincère ou non. Car des fois, je doute vraiment de notre relation.
Par reve-de-kat le Vendredi 26 décembre 2008 à 21:50
Je viens de découvrir ton blog, et eh bien, j'ai très envie de tout lire et de tout répondre! Mais ça ne va pas être possible en une soirée, alors commençons par le commencement.
Ah, et puis, je ne me considère pas comme une fille ayant des problèmes, il me semble que je suis assez gâtée par la nature, mais je te donne seulement mon avis...

Moi, depuis l'âge de 12 ans, j'ai toujours eu des petits-amis. Pas longtemps, et ce n'était pas sérieux au début, c'est normal. Mais jusqu'à cette année, je ne suis jamais restée célibataire plus d'un mois. Ça fait bizarre de se dire ça d'une adolescente de 18 ans non?
Cette année, j'ai été presque un an sans petit ami. J'avais pris une résolution, et j'avais décidé de m'y tenir. Bon j'ai un peu flancher des fois, et j'ai bien embrassé un ou deux garçons comme ci comme ça, mais rien d'autre.
Et bien tout au long de ce temps, j'ai eu cette sensation bizarre, au creux du ventre. Un quelque chose qui me tords les tripes, comme un manque. Je me fais l'effet d'une droguée. Surtout qu'il n'y a pas longtemps, j'ai rencontré un garçon. (Ce n'est pas de l'amour c'est sûr. Je ne crois pas qu'on puisse être amoureux à 18 ans, surtout de nos jours.) Mais cette sensation me dérange. Ça ferait presque mal, si je n'y étais pas tellement habituée.
Dans ce cas, chercher un petit-ami, ce n'est pas normal?
Je veux dire, je ne sais pas si toutes les filles ressente ce genre de choses, mais si c'est le cas, n'est-ce pas normal de vouloir combler ce vide si douloureux à l'intérieur?
Par exprime.toi le Mardi 24 février 2009 à 9:28
Déjà il faut noter que le phénomène "on sort en groupe" existe toujours !

Mais je suis d'accord avec toi, c'est dommage de nos jours, certains paniquent à être encore celibataire à 16 ans...
Une explication ? Je n'en ai pas de forcement sûre, mais notre société a tellement évolué... La télévision oui, elle nous offre un "modèle" (pas forcement bon) à suivre : esthétique, mode de vie, philosophie à suivre, tout cela est en trop. On "doit" penser d'une certaine manière sinon on n'entre pas "dans le moule".
La société est devenue trop intolérante, si on peut le dire ainsi. Alors au final, on cherche peut être une personne qui nous tolère ?


J'ai une vision assez classique de l'amour à deux. J'ai la chance de n'avoir pas subit le phénomène de "je change de mec dès que je le veux". A 18 ans, deux vraies histoires, l'un a duré un an et demi, et depuis un an j'en vis une autre.
Par eflez le Jeudi 3 décembre 2009 à 14:09
Cela me fait penser à ma mère qui me racontait comment ça se passait à son époque. Ils étaient une bande de copains et parfois une fille "sortait" avec un garçon mais le lendemain c'était fini, rien de sérieux ou de compliqué comme maintenant... C'est peut être pour ça qu'elle me demandait toujours ce que je voulais dire par sortir avec un garçon :)
Par 22h47 le Lundi 25 janvier 2010 à 14:16
Je n'ai pas le temps de lire les précédents commentaires, mais je m'étonne de cette quête du petit ami. (je dis peut-être cela car j'ai quelqu'un, mais... quand même!).
J'ai l'impression qu'ainsi, on met sur le même plan un chéri et une paire de chaussure. Oui, je ferais bien 4/5 magasins pour trouver de superbes petites chaussures noires et blanches pour aller avec ma nouvelle robe ! (d'ailleurs, si quelqu'un trouve, je chausse du 37!), mais chercher de cette façon quelqu'un avec qui partager de l'amour... c'est ... bizarre, beurk, déroutant.
Il faut connaitre les gens avant de les aimer. Je ne m'imagine pas faire 6 boites de nuits la semaine pour y trouver un garçon... comment découvrir sa personnalité ainsi.. ?
J'ai plutot l'impression que l'amour nous tombe dessus. On apprécie quelqu'un et un jour, tout est différent. Puis, d'abord, comment " cherche t on ' un petit ami ? Sur quels critères ?
Bref, à mes yeux, cela est dépourvu de sens !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1202024

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast