Mercredi 15 novembre 2006 à 19:28

Scarification, suicide



        Pour la première fois sur Cowblog, pendant les vacances de la Toussaint j'ai été “appelé d'urgence” et hier une correspondante de Tchatcheblog m'a également appelé : deux dans le mois, cela fait beaucoup. Cela faisait plusieurs mois que cela ne m'était pas arrivé.

        Des “guenons désespérées”, (ce n'esyt malheureusement pas le feuilleton américain !), qui m'appelaient par mail parce qu'elles avaient envie de prendre des médicaments et qu'elles avaient peur de le faire (heureusement!).
        J'ai été discuter sur MSN puis au téléphone. On a échangé ensuite des mails et tout est rentré dans l'ordre provisoirement. On va continuer à s'écrire.
        Je devrais être habitué car j'ai plusieurs fois par an une jeune qui appelle parce qu'elle a envie de se suicider, mais à chaque fois j'ai peur d'arriver trop tard, de ne pas savoir convaincre. Jusqu'à présent cela s'est bien terminé, mais une fois j'ai eu vraiment l'angoisse parce q'après avoir discuté, je suis resté huit jours sans nouvelle de l'ado; mais elle est rentrée saine et sauve de chez ses grands parents.
   
        Les raisons de ces envies morbides : quelquefois un trop plein de tristesse, sans vraie raison importante, des échecs scolaires, des disputes avec les copains, mais ces raisons seules sont rarement suffisantes. Elles se combinent à d'autres.
        Différents avec les pernts, instance de divorce de ceux-ci, mais les cas que j'ai recontrés le plus souvent sont des chagrins d'amour, soit qu'un petit ami vous ait quittée, soit que vous vous morfondiez d'amour pour un garçon qui ne fait guère attention à vous.

       Alors, dans ce cas, vous essayez d'attirer son attention par cet acte désespéré, vous voulez aussi lui montrer de quoi vous êtes capable pour ses beaux yeux, et puis même comme vous lui en voulez un peu (ou beaucoup), ce geste est également destiné à le culpabiliser et donc à vous venger un peu de lui.

     Je vous le dis tout de suite, un tel acte est absurde, tant sur le plan du risque que de l'efficacité.

            SI vous voulez réellement mourir pour ne plus souffrir, c'est raté !
    D'une part si vous mourrez vraiment le résultat est absurde puisque souffrir est une perçeption physique et psychologique et que votre système nerveux et votre cerveau étant détruits à jamais, vous n'aurez plus aucune perception.
    Par contre je peux vous assurer que vos derniers moments seront affreux.        
    On ne sait pas avant, combien le suicide est pénible. Moi non plus je ne le savais pas, mais depuis, j'ai les témoignages de certain(e)s d'entre vous qui ont fait une tentative et ne recommenceront pas.
    D'abord on a peur avant et on est très angoissé, on hésite et c'est une véritable torture de l'esprit. Puis juste après on panique parce qu'on ne peut plus revenir en arrière, que l'on ait pris des médicaments ou que l'on se soit ouvert les veines.

    On se sent partir, on a peur, on ne veut plus, on veut revenir à la vie, on crie au secours, aidez moi, soignez moi et personne n'entend. On panique et c'est une souffrance horrible, celle de tout le corps, qui n'est rien à coté de la souffrance uniquement psychologique d'avant sa tentative....

         Le risque, même si vous ne vouliez pas vraiment mourir, n'est pas anodin.
     Vous connaissez mal les médicaments et même si un “vidal des familles” existe dans la bibliothèque, les doses indiquées, ainsi que leurs effets, sont des moyennes, et même si vous avez calculé sans vous tromper celle relative à votre poids, il faut savoir que les sensibilités individuelles peuvent être assez variables, notamment en fonction de votre état de santé ou de réactions par exemple allergiques, ou de potentialisation entre deux médicaments (ou par l'alcool que vous auriez pris pour vous donner du courage).
     Il y a eu des cas où l'ado est tombée dans le coma, et où elle risque, si les cellules du cerveau sont mal irriguées, des paralysies ou autres séquelles graves.

       L'efficacité de votre geste est très incertaine.
     D'abord un garçon, surtout s'il est jeune, a horreur de ciulpabiliser. Alors votre geste va plutôt l'éloigner encore plus de vous.
     Si c'est un garçon sérieux et qu'il a de l'affection pour vous, certes il s'occupera de vous, essaiera de vous aider sur le moment, mais ce n'est pas cela qui le fera changer d'avis s'il n'a pas, ou plus envie de vous aimer.
     Au contraire, il trouvera que vous êtes une fille à problèmes, et que cela risque de lui en attirer d'autres s'il continue ou devient votre petit ami.
     Et ne croyez pas qu'il admirera votre courage. Il considèrera au contraire que vous n'avez pas pensé à vos parents, à vos amis à qui vous allez faire beaucoup de peine. Vous n'avez pas pensé à son chagrin à lui et donc vous n'avez pas tellement d'attachement pour lui.
     Bref il verra beaucoup plus l'aspect “faiblesse” de votre acte que l'aspect “courage” et vous n'en sortirez pas grandie, au contraire.
     Le pire c'est si vous avez fait du chantage : “si tu ne m'aimes pas, je me tue”. Je n'ai pas encore rencontré de garçon aujourd'hui qui supporte cela (peut être en était il autrement au temps des romantiques du 19ème siècle !.)
     Bref  les exemples que j'ai pu voir, ont toujours été plutôt négatifs, par rapport au but recherché.
     
         Par contre vous allez perturber grandement votre vie familiale, semer le désarroi et la peur dans votre famille, et souvent augmenter votre propre peine et vous déstabiliser un peu plus, parce qu'un tel geste est beaucoup plus stressant qu'on ne croit, pour celui qui le tente.
     
     Si certaines d'entre vous qui lisent cet article, avaient des intentions de ce type, venez m'en parler avant, pour qu'on en discute. On trouvera sûrement ensemble des solutions ayant un meilleur rapport risque / efficacité, qui ne vous ramèneront peut être pas votre ami, car sa décision est peut être irrévocable, mais qui du moins, ne vous feront courir aucun danger et n'apporteront pas de catastrophe dans votre famille.
    On peut toujours s'en sortir, d'autres l'ont déjà fait; il y a toujours une solution et vous ne serez plus seule pour la trouver : on vous y aidera..

Par Le-Chat-De-Chester le Vendredi 17 novembre 2006 à 18:16
et bien j'éspère que les personnes dont vous parlez vont mieux, maintenant...il ne faut jamais se suicider...il y'a TOUJOURS quelqu'un qui vous aime (du moins en amitié) quelque part:)
Par terrienne-en-detresse le Vendredi 17 novembre 2006 à 20:34
j'avoue que cette idée m'a plusieur fois traversé l'esprit jusqu'à s'y ancrer, mais j'ai tenu bon, j'ai jamais fait de tentative de suicide, j'avais trop peur de me faire du mal en fait ... c'est bête mais bon ...
en tout cas il est certain qu'il faut pas se suicider, ça servirait à quoi à part faire souffrir sa famille et ses amis ?
ça servirai à rien ... surtout que les proches nous aimes alors à quoi bon ? quand tout va mal autant se tourner vers eux !
Par babydol le Vendredi 17 novembre 2006 à 23:39
Trés bel article, vraiment utile et intéressant ! bravo...
Dommage qu'on ne puisse pas l'afficher dans tous les collèges et lycées !!
Par entwined le Dimanche 19 novembre 2006 à 20:46
J'aime tellement ce que tu fais.
Tu as un si grand coeur... Ca manque de nos jours les gens comme toi...
Par deathzone le Mercredi 27 décembre 2006 à 15:11
En lisant cette article, j'ai souris, parce que des gens comme ça, dans mon entourage, il y en a des masses. Vouloir se suicider semble "chic" ou encore "cool", mais généralement, le seul but est d'essayer de montrer qu'on existe (comme si on le savait pas =_=). C'est gens là ont souvent du mal à faire la part des choses et c'est ce qui est couramment appelé les problèmes "d'adolescence" en pleine "crise".
Cependant, je ne suis pas d'accord sur un point, l'utilité du geste. Dans ces cas là, certes, c'est inutile. Mais pour d'autre, ça peut juste signifier "mettre fin au jeu". Il est certain que le suicide est un acte angoissant (sait de quoi elle parle) mais il faut savoir que certains vivent des choses qui les empêchent de voir plus loin et alors, ils n'ont plus qu'un souhait, c'est tout arrêter.
Personne ne sait ce qu'il y a après la mort, on ne peut donc pas réellement en parler, puisque personen n'en est revenu. Mais une chose est sûre, sur les gens qui souhaitent "voler" (terme tellement plus joli) ou "s'envoler", et bien pour la plupart, ils souhaitent le faire heureux, pour que leur dernier souvenir ne soit pas le bas mais le haut. Parce qu'il y a toujours des hauts et des bas. Il ne souhaitent pas le faire parce qu'ils sont dans un bas, mais remonter pour ne plus redescendre. Et c'est ce cas là qui n'est pas abordé ^_-
Sur ce, article tout de même intéréssant ^^
Par lancien le Mercredi 27 décembre 2006 à 15:44
Deathzone, je viens de lire ton commentaire Je sais que se suicider est aussi une mode, mais il est toujours difficile de savoir l'intention réelle de la personne, et au départ ses motivations. Alors vaut mieux la croire sincère et agir.
Dans les cas évoqués dans l'article il s'agissait de peines de coeur, d'où mes conseils
Les "crises d'adolescence", je n'y crois pas trop. Il y a des explications physiologiques (voir mon article du 2/12). Il y a surtout des comportements aberrants (des jeunes mais aussi des parents), qui conduisent à la tristesse.
J'ai beaucoup plus peur de la tentative d'une jeune qui a subi par exemple une agression, car elle a vraiment des raisons d'être "dépassée" par ce qui lui arrive et donc dans une spirale infernale, une "overdose de tristesse" Là il faut intervenir vite et ce n'est pas facile. Je suis d'accord avec toi que la personne est alors dans un tel état qu'elle ne raisonne plus et veux mettre fin, pas au "jeu" mais à sa souffrance. Je vais faire des articles sur ce sujet
Ce qui se passe après la mort je ne veux pas trop l'aborder car je ne veux pas choquer des personnes ayant des convictions religieuses, toutefois celles que j'ai aidées depuis deux ans, et qui avaient fait des TSA n'étaient pas croyantes, et dès lors la mort était absurde, puisqu'il n'y avait pas d'au delà. Mais je pense qu'elles ne raisonnaient plus logiquement.
Par cactUs-en-fOlie le Mardi 2 janvier 2007 à 12:19
Je vois le passage de Deathzone, les raisons de mon mal être sont si nombreuses et si risibles, et puis je voulais mettre un truc sur mon blog, j'en ai parlé à ma mère elle m'a sorti " Tu veux vraiment faire passer ton père pour (je sais plus le terme dsl)" Enfin bref il parait que jen m'en fait trop, que j'ai de la chance et tout....
Bref merci de s'inquiéter mais je crois pas que j'en valle la peine.
Par Amal le Mercredi 3 janvier 2007 à 18:24
Il n'y a pas que les peines de coeur, ou l'amour non partagé qui peuvent pousser au suicide. Il y a aussi un trop plein de "petites choses", une envie de tout arrêter de ne plus jamais souffrir ["repos eternel"], d'être tranquille, ou aussi la crainte de l'avenir qui sont des causes de gestes inconsidérés.
Il faudrait aussi dire que si on se "rate" on peut avoir de graves séquelles physique, souvent irréversibles. Par exemple, si quelqu'un se défenêstre mais survit, il peut devvenir paralysé, tétraplégique ou autre... Ce n'est pas un risque à négliger.
Par globz38 le Jeudi 4 janvier 2007 à 16:18
Je suis assez d'accord avec ce qu'a dit lancien, je n'ai pour ma part jamais éprouvé l'envie de me suicider, mais je connais plusieurs personnes qui ont éprouvé des pulsions de morts, l'une d'entres elles l'a assouvie et n'en est jamais revenue... Ce dernier n'en avait parlé à personne, et un soir il a sauté du haut d'une grange... J'étais en 5ème, il était dans ma classe, ce n'était qu'un camarade pour moi mais ça m'a tout de même fait très mal quand je l'ai appris... Je n'ose imaginer ce que ç'aurait été si ça avait été un ami proche...
Le suicide requiert certes du courage, mais lorsque l'on choisit cette voie, il ne faut pas occulter les personnes qui sont là pour nous aider, qui peuvent apporter leur soutien ou simplement leur écoute, celles qui nous aiment tout simplement... Je suis un fervent amant de la vie, et je le resterai, en faisant tout pour propager ce goût de la vie aux personnes dont je suis proche et surtout à celle que j'aime, cactUs-en-fOlie...
Par lamort7 le Jeudi 11 janvier 2007 à 14:49
J'ai utilisé une partie de ton texte sur un forum que je connais, parce qu'a un moment, certains ont commencés a parler de suicide.....et, j'me suis rappeler de cet article....dsl, de pas te l'avoir demandé avant mais c'etait dans l'instant, j'ai dit que ça venait de ce blog..... j'espere que tu m'en veut pas ? :=)
Par welcometomymind le Jeudi 18 janvier 2007 à 11:44

Si je puis me permettre... bon j'ai que 20 ans ah nan mince bientot 23 mais la vie m'a mis devant 3 cas (par ordre chronologique) :
1) le chantage affectif au suicide. En terminal ne pas pouvoir dormir parce qu'on reçoit des sms à 2 h du mat' du type "si tu reviens pas je me tue" c'est pas spécialement marrant. Et étant une fille, ou pour d'autres raisons, la culpabilité était profondément là, même si heureusement à cette époque j'étais plus que bien entouré et même si ma raison me disait que je ne pouvais rien. J'aurai même tendance à dire que si au bout d'un moment la personne déprimée "oublie" parce que j'ai l'optimisme de croire qu'on ne peut pas faire ça en toute conscience c'est impossibe à oublier pour la personne qui reçoit les appels au secours.
2) Mon propre désespoir. Et même si il y avait surement de la rupture amoureuse dans l'air... ce n'était qu'un déclencheur, un symptome même... qui a fait ressurgir toute sorte de chose. C'est pourquoi je pense que ce n'est pas qu'UNE chose qui fait qu'on veuille en finir. La seule raison que je trouve : c'est l'absence d'espoir de manière très très large. Mais bon avec les plus jeunes on sait jamais j'ai souvent du mal à les comprendre... Je pense quand même que résoudre le problème rupture ne résoudra pas forcément le problème "joie de vivre" et je conseille à long terme, le travail sur soi, les causes profondes, et la psychothérapie. Sinon ça "passe" mais ça reviendra... Enfin, c'est une opinion personnelle, mais sur le long terme mon conseil est tout de même de consulter.
3)Une tentative de suicide devant moi, du haut d'un pont, le bruit était plutôt glauque, la culpabilité encore une fois plus que présente... et ce jour là j'ai rélaisé (ou décidé ) que la mort ça n'avait vraiment rien de beau (comme j'avais souvent pu le lire) et là je parle dans un sens réellement esthétique. La mort c'est pas beau...
Par torture-me le Mardi 27 mars 2007 à 17:19
J'ai fait 5 tentative sans jamais reussir et je n'en suis pas fiere. Maintenantje ne pense pas que je recommencerrais peut etre a part en cas vraiment horrible ( mort de toute ma famille ou quelque chose comme ca qui j'espere n'arrivera pas maintenant!) et je voudrais dire aux personne qui en ont l'intention que ce geste ne sert vraiment a rien! On peut souhaiter la mort, on peut haïr la vie mais pas pour autant en finir! On est jeunes, on est inconscient et la vie nous reserves de jolie chose comme des affreuses mais il y a toujours quelque chose que l'on ne veut pas quitter! Dire que ce geste est stupide n'est pas mechant c'est juste qu'il faut maruer ceux qu'ils veulent le faire mais en etant gentils, les aider. Ne le faites pas car je pense que personne ne veux causer du mal a sa famille ou ses amis et certains menbres de votre famille ou peut etre meme vos amis vous suivront alors restez au moins pour les autres vivez ;)
Par croque-framboise le Mardi 12 août 2008 à 14:57
A une époque de ma vie, j'y songeais régulièrement mais je ne suis jamais passé à l'acte. Heureusement ! Je me rends compte aujourd'hui que tout peut s'améliorer comme tu le dis, que l'on peut toujours s'en sortir, il suffit d'en avoir la volonté, le courage et de se sentir soutenu.
Je te rassure, dans mon dernier article, cela ne parle nullement d'une tentative de suicide. Mais cela prouve par contre, que si l'on croit être au beau fixe, on est jamais à l'abri d'une tempête. Cela nous fera sourire plus tard, et nous fera repartir de plus belle...
Par Plume le Vendredi 28 mai 2010 à 11:43
Ton article est très vrai. Lors de ma TS, j'avais un petit ami, qui m'a quitté, et je ne pense pas me tromper en disant que mon acte lui avait peur, il a du penser que j'étais une fille à problèmes (ce qui n'était pas faux) et il n'avait pas envie de s'embêter avec quelqu'un comme moi.
Autre chose, ma TS, je l'ai faite par strangulation. Et effectivement, j'ai bien fait en sorte de serrer les noeuds de sorte que, lorsque je changerais d'avis (parce que c'est connu, on ne peut pas s'étrangler soi-même), je ne puisse pas défaire mes liens.
Et ça n'a pas manqué, quand j'ai commencé à étouffer, j'ai complètement paniqué, je me suis demandée pourquoi je faisais ça, j'ai essayé d'arracher le foulard, et je crois que je n'ai jamais autant souffert. Vraiment, sentir qu'on manque d'air, c'est une façon de mourir particulièrement atroce.
Enfin, heureusement, on m'a retrouvée à temps, même si j'étais inconsciente. Et j'espère ne pas avoir traumatisé la pauvre lycéenne qui m'a découverte.
Par Plume le Vendredi 28 mai 2010 à 11:50
Par rapport au chantage affectif, le manipulateur pervers dont je t'ai parlé dans mon mail, il me l'a fait, et plutôt deux fois qu'une, quand je lui ai annoncé quand je voulais le quitter.
Je pensais qu'il ne le ferait pas, mais quand son colocataire m'a appelé parce qu'il s'était jeté dans la Garonne, je me suis forcément sentie responsable (et c'était le but évidemment) et je suis revenue sur ma décision.
C'était un acte de désespoir et surtout de manipulation, parce que lorsqu'on fait du chantage affectif à quelqu'un comme ça, on doit bien se rendre compte que même si l'autre reste, c'est parce qu'il est obligé, et non par sentiments, non ?
Depuis je fais très attention, et je fuis les gens un peu trop passionnels comme la peste ! Et je m'assure d'avoir affaire à des gens "sains", pas le genre qui proclame "je ne peux pas vivre sans toi" "tu es toute ma vie" "sans toi je ne suis rien" etc.
Par Ne-plus-avancer le Mercredi 22 août 2012 à 14:35
J'ai 21 ans, pour moi le suicide n'est pas une mode, c'est un ras-le-bol de tout, pas un simple chagrin d'amour. Je veux mourir depuis déjà quelques années car j'ai l'impression d'être un parasite dans un monde qui me fait horreur. Je sais que je ne réaliserai jamais mes rêves alors à quoi la vie serre-t-elle si ce n'est pour bouffer et dormir ? Je ne dis pas bosser car bien sûr je suis au chômage, je mme sens rejetée de tout et de tous. Pourtant je n'ai aucun problème physique, j'ai toujours eu des bonnes notes durant mes études... Simplement le fait est là : je ne suis à ma place nulle part. J'adore dessiner, je dessine même plutôt bien mais tout le onde s'en fout. Même dans ce que j'aime je me sens à part. Les histoires d'amour j'en ai eu, toutes des échecs par ma faute je précise.
Bref j'écris un roman en commentaire sur cet article, pas de bol c'est tombé sur ton blog comme ça aurait pu tomber sur un autre, il fallait simplement que j'écrive la tout de suite ce que je ressent car peut être que je ne n'aurai plus l'occasion de le faire à l'avenir. Ce ne n'est pas que je ne veux plus souffrir c'est que je me trouve inutile et par conséquent je dois disparaître.
Par lancien le Jeudi 23 août 2012 à 8:38
Je n'ai pas pu trouver vos coordonnées. Pouvez vous me les donner ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1345246

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast